mia à la campagne

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

mia à la campagneLa semaine passée, je buvais un verre avec des amis. A la table voisine, il y avait un homme qui se plaignait de devoir passer une semaine à la campagne dans un trou perdu (encore!) des Ardennes Françaises. C’est pour une affaire d’héritage. Les filles à sa table veulent bien l’accompagner, n’importe où sauf dans un bled entre Reims et Charleville-Maisières (pourtant le lieu de naissance de Rimbaud – vous connaissez Voyelles??) MIA!!! Oui, oui, la Voix, j’en viens au fait. Il remarque que je l’écoute, que j’ai les yeux bleus et de beaux nichons… enfin, je pense qu’il remarque surtout les nichons. Il me dit discrètement, “Ça vous dirait de venir?” De la tête, je fais signe que, oui. Alors, il me glisse sa carte de visite dans la main. D’accord, c’est un inconnu, mais, j’aime la campagne et puis, comment dire… il est pas mal, bien habillé, tout ça… Bref… Je suis à la campagne. Il fait beau et un chèvrefeuille embaume l’air du jardin. Je paye mon séjour en nature. Et en plus, quand on fait des courses à Reims, je peux m’acheter plein de trucs. Le Monsieur n’est pas compliqué, il est bien un peu collant, le soir et parfois le matin, mais ça va vite, très vite. Je ne sens rien ou presque! L’après midi, il part pour ses affaire… Et moi, je me balade… Pas loin de la maison, il y a une grosse ferme. Je vais y faire un tour pour acheter des oeufs ou des patates ou du miel, histoire de passer le temps. Riche idée! Le paysan est sympa! Il a la soixantaine, mais costaud. Des mains trois fois comme les miennes et un ventre… de buveur ed’ pinard!! Je dois avouer que je me suis habillée… léger! J’ai un petit short en jeans, qui fait très campagne. On discute, “Fait biau, hein?” ,me dit-il. “Oh oui, Monsieur, super biau.” Je laisse tomber, mon sac! Je suis obligée de lui tourner le dos et de me baisser pour le ramasser. D’accord, je le fais un peu exprès… Je lui montre… mon meilleur profil! Il apprécie et me dit, “Tu sais, qu’t’as un biau p’tit cul, toi, cré vingt dju.” Moi en clignant des paupières, “Vous ne trouvez pas que mon short est un peu court?” “Ah nom di djiu, oui. Dis donc, ça te dirait de venir vouèr un chtio vieau qui vient de nait’?” “Oh oui, M’sieur.” “C’est par là, passe devant, gamine!”. Gamine, c’est gentil! Je marche devant lui, en tortillant un peu des fesses… Oui, bon, c’est pas très convenable, mais je ne vous ai pas tout dit, j’aime la campagne, mais il faut qu’il se passe quelque chose, sinon c’est chiant comme la pluie, la campagne!!! Ooops!! Je sens sa grosse main qui se plaque sur mes fesses… Eh! oh! Il est direct! Mais bon, on est à la campagne, pas au café de Flore. Je lui dis, “Mais qu’est ce que vous m’faites, M’sieur?” “J’te pelote le cul, gamine!” Ah, ben oui, c’est bien ce qu’il me semblait!! On arrive dans une grange. Il me dit, “Tu m’fais bander, toué, tu sais où j’vas l’mettre mon gros engin??” “Attendez… laissez moi deviner… Dans ma petite chatte??” Gros rire du paysan, “Ah vingt djiu, oui, j’vas bien te ramoner la chatte!” Je vais, peut être vous surprendre, mais j’ai envie de baiser et c’est tout! Pas de baisers, pas de préliminaires. Je vous rappelle qu’on est à la campagne et qu’ici les salles de bains sont rares! Coup de bol le paysan, c’est comme ça qu’il l’entend aