Je me souviens quand a commencé mon desir pour le

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Redhead

Je me souviens quand a commencé mon desir pour leUn jour ma femme et moi étions dans la voiture.J’étais excité anormalement, elle était en robe jusqu’aux cuisses, des sandales ouvertes laissant apparaître ces orteils vernis d’un rouge brillant trop sexy.C’était l’été et sa main était posée sur ma cuisse pendant que je conduisais. A un moment, je me suis mis à fantasmer sur le fait qu’elle puisse me sucer en roulant.Alors que je laissais grandir mon désir, elle commence à me caresser la bite avec un sourire en coin. Elle ouvre mon pantalon et sort ma bite bien gonflée. Elle me branle avec délicatesse de ces belles mains. Il était 15h et je lui dis- ” bb, je double des camions et des voitures ! Ils peuvent nous voir !!! “- ” Elle me répond je m’en fou, ils nous connaissent pas et c’est excitant… “J’étais très excité, alors là je lui demande :- ” Tu serais capable de me sucer canlı bahis ? “Elle ne répond pas et se penche vers ma bite et elle l’engloutie dans sa bouche !!!Elle l’a sucée comme si c’était un bonbon ! Parfois je sentais sa langue sortir et glisser le long de ma bite…hummmmSans rien lui dire, je sors à une aire de repos…et je lui demande d’arrêter ! Elle me demande pourquoi ? Je lui dis :- ” Attends tu vas voir mon amour… “Je m’arrête et je la regarde …elle était chaude ! humm je me souviens encore de sa bouche avec ses lèvres encore humides de la pipe et je lui dis :” tu sais ce que je veux ? “Elle me dit :- ” non dis-moi mon amour ! “- ” J’ai envie que tu viennes me sucer dans les toilettes pour homme de l’air de repos et que je gicle dans ta bouche et que tu m’embrasses et j’aimerais juste que tu imagines que c’est un autre mec qui te baise la bouche !!! bahis siteleri “Elle répond pas à cette dernière précision mais me dit :- ” bb on peut nous voir !!Je lui dis :- ” Non mais nous entendre au pire … “Poussée par l’excitation elle me dit : ” ok “On se dirige vers les toilettes pour hommes …ils a des hommes dans leurs voitures mais visiblement pas dans les WC…mais ils avaient une vue partielle sur l’entrée des WCOn entre et je ferme la porte, je bandais comme un âne. Elle ouvre mon pantalon, elle sort ma bite et la glisse dans sa bouche. Elle me lèche le gland avec sa langue et c’est la première fois qu’elle me fait des gorges profondes. Un régal !!!Je gémis alors qu’elle sort un sein de sa robe et se caresse. Elle enlève sa culotte la pose sur une bordure et elle se glisse des doigts dans la chatte. Elle commence à jouir et là on entend la porte des bahis şirketleri toilettes s’ouvrir mais la nôtre était fermée.C’est un mec qui vient pisser, on l’entend.Elle continue sans se poser de question et même de plus en plus fort !!! je vais gicler, je me penche et lui dit :- ” on fait ce qu’on a dit ? “Elle dit :- ” Oui bb crache dans ma bouche…! “Le mec devait tout entendre mais cette scène m’excitait beaucoup, s’il était rentré ! Je pense que c’est que j’ai compris que ça me plairais…un moment, je lui ai giclé dans la bouche, elle a sorti la langue pleine de sperme et je lui ai roulé une pelle… hummmOn s’est relevé, elle a caché son sein et on est sortie. Le mec était encore là à se laver les mains. Son regard nous a fait comprendre qu’il avait deviné ! Je lui souris, ma femme encore sous l’effet de l’excitation lui sourit avec une aisance particulière.Nous montons en voiture et nous partons !!!Et devinez !? Au bout de 1 km, elle me dit :- ” bb ! J’ai oublié ma culotte dans les WC !!! “On rigole et on finit notre voyage avec un sentiment de culpabilité mais surtout de plaisir.Bisous

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Evening the Score – Chapter 8

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Asian

Evening the Score – Chapter 8Jess and I got in the car, and drove home in complete silence. I guess our experiment in the Swinger Lifestyle didn’t go too well tonight, although I had no clue why, since I had so much fun.When we arrived home, we went inside, and closed the door. Jess turned around and said, “I don’t want to do this anymore!”. I was taken aback, and I think my face clearly showed my surprise.“Why’s that?”, I asked. “I thought I was giving you what you wanted, the freedom, and with my permission, to fuck all the cock you wanted. You certainly seemed pleased as I watched you walk away first with those two men, whom I saw you suck with relish, and one of whom you fucked.” I didn’t know at the time why she didn’t enjoy her experience that night, but I wasn’t about to let her forget that it was she who went off first fucking others.“It’s not that.”, she began. “I thought that tonight, I was going to continue right where I left off when you caught me, even though I was getting fucked with a condom. To tell you güvenilir canlı bahis siteleri the truth, I didn’t even let him finish inside me. I pulled off his cock, let him shoot on my chest, and left.”, she continued.“So, why was that?”, I asked.“Because when that young girl grabbed you by your cock and led you away, I panicked. Suddenly, I was no longer enjoying MY fun. All I could think of was you fucking another woman.”, she explained.Hmmm, interesting, I thought. Not what I had expected.Jess continued, “You asked me why I never asked you to join with me in the Swinger Lifestyle, and I told you I didn’t think you could handle seeing me fucking other men. Do you remember that?”I nodded, yes.“Well”, she continued, “You did very well watching me suck those two cocks, and get fucked by the one. Much better than I expected. I could not tell how you felt when I looked at you. But I agreed to the condom rule, and you saw me insist.”“I did.”, I responded. “I was fascinated how it all would play out, watching güvenilir illegal bahis siteleri your lust.”“Well,” she once again continued, “it turns out that it wasn’t you who couldn’t handle seeing me fucking other men, it was me not able to handle seeing you fucking other women. It bothered me so much, I just wanted the night to end!”This, I found interesting. Good, I’m glad she felt some pain, as I had felt the week prior. I remained emotionless and quiet, just listening. I was curious where she was going with this.“I want to stop this, I want to end this all. I don’t want to see you fucking another woman other than me. I will never cheat on your ever again.”, Jess exclaimed.I thought for a moment, then replied, very matter of factly, “I appreciate your remorse, and I truly believe it’s genuine, but I still have 29 cunts left to fuck and breed. I feel we need to see this through, so I’m not going to stop until we’re even. You didn’t take my feelings into consideration when you were fucked güvenilir bahis şirketleri and bred hundreds of times by those thirty cocks, did you? You can still fuck around, with me present, and with condoms, and I’ll still add to the tally, but understand, I’m not stopping until we are even on fucking other people.”“29? But you fucked three tonight. Shouldn’t that be 27?”, Jess asked. The look on her face was precious.“No, it’s 29.”, I said. “You fucked 2, and I fucked 3. That’s 30 plus 2 minus 3 equals 29. Get the math?”“But, but,”, she stammered, “I only fucked one guy.”, she insisted.“Doesn’t matter.”, I stated. “You started out with two cocks, and from what I saw, you were more than ready to get fucked by both. It’s not my problem that one cock didn’t want to fuck you with a condom. You should choose better next time.”It was harsh, but harsh was needed to drive the point home that Jess hurt me deeply. And, at this point, I just didn’t care any longer what she felt.With that, I left to take a shower. Jess took one after me. When she was finished, she found me in bed, almost asleep. She snuggled up next to me, held me tight, and we both went to sleep. Although I made no movements in protest, I let her do what she wanted. She has a lot to make up for. Maybe this is a small first step.I don’t know, and I really didn’t care.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Géraldine tome 2-Chapitre 50

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ahegao

Géraldine tome 2-Chapitre 50Chapitre 50 – Du chenil au bureauGéraldine traversa la cour qui la menait au chenil tranquillement, ses pas entravées par sa jupe étroite, sentant sa longue queue de cheval frottant presque la raie de ses petites fesses, dilatée à l’extrême par son plug vibrant, qui dépassait du cœur de sa jupe de latex rose.En poussant la porte du chenil, elle vit immédiatement Slutty attachée par son anneau nasal à un anneau fixé dans le sol, prêt de la table de préparation canine, et qui bizarrement gémissait déjà telle une vraie chienne. Elle chercha Kitty des yeux, en vain, mais entendant du bruit dans un coin invisible de la porte , Géraldine se dirigea vers l’endroit, d’où s’échappait des cris étouffés de douleur .Maître Laurent était en train de mettre un large ring-gag à la pauvre Kitty, dont le corps était prisonnier d’une catsuit de latex noir identique à celle des chiennes, où les bras et les jambes des soumises étaient pliées à l’extrême. Elle était suspendue dans les airs par un savant shibari, mais dans une position qui la faisait ressembler à une grenouille sur une table d’autopsie…Mais sans la table . Même après le peu de temps passé au chenil, son visage était devenu méconnaissable, par le manque de sommeil et l’intensité des sévices subis par le Maître du chenil, qui ne lui laissait aucun repos.Ce dernier glissa un tuyau de latex épais dans la bouche écartelée de la petite Chatte-grenouille, avant de lui boucher les oreilles avec des bouchons d’oreilles, rajoutant par-dessus deux éponges épaisses, qu’il scotcha autour de la tête nue de la pauvre Kitty, qui se retrouva aussitôt sourde a toute les activités du chenil.Maître Laurent prit des pinces japonaises, et les fixa aux petits mamelons annelés à sa merci, les reliant ensuite à un anneau du plafond par un long ressort.“ – MMMMMMMPPHHH!! AAARRRGHHH !!! ‘I’IE, MAI’RE!!!  MMMMMMMPPHHH!!»Supplia la pauvre Kitty, sous la douleur de ce nouvel étirement de ses sensibles petits mamelons, tandis que ses yeux bleus rougis par trop de larmes cherchaient un regain de gratitude.Mais Maître Laurent ne répondit pas, et pris une cagoule large, où il fit passer le tuyau de latex, et il se mit à actionner une pompe, qui immédiatement fit de la tête de la pauvre chatte un gros ballon de presque 80 centimètres de diamètre.Il rapprocha ensuite un vérin possédant un énorme gode, et empala la pauvre Kitty, avant de mettre le vérin en action, qui commença des va et vient pour autopsier l’intimité de la chatte-grenouille.“ –  MMMMMMMPPHHH!! AAARRRGHHH !!! MMMMMMMPPHHH!!»Hurla aussitôt la boule de latex noir qui se voulait être la tête de la pauvre Chatte-grenouille, dont l’anus n’était plus que plaie, depuis que les chiennes l’avaient prises plusieurs fois chacune, quand elle était entravée a l’intérieur de sa cage.« Tu es venue chercher la chienne pour la Directrice, je suppose….Jolie tenue pour une chaude petite salope telle que toi ! » Dit le Maître du chenil, délaissant la Chatte-grenouille, qui resterait ainsi suspendue jusqu’au repas du soir, et alla détacher la « Pink Lady » ,en effleurant au passage le cœur de l’étroite jupe de Géraldine.  « Mmmpphhh ! ‘Ui , Mai’re ! Haaaannnnn !  Me’ci Mai’re ! Mmmpphhh ! » Soupira doucement la soumise-secrétaire, en minaudant, papillonnant les longs faux cils de ses yeux de biche lourdement maquillés, quand la main l’effleura, tout en portant son regard sur l’imposante bosse qui se dessinait sur le pantalon du Maître du Chenil.« Tu sembles avoir apprécié ton statu de pouliche que je t’ai fait découvrir, petite salope ! » Dit Maître Laurent, auquel le regard «gourmand» canlı bahis de la soumise-secrétaire n’avait pas échappé, commençant de caresser son entre-jambe, avant d’essuyer un petit filet de bave qui s’écoulait du large gag-ball de Géraldine. « Mmmpphhh ! ‘Ui , Mai’re ! Haaaannnnn !  ‘Ais ‘ous n‘avez ‘outé ‘qu’un ‘oté , Mai’re ! ! Mmmpphhh ! » Répondit la secrétaire, dans un soupir lascif, en frottant son gag-ball sur la main du Maître du Chenil, tout en continuant de minauder.« Petite salope gourmande ! « Dit le Maître du chenil, dans un sourire réjoui, en s’empressant de déboutonner son pantalon pour en sortir son énorme sexe, tandis que son autre main avait déjà fait se tourner Géraldine pour lui retirer son gag-ball.«MMMMmmm … Oui, Maître ! » Soupira la soumise, acquiesçant d’un signe de tête, tout en se mettant à genoux devant le sexe qui s’offrait à elle, l’engouffrant langoureusement, l’avalant au plus profond que sa gorge de Sissy Slut bien éduquée pouvait le faire, sous le couinement et le regard désespéré de Slutty, dont la charge électrique venait de se remettre en charge.« Tu as des lèvres exquises, et qui savent parler aux hommes, petite Géraldine » Dit Maître Laurent, qui caressait les mains de la secrétaire entravées par leur barre.« – MMMmmmmmm ! MMMmmmmmm ! » Soupira doucement la soumise-secrétaire, dont la bouche était entièrement remplie par l’imposant sexe, et qui glissait dessus avec volupté dans de doux va et vient  .Ayant la tentation d’obliger la secrétaire à un deepthroat, Maître Laurent se ravisa sous la douceur des lèvres expertes de la soumise et lui laissa libre court à son inspiration.« – MMMmmmmmm ! Haaaannnnn ! Il ne faut pas me tacher, Maître ! MMMmmmmmm ! » Gémit  lascivement Géraldine, en laissant sa langue percée aller et venir sur le pénis qui se dressait face à son visage, avant de l’engouffrer de nouveau, en sentant que la sève du Maître du chenil qui montait dans son membre, et qu’elle avala avec gourmandise, en le caressant ensuite de sa langue pour prendre la totalité.« Je ne sais pas qui est la plus chienne des deux, petite salope ! » Dit Maître Laurent, en engouffrant de nouveau le large gag-ball dans les lèvres encore humides de Géraldine, qui minaudait encore un peu, du sourire plein les yeux sous le « compliment ».« Mmmpphhh ! Me’ci Mai’re ! Mmmpphhh ! »Soupira  la  soumise-secrétaire, en relevant la tête , ses yeux  gourmands restants fixés sur le membre, qu’elle caressait doucement de son gag-ball.Maître Laurent aida Géraldine à se relever, et lui plaça la longue laisse de strass de la « Pink Lady » dans une main.«Tu vas l’emmener faire un pipi dans le petit jardinet à coté et tu me la ramènes aussitôt après que je lui remette son plug d’urètre ! »Ordonna Maître Laurent, en se baissant pour retirer le plug d’urètre, qui bloquait toute évacuation sans exception pour la pauvre Slutty.« -AHOUAHOU !!!AAOOUU !!! WUF WUF !!! AHOUAHOU !!! »Couina la « Pink Lady », sous la douleur que lui infligeait le Maître du chenil, en lui étirant un peu plus ses testicules  hypersensibles pour lui retirer son plug d’urètre.Géraldine sortit du chenil, et se dirigea doucement vers le jardinet, suivi par Slutty, la petite « Pink Lady ».« -AHOUAHOU !!!WOUF !!! WUF WUF !!! AHOUAHOU !!! » Couina la « Pink Lady », comme une vulgaire canidé sous la nouvelle décharge, qui irradiait dans son être, battant de ses paupières ornées de ses longs faux cils roses, essayant d’attirer le regard et la clémence de Géraldine.« Mmmpphhh ! Fait pi’i, ‘lutty, s‘i ‘e ‘lait ! Mmmpphhh ! » Soupira la secrétaire, en tirant un coup sec sur la laisse en bahis siteleri réponse à la supplique canine de la chienne.« -AHOUAHOU !!!WOUF !!! WUF WUF !!! AHOUAHOU !!! » Aboya Slutty, en tirant dans le sens contraire, comme si elle pouvait échapper à l’emprise de sa laisse.“ – MMMMMMMPPHHH!! ‘ISSE ET ’AIS ‘OI !!! CHA’UNE A SA PLA’E !! MMMMMMMPPHHH !!! » Dit Géraldine, en raccourcissant comme elle pouvait la laisse de la chienne, se mettant de titiller les lourds grelots qui ornaient les testicules étirés de la « Pink Lady » avec sa chaussure à plate-forme . « -AHOUAHOU !!!AAOOUU !!! WUF WUF !!! AHOUAHOU !!! » Couina  la chienne caniche, sous la douleur des lourds grelots de ses deux grosses pommes, que se mettaient à agiter sa promeneuse, tout en commençant honteusement à uriner sur la pelouse.Une fois l’affaire de la chienne Slutty finie, Géraldine l’entraîna à nouveau dans le chenil, où Maître Laurent attendait en préparant quelques petits jouets pour s’occuper de la Chatte-grenouille .Il replaça le plug d’urètre, non sans couinements de la part de la chienne, qui se débattait, mais dont Géraldine tenait la laisse au plus court.« Voila la fifille est prête ! A demain matin, ma belle pouliche !»Dit Maître Laurent, en caressant rêveusement la croupe cambrée sous la jupe de latex de la secrétaire.« Mmmpphhh ! ‘Ui , Mai’re ! Mmmpphhh ! » Répondit la secrétaire, dans un soupir lascif, minaudant pour retirer ses fesses de la main exploratrice, et s’en allant en emmenant la « Pink Lady » de la Directrice dans des couinements, que lui arrachait chaque mouvement de son arrière-train, le tout tinté de la musique de ses lourds grelots.Après une traversée de la cour fut longue et fastidieuse, où Géraldine avait été presque obligée traîner la chienne caniche rose. Bien que le Maître du chenil avait arrêté la télécommande pour les décharges électriques, la chienne caniche n’avait pas arrêté de couiner, tant son humbler de métal lui étirait ses parties génitales, que de temps en temps Géraldine avait poussé du pied en passant derrière la « Pink Lady », pour activer le mouvement, sous les yeux amusées et satisfaits de la Directrice, qui l’avait regardé en fumant sa cigarette derrière la baie vitrée de son bureau, avec à ses coté son délicieux cendrier de bureau.Géraldine frappa à la porte du bureau, attendant patiemment l’autorisation d’entrer, tandis que la chienne Slutty se tortillait doucement, en levant des yeux larmoyants et inquisiteurs envers sa promeneuse, qui lui semblait-elle, avait pris un malin plaisir de jouer avec les lourds grelots, qui embarrassaient ses énormes testicules étirées.“ – Entrez ! ”Dit la voix de Maîtresse Xaviera, sur fond des gémissements de son cendrier.« Pa’don ‘our le ‘e’ard, Mai’resse ! »Dit la secrétaire, en entrant suivi de la « Pink Lady », en baissant les yeux sur la chienne, faisant croire que son retard n’était du qu’a la chienne indisciplinée et traînarde.« J’ai vu que tu faisais tout ton possible pour accélérer cette adorable petite chienne, petite Géraldine ! » Dit la Directrice, en prenant la laisse accrochée à l’anneau nasal de Slutty, l’entraînant vers les cousins, où résidait habituellement sa chatte.« -AHOUAHOU !!!WOUF !!! WUF WUF !!! AHOUAHOU !!! » Couina Slutty, en papillonnant de ses yeux ornées de ses longs cils de strass, quand Maîtresse Xaviera lui attacha sa laisse à un gros anneau qui sortait du sol.« Tu dois mourir de soif à force d’aboyer, ma belle ! »Dit la Directrice, sur un ton ironique, en prenant un petit tuyau raccordé à un gros sac de lavement rempli de liquide, qu’elle glissa dans un petit trou prévu dans le bahis şirketleri  modulateur de sons, mettant le compte-goutte en route. Puis elle passa derrière la caniche rose, et raccorda une petite pince électrique au plug d’urètre qu’elle brancha au broîtier, tout en caressant au passage de sa main gantée les testicules étirées de sa petite chienne.« -AHOUAHOU !!!AAOOUU !!! WUF WUF !!! AHOUAHOU !!! » Couina  la chienne caniche, en sentant la main de la Directrice sur ses sensibles testicules, ayant compris ce qu’elle avait fait quand elle l’avait senti tripoter le plug d’urètre de son clito flasque. Elle tourna un regard affolé vers Géraldine, cherchant du secours, tandis qu’elle sentait les premières gouttes qui coulaient dans sa gorge, et qui avait le goût du cocktail aphrodisiaque .« Géraldine, appuie sur la télécommande, que je vérifie les branchements !»Ordonna la Directrice à sa secrétaire, ayant vu le regard implorant que lui lançait Slutty.Géraldine hésita prit la télécommande sur le bureau, et baissa les yeux pour ne pas regarder Slutty, actionnant malgré tout le bouton pour envoyer une décharge dans les parties génitales et l’anus de la Pink Lady« -AHOUAHOU !!!AAAAAOOOOUUUU !!! AHOUAHOU !!! » Hurla la « Pink Lady », ses yeux se voilant de larmes, sous la douleur que lui infligeait son amie, malgré elle. L’électricité irradiant au plus profond de son intimité, de son clito bagué et flasque, et de ses testicules que le humbler étirait à l’extrême.« Berce mes oreilles de tes couinements, petite Pink Lady ! » Dit Maîtresse Xaviera, en tournant les talons pour retourner à son bureau, tout en prenant un de ses longues cigarettes, que Géraldine s’empressa d’allumer d’une de ses mains entravées.Le téléphone du bureau sonna.« Bonjour Maîtresse Maryse , vous vous inquiétez pour votre Maura ? « Demanda la Directrice, en décrochant, tapotant sa cendre sur la langue de son cendrier.   “ – HAAANNN ! AAARRRGHHH !!!… ”Geignit  la pauvre soumise-cendrier , sous la cendre brûlante qui lui chauffait sa langue étirée.« Ce n’est rien, c’est mon cendrier qui brûle un peu ! Oui, bien sur, je peux vous prêtez 2 soumises pour votre tournage de demain, cela ne pose aucun problème…..Ma nouvelle secrétaire les accompagnera dans l’après-midi avec un chauffeur ! »Dit Maîtresse Xaviera, à son interlocutrice, tout en continuant de fumer sa cigarette, avant de raccrocher son téléphone, et faisant signe à Géraldine, si elle avait compris la conversation .« Mmmpphhh ! ‘Ui , Mai’resse ! Mmmpphhh ! » Répondit la secrétaire, en acquiesçant de la tête, son regard s’attardant sur Slutty qui couinait doucement ,les yeux embués et commençants de se voiler par son esprit, qui commençait de s’affoler sous l’effet du cocktail .« Maîtresse Maryse a un tournage de film SM latex demain….Deux de ses figurants ont décommandés, elle a tout de suite pensé à nous….Et elle désire Amanda, qu’elle a aperçu dans les toilettes l’autre soir, et l’autre de mon choix….Tu n’auras qu’a prendre Joy ,et emmène donc ma petite « Pink Lady », elle fera sensation….Et qui sait, Maîtresse Maryse te trouvera peut être une occupation….Mais retourne donc travailler, et tu viendras promener ma chienne avant d’aller au réfectoire pour manger !« Ordonna Maîtresse Xaviera, en claquant de nouveau, une fessée sur les petites fesses de sa soumise-secrétaire étroitement gainée de leur jupe de latex rose« Mmmpphhh ! ‘Ui , Mai’resse ! Mmmpphhh ! » Soupira Géraldine, en repartant vers son bureau, tout en tortillant ses petites fesses sous le regard de la Directrice, l’esprit déjà de se voir tourner dans un film SM.En refermant la porte, Géraldine entendit Maude gémir sous une nouvelle brûlure, de concert avec Slutty, qui saouler au cocktail aphrodisiaque, recevait une nouvelle décharge électrique, qui cette fois la fit couiner presque d’euphorie.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

a tu et à toi : Lilly

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Blonde

a tu et à toi : LillyTes mains, jointes au dessus de ta tête, sont liées aux barreaux du lit. Tes pieds, bien écartés l’un de l’autre sont liés eux aussi. Tu es couchée sur le dos, aveuglée par un bandeau opaque. Tu n’entends que ta respiration. Une porte s’ouvre. Des bruits de pas. Tu te contractes. Les liens sont solides. Combien sont ils? Sans doute deux ou 3 personnes. Ils ne parlent pas. Tu sens quelqu’un qui s’approche. Quelqu’un s’assied sur le lit. Tu sens une respiration chaude te caresser la peau. C’est très agréable. Tu te détends. Un parfum fruité émane de cette personne. Une main te touche. Très légèrement. A peine un frôlement. Sur ton visage. Tes lèvres. Puis la main descend sur ta poitrine. Passe dessous tes seins, y dessine des arabesques. Une douce chaleur s’empare de ton corps. La tension, toujours présente, s’atténue. La main caresse l’intérieur de tes cuisses. Tu sens la présence d’autre(s) personne(s) dans la pièce, mais toujours aucune parole. Une langue vient se poser sur tes lèvres, les caresse. Puis descend sur le haut de ta poitrine. canlı bahis La main caresse ton sexe toujours très doucement. Lentement, tes hanches se mettent en mouvement, à la rencontre de cette caresse si douce. La langue se pose sur une aréole, aussi légère qu’un papillon. Tu laisses échapper un gémissement. Un doigt touche ton clitoris, le bouscule, revient le caresser. Tu fais un effort pour écarter tes jambes, liées; pour t’offrir à cette caresse. La langue danse un slow avec tes tétons, sur le rythme de ce doigt qui titille ton clitoris. Puis la bouche descend. Sur ton ventre. Sur tes hanches, ton nombril. Puis à la jointure de tes cuisses. Tu gémis un peu plus fort. Soudain, toute la chaleur humide de cette bouche s’empare de ton sexe. Tes hanches se tendent vers cette caresse. Tu gémis plus fort. A part les respirations qui se font plus fortes, toujours aucun bruit. Puis cette langue qui semblait se retenir, envahit tout ton sexe, se glisse entre tes lèvres. Un doigt inquisiteur vient la rejoindre. Te fouille. Va plus loin. Ecarte les parois vaginales. bahis siteleri Puis entame un mouvement de va et vient. La langue et le doigt ont le même mouvement circulaire. Ils se rejoignent, s’écartent sur un rythme qui s’accélère. Tu entends un léger clapotis un peu plus loin. Tu imagines un homme qui se masturbe. Tu vois son sexe et sa main qui va et vient. Cette vision te prend au bas ventre. Tu as envie de prendre la tête de cette femme, de la presser contre ton sexe, mais tu es immobilisée. Tu sens le lit bouger, une présence plus proche. Tu sens le lit aller d’arrière en avant. La femme pousse un grand ooooh de soulagement. Tu ressens un mouvement de va et vient. Tu imagines cette femme qui te lèche se faire prendre en levrette juste devant toi, et ça met le feu à tout ton ventre. Tu cries. Elle introduit un deuxième doigt dans ton sexe, et te lèche avec plus de force. Tu sens les coups de butoir de l’homme qui se répercutent entre tes jambes. La femme arrête souvent de te lécher pour gémir. Sur ton sexe, la langue adopte le rythme de l’homme, bahis şirketleri ponctué de ooh, hmm, aah. Tu sens comme une boule de feu qui grossit dans ton ventre. Plus chaude, plus forte, et soudain elle explose. Ton corps se contracte avec une v******e rare. Sur ton sexe, tu sens les mouvements de la femme devenir désordonnés, brusques. Elle te mord l’intérieur des cuisses. L’homme grogne. Tu entends un “clac” régulier. Est ce qu’il la fesse? Ses cris se font plus forts, suppliants. Les grognements de l’homme se font comme interrogateurs. Deux grands “OUI” semblent l’encourager. Puis un grand “aaaah”. Tu sens le lit qui bouge, l’homme se rapprocher. Puis un vit chaud et humide se poser sur tes lèvres. Tu les ouvres. Il s’y introduit. Tu as à peine le temps de le toucher de ta langue, que tu sens un liquide chaud et gluant se déverser par jets dans ta bouche, et sur ton visage. Tu sens la femme qui revient t’embrasser, te nettoyer de cette souillure, puis t’embrasser tendrement. Tu les entends s’embrasser aussi. Puis le lit remue de nouveau pendant que doucement, tu reprends tes esprits. La porte s’ouvre et se ferme, puis s’ouvre et se ferme à nouveau quelques instants plus tard._ Alors?C’est ma voix. Je te caresse, j’enlève le bandeau qui t’aveugle. Je t’embrasse sur le front.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Soumission Mature Active

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Blowjob

Soumission Mature ActiveFréquentant toujours Mylène et Caroline. J’étais maintenant passé en soumission active les deux dames voulant plutôt du sexe appliqué en douceur quand toutes les deux étaient ensemble en ma présence. Elles conversaient de longue heures au salon moi les écoutant me signifiant de me déshabiller et de ne garder que mon sous vêtement la plupart du temps de couleur foncé. Buvant habituellement des cafés cognacs ou espagnols les deux dames dégustant plutôt des moritas ou bien des gins tonics. Elles s’habillaient de façon normales la pointe de leurs seins par contre bien tendue et une odeur de chatte mouillée bien présente. Elles semblaient presque vouloir me dévorer tout rond mais s’abstenaient de le faire voulant seulement créer une tension sexuelle absolue. Initiées une première fois à une relation femme femme en ma seul présence y ayant pris goût. Leurs conversations terminées Mylène me gratifiait habituellement d’une fellation une fois sur quatre l’événement se répétant ainsi avec régularité. Les deux femmes baisaient par la suite dans une chambre me laissant seul au salon la verge tendue les entendant gémir pendant une bonne heure. M’interdisant de me masturber durant leurs ébats voulant ainsi ma total soumission envers elles. Ressortant le corps mouillé Mylène portant habituellement une petite culotte rose de dentelle avant d’aller se doucher. Ensuite Caroline portant une petite culotte noire ses seins dénudés me regardant brièvement pour attiser le feu et l’envie. Dormant sur le divan me réveillant au matin les occasions échelonnées sur deux mois me laissant güvenilir canlı bahis siteleri toujours seul pendant qu’elles s’amusaient au loin. Deux mois d’abstinences les deux dames me permettant enfin de les assouvirent discutant au salon moi toujours en sous vêtement. Ne m’ayant signifié la durée de ma période d’inaction au début. Voulait seulement tester mes capacités d’obéissance et d’écoute étant agréablement surprises de m’avoir vu résisté aussi longtemps sans m’avoir affirmer. Elles buvaient maintenant des cafés espagnoles et semblaient particulièrement agitées. Caroline se levant abaissant mon sous vêtement le regard avisé. Me gratifiant d’une fellation hâtive et enthousiaste enlevant son t-shirt de couleur rose vaginale le tout dénué de soutien gorge. Mylène enlevant sa robe noire tout en se masturbant sous sa petite culotte rosée nous observant tout près. Fourrant Caroline en premier lieu l’amenant dans son lit en déchirant sa petite culotte blanche de mes mains. Elle voulait clairement se faire baiser comme une chienne par en arrière lui défonçant la chatte taillée de près sans relâche. Hummmmmm Ouiii Ouiii Ouiii La prenant ensuite contre un mur puis un bureau ses jambes bien ouvertes la dame jouissant me signifiant de ne surtout m’arrêter. Une lampe de chevet tombant au sol durant l’action Caroline s’agrippant du mieux qu’elle le pouvait sur des objets inanimés. Éjaculant sous une séquence de 5 ou 6 coups de pieux appliqués de façons rapides dans sa belle vulve chaude et humide en poussant un long râle de soulagement. Caroline me regardant güvenilir illegal bahis siteleri dans les yeux après un court instant visiblement heureuse venant m’embrasser. Fière d’avoir été prise par son jeune amant après tant d’absence. Relayant son poste à sa collègue tout aussi en manque de queue me caressant une épaule en me regardant. Bien joué jeune homme me dit t’elle en me faisant un clin d’oeil approbateur retournant au salon enfin assouvie.Mylène arrivant déjà presque nue enlevant sa petite culotte rose mouillée avec hâte. Venant m’embrasser les lèvres le cou puis le torse en faisant bouger ses mains sur le flanc de mes épaules. Descendant vers mon entrejambe en me caressant le bas du dos puis les fesses pour ainsi avaler ma tige à demi tendue. Mon érection complète revenue bougeant sa bouche de bas en haut sur ma hampe la dame remontant me proposant la position debout de l’union suspendue. Elle n’était pas légère mais mes jambes musclées savaient garder le cap pendant qu’elle montait et descendait sur ma verge. Mylène déposant une jambe sur le sol exténuée pour appuyer son dos contre un mur moi la besognant toujours nos deux corps trempés de sueur. Venant l’embrasser dans le cou Mylène m’affirmant le souffle court Ouiii c’est bon continue. Me retirant pour lui doigter la chatte et l’embrasser avec fougue. La déposant sur le lit 10 minutes plus tard avec ses deux jambes bien ouvertes pour lui lécher la chatte déjà bien assouvie les lèvres entrouvertes et mouillées. Gémissant en m’agrippant par les cheveux ses deux jambes se tordant autour de ma güvenilir bahis şirketleri tête. Empoignant ses deux chevilles pour me positionner sur le rebord du lit et ainsi la pénétrer dans la position du bâteau ivre. Caroline apparaissant en petite culotte de dentelle noir avec un grand verre d’eau à la main nous observant. Mylène prenant son pieds ses seins vibrant dans l’action. Caroline s’approchant pour me mettre un bâillon (bandeau blanc) autour de la tête en couvrant ma bouche. Me disant à l’oreille en appuyant son corps contre le miens relaxe maintenant en posant ses deux mains avec délicatesses sur mes hanches. Arrêtant mes vas et viens me retirant attendant la suite des choses. Caroline tenait deux autres bandeaux dans ses mains me signifiant un autre geste de soumission.M’attachant les poignets aux barreaux du lit, les deux femmes me chevauchant à tour de rôle tel deux tigresses affamées. Passant une bonne partie de la nuit en trempant leurs chattes sur mon pinceau. Le café était fort probablement un bon moyen pour les garder éveillées et actives les sentant en grande forme toutes les deux. Remontant mon bandeau sur les yeux à chaque fois m’indiquant vouloir recueillir mes semences dans leurs vagins sous des déhanchements plus frénétiques. Mylène me faisant jouir en premier puis Caroline laissant mon corps épuisé et souillé toujours attacher sans vision visiblement jusqu’au matin. Mylène venant me rejoindre 1 heure plus tard en soirée pour me détacher et me redonner ma vision complète. M’avisant de faire des beaux rêves ayant beaucoup aimé cette partie de jambes en l’air retournant dormir au salon en agréable compagnie. Me réveillant vers 7 heures pour me proposer le petit déjeuner fait avec beaucoup d’attention féminine. Elles savaient que j’étais leur proie et semblaient en profiter grandement mon corps meurtri prêt à des futurs assouvissements déjantés de leurs parts.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

My old neighbour

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ball Sucking

My old neighbourI’ve got a real fetish for panties.and take every opportunity to have some fun with them…I think the more daring is more fun…for about the last year I’ve been taking the opportunity to have a little fun with the neighbours…shes 70 something..good set of tits..not huge..reasonable shape and still quite fuckable…whenever I get the chance I like to go into the house,have a little rummage through her knickers drawer…if I have the time maybe try them on .even take a few pics ..I also found her rabbit.. I always look for it .to see if it’s been moved…due to use..lolRecently I had the worst experience..and what turned out to be one of the best everI seen her go out as she normally does at 2pm .and knew shes usually away for 45 mins-1hr..so took my chance for a little rummage..I went in the door ..shouted for her just to make sure her grandson wasn’t in ..because he often visits..that’s the reason the door isnt locked..no answer..Yes…went up the stairs into her room..I could feel a little stirring in my groin ..but also nerves in case anyone came in….looked in the drawers her rabbit was in last time..not there…looked around ..found it in drawers next to her bed..next to knickers drawer…had a look at it ..and a little sniff..it had a nice faint pussy smell..I could just imagine her using it…I was getting more aroused at the thought…now the knickers drawer…opened it and looked at the selection..only around 12 pairs..I looked through them..remembering what ones I’d tried before..getting more aroused ,I took them out and lay them on her bed..imagining her wearing them..Then from behind me “WHAT ARE YOU DOING” her voice behind me said .I could tell she was not pleased….what could I say… i was in her bedroom with all her knickers laid out on the bed,and prior to hearing her voice ,had a raging hard on…which had rapidly disappeared.!!!. I stammered and tried to think of an excuse..but there really couldn’t be one for the scene shes just walked into….I turned around and said “im sorry…its just “but there could be no answer to her question…”I wondered who was looking in my stuff..thought it was maybe bahis firmaları my grandson ” she said…”but now I know”…”so tell me …what do you get out of looking through an old woman’s knickers”…I was still looking at the ground ,embarrassed and wondering how I could ever get out of this mess… “I’m sorry..its just that” and i looked up she was smiling….”so come on then..tell me…what are you doing with my knickers” she said…once again i apologised…but she said” come on then tell me”…”do you think i haven’t noticed you looking down my top when I’m bent over in the garden” ….to be honest I’m quite flattered” she had a massive grin on her face….”so come on …tell me..what do you do with them”…I decided they best course of action was to tell her…as nothing could make this situation worse…” I just like looking at them”…..”is that all ” she said … “I like to imagine you wearing them” I replied…”me ..an old lady”…. “yes” …”anything else” she questioned………” i sometimes like to try them on”…”WHY”……..”i just like the feel of them”….”AND”…..”i like to think of my cock touching where you pussy has been”…….”well I dont want to spoil your fun…put a pair on” she said….I was afraid ,embarrassed and excited ,all at one time….”no its ok” i said……..”DONT THINK YOUR GETTING OFF THAT EASY” ..DO YOU WANT ME TO TELL EVERYONE WHAT IVE JUST WALKED IN ON?”…..NO? WELL PICK A PAIR”……I looked at them before me laid on the bed ..and picked up a pair of deep pink shiny looking ones….”PUT THEM ON THEN…LET ME SEE WHAT YOU LOOK LIKE”…I went to head to the bathroom..NO ..HERE IN FRONT OF ME” ……embarrassed I took my Jean’s down and my boxers ,removed my shoes and took them off……”MMMM..LONG TIME SINCE IVE SEEN ONE OF THEM” she said looking at my sad frightened cock…I put the knickers on and immediately there was a little stirring…”THATS LOOKING BETTER…I SEE WEVE GOT SOMETHING GOING ON IN THERE” she said……….”WHAT CAN I DO TO HELP?”………””can I see your tits?”……..”OF COURSE YOU CAN”…..she in buttoned her blouse and pulled it from the waist of her skirt…. her kaçak iddaa tits looked good in her lacy bra and I could just see her nipples through the material……..”YOU WANT THEM OUT”……..”yes please” she put her hand in the bra and cupped one tit out over the bra followed by the other…..they looked amazing..saggy kind of veiny..but with nipples that were around the size if my finger tip…not pink or dark ..just a mid brown colour……this had me fully hard now….”SOMEONES AWAKE NOW” she said…I looked down …my cock straining at the silky material…a little dark patch where the tip was leaking……”no wonder ” I said…..she held one of her tits up and rolled and pulled the nipple…this made it stand out even more….I reached out to touch….”NO” …TOUCHING” she said…..”WHAT ELSE DO YOU WANT TO SEE?”….I’d love to see you in your knickers I said…….”OK”….and began to pull her skirt up…….now i wouldve loved her to be wearing stockings…but no …tights/pantyhose over the top of a pair of dark blue knickers….her belly was held in by them …not huge but a mommy belly………”WELL….YOU LIKE.?” Oh yes I replied…”I CAN SEE THAT”she said looking at my cock in her knickers…….”WHAT NOW?”…I KNOW !” She said took her blouse fully off and sat on the bed….I went closer …my cock was in line with her mouth..” NO..THATS NOT HAPPENING” she grinned…and lay backwards on to her elbows…that made her saggy tits look amazing over the top of her bra…….”HOW DO YOU LIKE MY KNICKERS?……THE ONES IM WEARING…NOT THE ONES YOU ARE” she said……all I could say was “amazing…she kicked her shoes off and put her feet on the bed….”HAVE A CLOSER LOOK” I got on my knees and looked closely….I could see the stray hairs coming out the sides of her knickers but held in with the tights…I could also detect the aroma of an aroused woman…I thought I was going to explode…. she started to remove the tights..when she had one leg out I could see the stray hairs even better ..she took them off and lay back again knees up legs open….I could see the dark patch on her gusset…she was obviously enjoying teasing kaçak bahis me………”NOW LETS SEE….WHAT NEXT….I KNOW …GIVE ME MY VIBRATOR”…..I tried to pretend I did t know its whereabouts…..”YOU KNOW WHERE IT IS…YOU DONT THINK I NOTICE WHEN ITS BEEN TOUCHED” I went to the drawer and handed it to her……she turned it on and circled her nipples with it…which made them even bigger…then down between her legs rubbing it over her knickers gusset up and down…….”ILL BET YOUVE NEVER HAD THIS MUCH FUN IN A PAIR OF MY KNICKERS BEFORE ..HAVE YOU” no I replied and tried to reach out to touch again….”NO” STAY THERE…the wet spot in her knickers was now huge…..and my cock was leaking pre cum into her knickers I was wearing..she put the vibrator down and pulled the knickers to one side…the sight was amazing…kind of plump pussy light coloured/ grey hair and thick inner lips just protruding and shining with her cum…….”YOU LIKE? WHAT YOU SEE?” ….. Fuck me .yes amazing I replied… she lay back and pulled her knickers down to her knees I could see the gussett glistening with her cum …she then pulled them down to her ankles and raised her knees she took her hand and started fingering herself slowly..the smell was amazing as she was about to cum she pulled her pussy open for me to see…….well that was it ..I filled her knickers with cum as I watched her cumming….YOU CERTAINLY ENJOYED THAT …”she said looking at her knickers I was wearing soaked in my cum….”So did you” I replied looking at her….we stayed there for a few minutes till my cock was limp and she stopped cumming…….”TAKE THEM OFF” ..I slipped her knickers down off my cock and stepped out of them…”GIVE THEM TO ME” ….NICE LOAD SHE SAID AS SHE INSPECTED THEM. she took a finger and put some of my cum on it and tasted it “LONG TIME SINCE IVE TASTED THAT” SHE SAID….she kicked her knickers over to me and said…”HERES A PRESENT…KEEP THEM”.. she then took the knickers I had just cum in and rubbed them on her wet pussy..when she took them away I could see my cum mixed with hers and all over her pussy hairs……”NEXT TIME JUST ASK SHE SAID..SAVES SNEAKING AROUND ..we got dressed and I left …obviously with my present in my pocket…..and I wanked in them later while they were still wet from her…..I never got to touch her or fuck her ….but here’s hoping next time

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

How I Got My Anal Cherry Popped

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

How I Got My Anal Cherry PoppedMy Husband & I moved into a new neighborhood a few months back. We are in our late 20’s and both very fit. Our new neighbor Jim is 30 and very hot. He is tall and very muscular he is always at the gym. I would always wonder how big his cock was because he always had a bulge in his pants. Maybe I did that to him I have been told I have a smoking hot body. He has a girlfriend but she is a stuck up bitch few people like her. We would always sit and talk when we would see each other outside. My husband which is well endowed introduced me to sex I was a virgin. We meet in high school and married soon after. He had always wanted to do anal with me but I always thought it was so nasty. Since he was so big I would not let him even try. I wouldn’t even let him put a finger in my ass. One day I was sitting around talking to Jim and the talk turn to sex. Some how I accidentally let it slip that Dave wanted to do anal but that I didn’t let him. He just smiled and said how he loved to fuck his girl friend in the ass because she would cum hard. I told him that I was an anal virgin and had not ever had anything in my ass.That is when he surprised me and told me that I had one of the sweetest asses he had ever seen. I could feel myself start to get damp. He left not much after that which was good because I was losing control of my feelings. I had never really thought much about having sex with him. But I could not stop thinking about it. The following canlı bahis week I was super horny just thinking about what he said and the thought about him putting his cock deep in my ass. I put on a see thru sun dress I love to wear because it shows off my great body. I put on some 6 inch spikes just to make my ass look tighter. I never wear a bra or panties with it and it is pretty short not much below my ass cheeks. I had been watching for Jim to come home from work. When he did I saw that he went in and changed in to just shorts no shirt. He when to the garage to work on a old car he is restoring. I thought girl it is now or never if you are going to see how big that thing is. I walked over and found him just going under the car on his back how perfect I thought as I walked up he slid out from under the car and was looking right up my dress. All he could say was WOW. He reached up and slid his hands right up my legs and grabbed my ass cheeks in one smooth motion. I slight spread my legs let him get a good look at my smooth bald pussy & tight asshole. He asked me if I wanted to get that sweet little ass fucked inside the house or right there. I said which ever you want your choice. When he came out from under the car he had one huge bulge. I reached over pulled down his shorts letting his big cock free from the confinements of his shorts. I leaned down and started sucking on his cock feeling it grow in my mouth. As I bent over he reached under my dress and bahis siteleri placed his large fingers in my hot wet pussy. As I was sucking on his growing cock with him having fingers in my pussy I could not stand it and came squirting cum all over his hand. I was wanting bad to feel that cock in my wet pussy now. I said lets go in to the house where we can get a little more comfy on the bed. Once in the bedroom I climbed up on his already hard cock sliding my pussy down slowly I could feel every inch of it as it went in my tight little pussy. We fucked for a long time while I was riding his swelling and throbbing cock I just kept coming over and over feeling him bottom out in me. Then he asked are you ready for me to pop your anal cherry to which I said fuck yes. He told me to get on my hands and knees with my ass high in the air he pull my ass back hanging off the bed then he put some lubrication on my ass and his cock. He was now teasing my asshole with the tip of his cock every so gently pushing his cock in making my tight little asshole open up for his cock. He keep asking if I was ok because of my loud moaning I told him it hurt some but was getting better. He whet slowly and finally got all of his big hard cock in my ass I screamed and said fuck my ass please. I totally was enjoying having a cock in my ass. I thought back of the all the times that my husband had wanted to fuck my ass I said no. I had no idea that having a cock in my ass would feel this bahis şirketleri damn good. I was squirting cum all over his cock. He was pounding my ass with long and steady strokes I could feel his balls swelling and knew what was about to happen then he asked me if I wanted him to shot his cum deep in my bowels or all over my ass. I told him shoot it deep in my ass that I wanted to the feel it being squirted deep in my tight ass. As he shot his hot load after load of cum deep in my ass it made me squirt one more time. I thought to myself damn I am not sure if I have ever cum like this or so many times. Then I did something that I would have never thought I would do and started sucking on his cock he was still hard and I almost gag when he hit the back of my throat. He went to the bathroom to clean up and came back with a wet towel for me to clean up with but I said no that I had an idea for my ass full of his cum. We lay on the bed totally exhausted that is when I kiss him and told him that I need to go before all the cum ran out. I told the him thank you for making my fantasy a reality he said no problem any time. When my husband got home I was laying face down naked on our bed legs spread with Jims cum dripping from my gapping ass. I was scared what he might do but I needed him to fuck me hard which did come after me telling him about my afternoon and why there was cum leaking from my asshole. I was surprised that he was not that mad and only said that since I fucked Jim that he would just have to show the Bitch girl friend what a huge cock feels like up her ass. He also said that the next time I fuck Jim that he was going to fuck me at the same time. I can hardly wait for my first DP

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Géraldine tome 2-Chapitre 51

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Big Tits

Géraldine tome 2-Chapitre 51Chapitre 51- Coupante directiveDe retour à son bureau, et malgré son esprit enclin à la rêvasserie, Géraldine se mit à finir de ranger le bazar accumulé par la précédente secrétaire.Faisant ensuite un petit tour dans « son » dressing pour faire le choix de sa tenue du lendemain, en n’oubliant pas qu’elle allait se présenter sur un plateau de tournage de film.Rien qu’a cette pensée, son esprit et ses petites fesses moulées dans leur étroite jupe de latex se tortillèrent d’excitation.C’est dans cet esprit qu’elle retourna en fin de journée au bureau de la Directrice pour la promenade de la « Pink Lady ».Elle frappa et attendit l’autorisation de la Directrice pour entrer.“ – Entrez ! ”Dit Maîtresse Xaviera, dont la voix se retrouva associée à un gémissement de sa soumise-cendrier, sur fond des couinements de Slutty .Sans un mot ,Géraldine entra en baissant le regard, tandis que Maîtresse Xaviera était en train d’expliquer quelques finalités de l’école à Maura, dans sa tenue de Sissy, bâillonnée d’un large gag-bal, et dont les bras étaient pris dans un armbinder.Elle semblait épuisée de sa journée, et était à genoux devant la Directrice, qui jouait avec ses mamelons fraîchement annelés, en lui annonçant que son opération mammaire aurait lieu le lendemain, une fois que son compte en banque aurait été soulagé du montant de sa bonne éducation, mais lui signalant également qu’en même temps elle subirait l’ablation de ses inutiles testicules décidé par sa Maîtresse.“ – MMMMMMMPPHHH!! ‘PI’IE ,MAI’RESSE !!! S’I OU’ PLAI !!!‘AS CA !!! MMMMMMMPPHHH !!! » Supplia Maura dans son bâillon, dont les yeux s’embuaient de larmes. Certes, elles étaient inutiles, mais ses testicules étaient peut être le seul souvenir de sa « virilité » inutile, qu’ elle ne souhaitait pas voir disparaître.« Ta Maîtresse trouve tes couilles vides et pendantes bien trop disgracieuses, je ne lui donne pas tort, je ferai pareil si tu m’appartenais ! Et tu n’en seras que plus féminine avec juste un petit « clito »bagué et annelé de son joli prince Albert ! Donc plus besoin de ça ! »Dit Maîtresse Xaviera, en écrasant de sa chaussure à plate forme l’entre-jambe inerte de Maura, en tenant court la laisse accrochée au collier de maintien.“ – MMMMMMMPPHHH!! AAARRRGHHH !!! ‘UUIIII,MAI’RESSE !!! ME’CI ,MAI’RESSE !!!!!! MMMMMMMPPHHH !!! « Geignit la soumise, qui ne pouvait échapper à l’écrasement de ses testicules, qui ne seraient bientôt plus qu’un souvenir.Aux mots de la Directrice sur la castration de Maura, Géraldine pensa à son petit clito et ses petites testicules, et se baissa pour prendre la laisse accrochée à l’anneau nasal de la « Pink Lady », qui la regardait avec un regard orné de ses longs cils de strass excité par le cocktail, en tortillant son postérieur, où s’agitait son petit bout de queue de fourrure rose.« Tu lui retireras canlı bahis son plug d’urètre une fois dans la pelouse, petite Géraldine ! On ne sait jamais, cette petite chienne risque d’etre incontinente avec tout ce qu’elle a bu ! »Plaisanta la Directrice, en détachant la barre d’entrave de sa secrétaire de, sans cesser d’écraser le pauvre clito de Maura à sa merci.« Mmmpphhh ! ‘Ui , Mai’resse ! Mmmpphhh ! » Répondit Géraldine, en regardant le réservoir de cocktail totalement vide, emmenant a sa suite la chienne Slutty, pour sa promenade.« -AHOUAHOU !!!WOUF !!! WUF WUF !!! AHOUAHOU !!! » Couina la chienne, sous l’effet de ses testicules gonflées et étirées au moindre mouvement, mais elle avait compris qu’en tortillant un peu plus son postérieur pour se déplacer, elle soulageait un peu la traction du humbler.Géraldine emmena la « Pink Lady » couinante sur le large carré de pelouse au milieu de la cour gravillonnée, une fois arrivée à destination, Géraldine passa derrière la chienne.« « Mmmpphhh  ‘e ‘uis ‘é’o’lé pou’ toi ,’lutty!’e vais fai’e ‘ de ‘mon mieux !  Mmmpphhh !»Dit Géraldine, en caressant doucement les énormes couilles annelées de Slutty, et commençant à lui retirer son plug d’urètre.« -AHOUAHOU !!!AAAAAOOOOUUUU !!! AHOUAHOU !!! » Hurla la « Pink Lady », dont les yeux s’embuaient de larmes, sous la douleur de son plug d’urètre que son amie lui retirait doucement, mais à peine fut-il retiré, que le clito bagué et flasque de la chienne se soulagea, incontrôlable. La solution saline qui gonflait ses testicules, son plug d’urètre porté en permanence depuis plusieurs jours, et stimulé par les décharges électriques de l’après-midi, ainsi que l’ingurgitation des deux litres de cocktail avait eu raison de ses muscles pelviens, la rendant totalement incontinente, comme l’avait prédit Maîtresse Xaviera« Mmmpphhh ! ‘a va ‘ite, ce soi’ ! « Mmmpphhh ! » Plaisanta Géraldine, en surveillant Slutty, qui la regardait avec désespoir de ne pouvoir se contrôler, urinant à foison sur la pelouse.« -AHOUAHOU !!!WOUF !!! WUF WUF !!! AHOUAHOU !!! » Aboya Slutty, quand une fois fini son affaire, tandis que Géraldine l’entraînait de nouveau vers le bureau de la Directrice, et que une nouvelle décharge envahissait son anus et le humbler de métal.« Alors j’avais raison à propos de son incontinence, petite Géraldine ? « Demanda Maîtresse Xaviera , où attendait toujours à genoux la pauvre Maura, tandis qu’elle couchait la chienne sur le dos, tout en prenant le plug d’urètre que lui tendait sa secrétaire.« Mmmpphhh ! ‘Ui , Mai’resse !Une ‘raie p’tite ‘isseuse ! Mmmpphhh ! » Répondit Géraldine, en prenant l’initiative de mettre sa lourde plate forme sur le haut du sternum de la chienne pour la bloquer dans la position sur le dos, et ainsi aider la Directrice.« -AHOUAHOU !!!AAAAAOOOOUUUU !!! AHOUAHOU !!! » Couina la « Pink Lady », surprise bahis siteleri de l’aide offerte par Géraldine, tandis que Maîtresse Xaviera lui remettait son plug, et le rebranchant sur le boîtier.Une fois remise sur ses pattes, Géraldine du aller rattacher la chienne dans son enclos, tandis que la Directrice faisait se lever Maura .« Tu l’emmènes à Clara, qu’elle la prépare « psychologiquement » pour ses opérations, et qu’ elle regarde ton marquage !Ensuite , tu monteras dîner avec moi, petite Géraldine ! »Ordonna Maîtresse Xaviera, qui avait fort apprécier l’aide de sa secrétaire pour maintenir la chienne à sa merci , tandis qu’elle lui menottait les poignets devant, en lui plaçant la laisse de Maura dans les mains.“ – Mmmpphh…‘Ui , Mai’resse !’Me’ci, Mai’resse ! Mmmpphh… ”  Dit Géraldine, en baissant un peu plus les yeux, honteuse de ses pensées, en prenant la laisse de Maura, pour l’entraîner à sa suite, et sortit du bureau sous le regard de la Directrice qui s’allumait une nouvelle cigarette, réfléchissant déjà à sa soirée, bercée par les couinements de la « Pink Lady «  qui reprenaient de plus belle avec une nouvelle décharge électrique.Tirant par sa laisse reliée à son collier de maintien, une Maura qui peinait à la suivre jucher sur ses ballets-boots, Géraldine croisa fièrement un bon nombre d’étudiantes, dont des nouvelles têtes, accompagnées de leur préceptrice ou d’une surveillante, qui se rendaient au réfectoire.Géraldine marqua un temps d’arrêt à la double porte ouverte de ce dernier, en voyant Hugo en train d’installer la pauvre Kitty sur un large socle tournant. Elle était complètement nue et sale, avec pour seule décoration de lourds grelots accrochées à des pinces japonaises, qui pendaient de ses mamelons et de ses testicules, son corps était bloqué dans un pilori, d’où sortait sa jolie tête glabre au visage fatigué et éprouvé par les traitements du Maître du chenil, et dont les yeux bleus étaient voilés de ses larmes encore fraîches.Le Maître du chenil lui avait déversé dessus le contenu récupéré dans les ceintures strapon creuses, dont il avait équipé ses chiennes pour qu’elles s’amusent avec la chatte punie, et sa bouche écartelée par un bâillon dentaire ouvert au maximum, déversait un flot de bave, tandis qu’un crochet nasal fixé au pilori lui relevait la tête, pour la maintenir presque droite, face aux pensionnaires qui commençait de s’installer dans le réfectoire.Hugo finissait de lui bloquer ses chevilles dans un carcan prévu spécialement conçu pour les maintenir largement écartées. Il plaça un écriteau devant la chatte exposée.« Ration supplémentaire pour celle qui atteint la bouche »Amanda fut la première à jeter une cuillère de sa bouillie sur la chatte, mais ne lui touchant que le front, ce qui déclencha une envolée de jets de la part de toutes les soumises, arrosant la tête de bahis şirketleri la chatte, qui se retrouva bien vite souillée d’un mélange de sperme séché, et de la chaude bouillie nourricière qui faisait office de repas pour les Sissies.“ – NANNNN !!! A’ETEZ !!!S’I OU’ PLAI !!! NANNNN !!! »Suppliait la pauvre Kitty, sous les jets de la bouillie chaude, qui lui recouvrait peu à peu le visage, et certaines parties du corps qu’avaient atteint les plus maladroites des Sissies.Géraldine partit quand Alexandra, fut la première chanceuse a atteindre la cible,et reçu une deuxième ration, ce qui lui permit de se remettre de plus belle à arroser la chatte de la Directrice à sa merci, sans aucun risque de sanction.Quand Géraldine arriva à la chambre de préparation, où l’attendait Clara et Ambre, celles-ci s’embrassaient à pleine bouche, en se caressant intensément. Clara ayant commencé une fouille exploratrice de sa dulcinée dans l’attente de  la venue de Maura.« Géraldine ! Enfin te voila, j’ai presque failli attendre ! »Ironisa Clara, en caressant la croupe encore découverte de la préceptrice qui faisait battre son cœur .« « Mmmpphhh ! Pa’don, Ma’ame! ‘ai ‘été ‘e’ta’dé au ‘efectoi’e !Mmmpphhh ! » Répondit Géraldine, en baissant les yeux, en pensant à l’humiliation de la pauvre Kitty.« Montre-moi ton marquage ! Je crois que tu es pressée, la Directrice t’attend pour dîner, il me semble ! »Dit L’infirmière en chef, en caressant la jupe de latex où se trouvait le pansement, qui soignait la brûlure du fer de marquage .« Mmmpphhh ! ‘Ui , Ma’ame ! Mmmpphhh ! » Dit  Géraldine, en laissant Clara remonter sa jupe ,tandis que Ambre prenait possession de la laisse de Maura, l’entraînant vers le lit spécialement conçu pour le pré et le post-opératoire, ce qui rappela des souvenirs douloureux à Géraldine« Voila qui est parfait, petite Géraldine….Ta Maîtresse pourra caresser sa marque si elle le désire ce week-end ….Allez file ! »Dit l’infirmière en chef, en claquant une petite fessée sur la croupe de la nouvelle secrétaire , s’en allant rejoindre Ambre, qui avait déjà retiré sa tenue de Sissy à Maura, et qi lui avait déjà placé deux pinces japonaises sur chacun de ses mamelons, en commençant de les travailler avec attention, en lui parlant de sa future augmentation, mais aussi de son ablation irréversible .“ – MMMMMMMPPHHH!! ‘PI’IE ,MA’AME !!! ‘AANNNN !!‘E ‘EUX ‘AS ! S’I OU’ PLAI !!!  MMMMMMMPPHHH !!! » Pleurnicha Maura dans son bâillon, de grosses larmes coulant le long de ces joues, tandis que Clara lui attrapait ses testicules en les étirant au maximum, tout en faisant un petit signe de ciseaux avec ses doigts gantés de latex.«Quand tu te réveilleras, petite Maura….Tu seras presque une vraie fille !»Dit Ambre, dans un vile sourire, tout en plaquant un coton imbibé de c*********e sur le nez de la pauvre Sissy, qui commençait de se débattre, la faisant s’écrouler sur ce qui allait être son « lit » pour plusieurs jours. Tandis que Géraldine repartait vers les appartements privées de la Directrice, avec une légère angoisse de ne pas savoir le menu du dîner.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Une histoire qui mène à plus (2/?)

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bdsm

Une histoire qui mène à plus (2/?)Pour la première fois de ma vie je venais de faire une fellation à un homme. Je l’avais senti jouir dans ma bouche. Pour la première fois également j’étais en lingerie féminine dans les bras de cet homme.Après un long regard entendu nos bouches se sont à nouveau soudées et sa langue est venue jouer avec ma mienne. J’ai senti sa main se glisser entre nous et venir me caresser. Je n’ai pas pu laisser échapper un gémissement tant j’étais excité par ce préambule. Finalement, l’espace étant trop étroit, il m’a écarté tendrement pour que je sois assis à côté de lui tout en continuant à m’embrasser. Il a finalement quitté mes lèvres et dans un grand sourire il m’a dit : « Je vais te rendre la pareille. ».Il m’a fait ôter ma robe et il descendu, caressant mes bas, venant se placer entre mes jambes, les écartant. Trop excité, je ferme les yeux, et me laisse aller à ses caresses. Elles commencent par les pieds, remontent le long de mes jambes gainées, s’arrêtent à la lisière de mes bas et continuent doucement leur progression. Je sens ses deux mains à l’intérieur de mes cuisses, elles remontent ensemble sur mes anches, les pouces suivants sur mon sexe. Il att**** le haut de mon string et le descend doucement, le libérant du string devenu trop étroit depuis bien longtemps. C’est avec bonheur que je sens sa langue venir le caresser, le titiller sur toute sa longueur. Lorsqu’il a refermé ses lèvres dessus ce fut un vrai bonheur. Aucune femme n’avait fait preuve d’une telle sensualité, d’une telle tendresse à son égard. Je m’abandonnais à ce plaisir, les yeux fermés, gémissant. J’allais jouir lorsqu’il a quitté mon sexe et je suis resté frustré, je n’en pouvais plus.Mais il a repris ses caresses, est descendu le long de mon membre tendu. Il est descendu sur les bourses et j’ai encore écarté les jambes pour mieux profiter de cette nouvelle caresse. Il est descendu bas, entre mes fesses, à la limite de mon intimité. Sa caresse est si bonne que j’écarte d’avantage les jambes, m’avance sur le canapé pour lui donner plus de champ. Je ne m’attendais pas à ça mais sa langue est descendue plus bas et me titille l’anus. Cette caresse inédite me déplait et me ramène un instant à la réalité et je commence à refermer les cuisses. Mais il remonte et recommence à me lécher sous les couilles, ce qui m’électrise. bahis firmaları Il remonte le long de mon sexe que sa caresse précédente a fait perdre en vigueur. Il la lui rend et redescend à nouveau, il va me faire mourir.Il est à nouveau bas, il glisse doucement sa langue entre mes fesses. Sous le coup du plaisir qu’il me donne je décide de le laisser faire et m’écarte. Il glisse doucement, vient sur mon anus. Malgré ma réticence, je le laisse faire et j’y prends du plaisir. Je le sens me titiller, sa langue aller et venir, le quitter pour remonter sur mon sexe, le prendre en bouche, redescendre et venir à nouveau sur mon anus. J’ai cru mourir sous ces caresses, je n’en pouvais plus. Il a fini par passer un peu plus de temps sur ma rondelle. Je sentais sa langue la titiller, la forcer et, contre toute attente, je commençais à y prendre plaisir, m’abandonnant à cette nouvelle caresse, écartant encore les jambes pour lui donner plus d’accès. Lorsque sa langue c’est fait plus invasive, je n’ai pas pu m’empêcher de pousser un soupir de satisfaction.Après quelques instant de cette caresse intense, il remonte alors vers moi, m’embrasse et me demande : « Tu veux aller plus loin ? ». Je ne comprends pas sur l’instant et je lui réponds : « Oui, c’est trop bon ». Avec un sourire, je le vois redescendre vers mon sexe, l’agacer à nouveau pour redescendre vers mon anneau qu’il recommence à agacer. Je pense qu’il va continuer ainsi avant de me faire jouir en me caressant le sexe. Tandis que sa langue s’active, me tourmente, me pénètre, Il ne faudrait qu’une caresse sur mon sexe pour que je jouisse. Lorsque je tends une main pour le faire il m’arrête, me regarde et me dit : « Laisse-moi faire ! ». Surpris mais comblé j’obtempère et m’abandonne complètement. Soudain je sens autre chose que sa langue contre mon anus, instinctivement, je me contracte. Il arrête et me regarde : « Tu as dit oui ». Je comprends à présent où il veut en venir. Je prends conscience de la scène, je suis en guêpière avec mes bas tendus par les jarretelles et lui est entre mes jambes. Je prends conscience de ce qui vient de se passer, j’ai sucé un homme et il a joui dans ma bouche. Je commence à débander et à refermer les jambes. Il remonte vers moi, me prend la tête et m’embrasse. Je ne veux plus mais je finis par céder et nos lèvres se soudent à nouveau kaçak iddaa et nos langues s’activent.A bout de souffle après ce baiser il me regarde et me dit : « Fais-moi confiance, c’est comme tu veux mais j’ai très envie de toi. Jamais un homme ne m’avis excité comme toi. Tu as une belle queue, un beau corps, un beau cul. Crois-moi, il ne faut pas gâcher cet instant. ». Et je me suis laissé séduire comme une vierge, ce qui n’est pas tout à fait faux. En le regardant droit dans les yeux je lui ai dit : « Ok. Mais doucement s’il te plait. Fait moi l’amour ». Il m’a embrassé tendrement puis plus fougueusement et j’ai senti mon désir renaitre. Mais pas tout à fait, il était un peu différent maintenant, j’attendais autre chose.Finalement il a quitté mes lèvres pour descendre vers mon sexe. Je sens ses mains descendent le long de mon corps, au travers de ma guêpière. Il s’arrête sur mon sexe, le caresse et le suce, lui redonnant de sa vigueur. Il glisse du bout de sa langue sur tout son long, s’arrête sur mes bourses qu’il suce, titille. Consentant, j’attends maintenant ses caresses sur mon anneau avec impatience et je lui prends la tête pour le guider entre mes cuisses grandes ouvertes. Je sens sa langue descendre et arriver au point sensible. Il reprend ses caresses, je garde mes mains sur sa tête, c’est trop bon. Lorsque je sens autre chose sa langue, je l’attends avec impatience et c’est sans effort que je sens son doigt se glisser en moi. Je suis suffisamment lubrifié pour qu’il entre sans douleur. Je me sens m’envahir et je lâche sa tête pour agripper les coussins du canapé sous le coup de ce nouveau plaisir. Je sens bientôt un second doigt qui entre aussi facilement. Ils vont et viennent, se tortillent en moi. Je m’accroche aux coussins et gémis de plaisir. Lorsque je sens un troisième doigt je n’ai pas de peur, juste l’envie de me faire pénétrer. Ils entrent et je me sens dilaté, c’est une sensation de laissé aller enivrante. Je cri et lui att**** la tête, le faisant venir vers moi : « Viens ! Maintenant ! ». Il remonte et vient m’embrasser, je sens son sexe contre mon anneau maintenant ouvert. Il se positionne je l’att**** pour le guider, je le veux. Je le sens forcer contre mon anneau. Il passe soudain, son gland vient de me pénétrer. Ce n’est pas sans douleur, j’en ai le souffle coupé. Je pose mes mains kaçak bahis sur son torse pour lui faire signe d’attendre. Il me regarde m’embrasse tandis que je sens sons sexe dur en moi. Je lève les jambes plus haut et les posent sur son dos, et je lui dis : « Viens ». Il reprend ma bouche un instant puis se soulève, me regarde, il recule un peu, je le sens près de sortir mais il revient. Il va plus loin, je le sens m’envahir sur chaque centimètre. Lorsqu’il est pleinement en moi je ne peux pas m’empêcher de sourire. Il me regarde, sourit à son tour et je lui dis : « Tu as raisons, il ne faut rien gâcher. Fais-moi l’amour». Alors j’ai senti son sexe sortir, me laissant une impression de vide et revenir, me comblant. Il est allé ainsi un moment, alternant les rythmes, me faisant gémir de plaisir. Comme je sentais son plaisir venir et le mien avec, je l’ai senti ralentir puis me dire : « Changeons de position si tu veux bien ? ». J’étais bien mais pourquoi pas, si ça lui fait plaisir. Il me fit mettre à 4 pattes sur le canapé, les genoux sur les coussins et les bras sur le dossier. Je me suis senti bien nu et offert ainsi, je n’ose imaginer la vue qu’il avait de mon intimité. Mais c’est aussi comme ça que j’ai sauté quelques femmes alors je le comprenais lui et je les comprenais elles. J’ai d’abord senti sa langue sur mon nouveau sexe, dans une délicieuse caresse, j’ai aussi senti qu’il en profitait pour me lubrifier. Lorsqu’il s’est redressé, me prenant par les hanches, il m’a pénétré d’un coup sec m’arrachant un cri de douleur/plaisir. Il est aussitôt parti dans un va et vient rapide, faisant claquer son ventre contre mes fesses. Il allait bien plus profond ainsi. J’ai rapidement senti le plaisir monter et je ne pouvais pas m’empêcher de gémir. « Je vais jouir ! » dis-je. « Tu l’aimes ma queue, tu aimes te faire ramoner ! » me dit-il. « Oui ! Elle est trop bonne ! Viens prends moi ! ». « Oui, je vais venir, t’es trop bonne, ton cul est un puits d’amour ! ». Et sur un dernier coup de rein je le sentis jouir en moi, ce qui déclencha ma propre jouissance.Il vint se coller contre mon dos et, repus, je m’effondrais en le sentant toujours en moi, heureux. Alors que je le sentais me quitter, je reprenais un peu pied. Il vint se positionner contre moi et, dans cette position en cuillère, je me sentais bien dans ses bras. Il me caressait doucement en reprenant son souffle. J’étais bien et je n’avais pas envie qu’il parte. Je lui demandais donc s’il voulait rester manger avec moi ce soir. Je fus heureux de l’entendre répondre par l’affirmative.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Alice découvre la soumission

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

Alice découvre la soumission-Tu es certaine que c’est ce que tu veux ?-Oui, je veux connaitre, ressentir. -Ok. Je t’envoie un mail. Il y tout ce que tu dois savoir.-Pas de souci, je dois de te rendre une réponse ?`-Tu imprimes, tu signes, tu scannes et me renvoie le tout. -Ok, J’attends ton mail.-Mais n’oublie pas une chose, une fois que tu passes la porte, pendant une semaine tu es à moi et je peux disposer de toi à ma convenance sans que tu ne puisses refuser. Ça te laisse encore un petit mois pour bien réfléchir. Voilà, ton mail est parti.-Tu me connais, si je commence quelque chose, je vais jusqu’au bout. -Sauf que là, ça n’a rien à voir avec tout ce que tu as vécu. -Ok, ben on verra bien. Je te laisse, j’ai encore des bricoles à faire en attendant ton mail. -À plus ma jolie. -À bientôt mon biquet.Alice venait, sans encore bien savoir ce qui l’attendait, de dire oui à son ami de toujours, Paul. Fébrile, elle attendait ce mail avec une certaine impatience. Devant elle, la revue où elle avait découvert son ami Paul dresser une femme. Cette revue, elle l’avait trouvée dans le bus qu’elle prend chaque matin, une revue fétichiste très en vogue. Le récit prenait plusieurs pages avec quelques images. Si le visage de la femme était masqué, celui de Paul était mis bien en évidence. Dans cette interview, Paul y raconte ses débuts, son ascension dans ce monde de la nuit et comment il en est venu à soumettre des femmes et des hommes. Pour Paul, toujours dans cette revue, il n’y a aucune différence entre un homme ou une femme qui recherche les extrêmes dans les jeux dit de l’amour ou du sexe. Paul terminait cette interview en disant que l’esclave domine toujours le Maître au moment du plaisir. Juste en dessous, il avait encore dit que bien entendu, tout dépendait du degré de soumission du dit soumis. C’est ça qui avait mis le feu aux poudre d’Alice. Depuis, elle n’avait cessé de lire et relire cette conversation écrite entre la journaliste et Paul. Elle connait Paul depuis très longtemps. Le fruit du hasard d’une soirée branchée de la ville. Il lui avait plus d’entrée et ce, malgré leur différence d’âge, si elle a 24 ans, il en a quand même 41. Elle avait trouvé en cet homme, une sorte d’assurance. Ce n’est pas tout, aux fils de leur discussion, de leur rencontre, elle l’avait trouvé très charmant. Cela étant, Alice ignorait totalement la double vie de Paul. Si ce fut un choc de le voir dans cette revue, la lecture devait mettre son corps en éveille. Peu encline à se montrer prude, Alice n’est pas femme à avoir peur de ce qu’elle ne connait pas. Certes, il lui a fallu pas mal de temps avant qu’elle n’ose appeler Paul. Puis, il y eu ces rendez-vous pour parler de cette vie cachée de Paul qui, lui, à contrario des autres, en parle ouvertement. Cela dit…Oh, le mail est arrivé. -Alors, imprimer. La vache, je vais en avoir pour des plombes à lire tout ça. Ok, impression recto-verso. C’est parti mon kiki. Alice en profite pour terminer sa chambre. Sur son bureau, les feuilles s’entassent sur le support de l’imprimante. Une fois son lit fait, Alice vient récupérer les feuilles. Dans son salon, ses lunettes sur le nez, elle prend grand soin de tout lire et de tout comprendre. Il lui faut même lire entre les lignes. Puis, sur un bloque-note, elle fait un résumé précis de ce qu’elle lit. Ce n’est qu’en fin de soirée, après avoir lu plusieurs fois les six pages de Paul qu’elle les signe, les scanne et les lui renvoie par mail. Sur sa liste de chose à préparer, elle biffe déjà le sac de voyage, elle le possède. Ensuite, il y a une liste de vêtement à préparer, pas grand-chose, de quoi se rendre sur place et de quoi en revenir. Il est marqué qu’elle ne portera rien entre l’arrivée et le départ. Ensuite, si, une trousse canlı bahis de toilette. Dans sa salle de bain, elle entasse de quoi se doucher, se brosser les dents, un peu de maquillage et une brosse à cheveux. Du coup, vu que ce stage va durer un mois, elle ajoute un autre flacon de produit douche, un tube de dentifrice et elle glisse sa petite trousse dans son sac. Pour revenir, une robe, un pantalon en cas de mauvais temps sinon, slip et soutien-gorge. Pour aller, une vieille robe, une petite culotte à deux balles suffiront. Elle se rend vite compte qu’elle est déjà prête alors que, si Paul accepte de la prendre en stage, elle a encore trois semaines à attendre. Devant son ordinateur, elle recherche des vidéos SM. Elle ne cherche pas des images dites soft, elle veut voir du hard, histoire de s’attendre au pire. Elle trouve son bonheur. Les unes après les autres, elle regarde tout. Quand elle arrête, ses yeux peinent à se ternir ouvert. En regardant par la fenêtre, le jour se lève. Plus le temps d’aller dormir, elle doit se rendre à son travail. Une fois sa journée péniblement terminée, dans son lit, elle plonge dans un long sommeil. Ce n’est que vers minuit qu’elle se réveille en sursaut. Devant son ordinateur allumé, elle découvre un mail de Paul. Il accepte de la prendre en stage. Du coup, Alice recherche tout ce qu’elle peut trouver sur Paul. Connaissant son pseudo de dominateur, elle trouve rapidement quelques vidéos plus ou moins longues. Elle avait déjà fait ces recherches, mais sans le pseudo de Paul, la chance de trouver quelque chose était nulle. Là encore, elle les regarde toute. La plus longue fait un peu moins d’une heure. Elle montre la préparation et le début d’une séance de soumission. Enfin, pas que de soumission, la personne, un homme n’est là que pour s’en prendre plein la gueule. Martinet, fouet, cordes, bougie, tout y passe. Dans la suivante, c’est une femme d’âge mur qui vient recevoir sa punition. Quand Paul en termine, le corps de cette femme n’est plus blanc, mais rouge ou bleu suivant les parties de son corps. Ce qu’Alice a aimé dans ce film, c’est de voir la femme suspendue par sa poitrine et fouettée. C’est à peine si elle gémissait. Alice se le repasse plusieurs fois, histoire de voir s’il y a des trucages. Elle ne trouve rien de rien. Le final de ce film est plus que surprenant, Paul enfonce sa main dans le vagin de la femme et l’achève de son autre main dans son cul qu’il enfonce pratiquement jusqu’au coude. La femme explose de bonheur, hurle son orgasme. Cette dernière scène oblige Alice à se branler vigoureusement. Dans son lit, le sommeil ne tarde pas à l’envelopper. Dans ses rêves, Alice se voit torturée par Paul de la manière la plus violente qui soit. Si pour beaucoup, cela peut passer pour un cauchemar, pour Alice, ce n’est là qu’un beau rêve. Quand elle se lève, elle envoie un mail à Paul, lui racontant son rêve en détail, ajoutant son impatience pour le stage. Sa journée se déroule sans histoire. Enfin de retour, elle a fait quelque achats, histoire de se tester à la douleur. Pour commencer, sur ses tétons, elle se pose des pinces d’acier. Sa main tremble au moment de relâcher l’étreinte, quand la pince écrase son mamelon, Alice a le souffle coupé par la douleur. La seconde ne semble pas lui faire aussi mal. Elle y accroche cette chaine qui les réunit. Elle fait de même sur ses nymphes, une chaine plus lourde vient réunir les deux pinces. Dans son appartement, elle se promène ainsi parée. Parfois debout, parfois à quatre pattes, elle se la joue soumise. Puis, de son sac à malice, elle sort un petit martinet. La vendeuse lui a dit que s’était mieux pour s’auto-flageller. Si Alice n’ose se frapper fort, la méthode douce ne l’a satisfait pas. Prenant bahis siteleri son courage à deux mains, elle frappe son sexe de toutes ses forces. Le coup est si violent qu’Alice se retrouve à genou sur le sol, cherchant on souffle. En se regardant dans le miroir, elle se voit sourire. Sur son lit, elle recommence sur son dos, frappant toujours plus fort jusqu’à pousser un petit cri quand les lanières frappent ses fesses. D’une main, elle continue néanmoins, poussant le vice à se flageller sa poitrine malgré les pinces. De l’autre main, elle s’active à se branler avec ce gros gode enfoncé dans son sexe. Une fois l’extase atteinte, elle retire toutes les pinces en tirant sur les chaines. Alice serre ses dents pour ne pas crier. Libérée de toute douleur, devant son ordinateur, elle fait le récit complet de ses expériences à Paul. Du reste, Paul lui a répondu, sa réponse fait allusion au mail précédent d’Alice qui lui contait son rêve. Paul l’encourage à continuer de chercher pour mieux comprendre ce qui attend Alice. Cette fois, le mail est long, très long. Alice met tout, de ce très violent coup de martinet sur son sexe à son orgasme. Enfin, dans son lit, elle se menotte, déposant la clef sur son bureau. Pieds et poings liés par l’acier, elle peine à couvrir son corps. Enfin presque à l’aise, elle laisse venir le sommeil avec des pensées de supplices pervers. Plus les jours passent, plus Alice ose des choses plus douloureuses. C’est ainsi que munies de ses pinces, menottées, en ce samedi matin, elle fait son ménage. Elle s’attend même à la venue de Paul. Faut dire que le mail, avec photos à l’appui, qu’elle lui a envoyé la veille avait de quoi attisé la curiosité de celui-ci. Parfois, Alice pousse le vice jusqu’à se flageller de son petit martinet. Elle vise sa croupe, ses menottes l’empêchant de se flageller ailleurs. Dans sa salle de bain, elle va jusqu’à lécher la cuvette des WC, le rebord de sa douche, le lavabo. Quand Paul arrive, il ne sonne pas, il entre sans un bruit, du corridor, il observe Alice. Il la voit à quatre pattes, la tête posée sur le sol, léchant le bas des WC. Il ne peut se contenir, en chaussette, sans un bruit, il se place derrière Alice et la prend de force. Surprise, elle veut se défendre, la voix de Paul la calme aussitôt. Baisée comme une chienne, Alice prend rapidement son pied. Cela lui manquait depuis qu’elle s’était mise à s’auto-punir. Paul la baise, l’encule pour la faire jouir. Il lui explique que ses mails, ses récits méritent une belle récompense. Il la fait jouir plusieurs fois avant de lui enfoncer son pénis dans la bouche. Alice prend un vif plaisir à sucer ce membre tout droit sorti de son cul. Tous deux finissent épuisés, vidés sur le carrelage de la salle de bain. -Alors, comment tu te sens ma petite salope.-La salope vous remercie et se sent merveilleusement bien maintenant. -Tu as encore dix jours pour te préparer. Maintenant, termine, vite fait, ce que tu dois faire. -Si Monsieur Paul veut bien me motiver avec mon martinet, cela rendrait la tâche de sa salope plus facile.-Ok, mais ne te plains pas, je vais frapper fort. -Je ne demande qu’à vous subir, Monsieur Paul.Alors qu’elle reprend son labeur, Paul fouille la chambre d’Alice, déniche le petit sac à malice. Il en sort le petit martinet qu’Alice avait rangé tantôt. Il trouve aussi la clef des menottes qu’il va suspendre dans la cuisine, juste au-dessus de la petite table. Le martinet en main, il ne commence pas par frapper fort. Non, tel un chat jouant avec sa proie, il joue avec les nerfs d’Alice. Alice subit ce jeu, Paul prend plaisir en alternant douceur et douleur. il est vrai qu’il n’y qu’une lettre à changer pour que l’un devienne agréable et l’autre nettement moins. -Tu vois, ce que je bahis şirketleri te fais actuellement, tu le subiras les premiers jours, plus les jours défileront, plus je me montrerai dur avec toi-Monsieur peut commencer aujourd’hui alors. Comme ça, dès le premier jour, Monsieur Paul pourra se montrer beaucoup plus sévère. -Pas faux et dit comme ça, j’accepte ta proposition. Ne viens surtout pas te plaindre après. Pour toute réponse, Alice se retourne et vient embrasser les pieds de Paul. Un méchant coup de martinet et Alice se remet à l’ouvrage. Pendant qu’il se sert un verre en faisant comme chez lui, Alice termine la salle de bain et rejoint sa cuisine. Là, elle tire tout, s’apercevant que même entravée dans ses mouvements, elle parvient à pratiquement tout faire. Munie d’une vieille brosse à dent, elle nettoie les moindres recoins de sa cuisine. Paul n’est jamais très loin, usant et abusant de son martinet, il varie la v******e des coups quand il la fustige. Il se rend vite compte du potentiel de cette jeune femme. L’idée d’en faire sa salope attitrée commence à germer dans son esprit machiavélique. Quand il la regarde nettoyer l’appartement, il se dit qu’une soumise comme Alice serait le top du top. Reste à savoir s’il sera la convaincre de venir le servir à tout jamais. Pour Paul, il est grand temps de se trouver une régulière et Alice semble répondre en tout point à cette idée. Il la teste, la mettant debout au milieu du salon, le corps bien droit. Il commence par flageller ses seins, sa croupe. Cette fois, plus question de jouer, mais de tester l’endurance de la jeune femme. -Je crois que tu ferais une excellente salope. Si tu parviens à passer cette épreuve, il se peut que je te fasse une proposition au dernier jour de ton stage.Il frappe, pince, tire, étire, tord les chairs d’Alice. Alice qui n’esquisse que de très vilaines grimaces quand son corps tout entier est si durement torturer. Et Paul de lui affirmer que ce n’est là qu’une petite mise en bouche. Le corps complètement rougi d’Alice, n’est plus que douleur et pourtant, Alice se dit que si le pire est à venir, elle pourrait en supporter bien plus.En toute fin de journée, la cuisine impeccable, Paul la baise de toute part et s’en va après avoir été douché par Alice. C’est sans un mot qu’il referme la porte d’entrée. Alice, dépitée, déçue qu’il ne reste pas, s’en va devant son ordinateur, se branler en regardant un film SM hard, le plus hard qu’elle trouve. Quand elle jouit, elle s’imagine encore à la place de cette femme au corps meurtrit par une longue séance de fouet. Le jour approche, Alice ne tient plus en place. Pire que tout, elle n’a plus de réponse de Paul à ses mails. Demain, elle doit se rendre au lieu de rendez-vous, cela fait cent fois qu’elle vérifie son sac. Elle y a ajouté tout son petit matériel de supplice. Elle allait se doucher encore une fois quand le téléphone sonne. -Tu es prête ?-Plus que jamais, Monsieur Paul. -C’est bien, j’arrive, ne bouge pas. Sois juste prête.On oublie la dixième douche de la matinée, elle vérifie que son corps soit soigneusement épilé et il l’est. Elle enfile ses vêtements, pose son sac à l’entrée, elle enfile ses chaussures et s’agenouille près de son sac. Paul ne sonne pas, il entre. La porte refermée, il relève le menton d’Alice, lui pose un collier et une laisse. -Désormais, pour trente et un jour, tu es à moi, c’est clair dans ton esprit ?-Oui Monsieur Paul. Je ne suis plus que votre salope. -On y va, prends ton sac.Elle n’a pas le temps de répondre, tout au plus de prendre son sac. Il lui laisse tout de même le temps de refermer sa porte à double tour. Ils descendent à pied, elle en laisse, le suit. Dans la voiture, il lui tend un bandeau qu’Alice s’empresse de mettre sur ses yeux. Puis, il la menotte à la portière et déchire sa robe. -Tu n’as plus besoin de vêtement tant que tu es à moi.Le moteur vrombit et Paul met la première. Alice est heureuse que son stage de soumission débute enfin, pour de vrai.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32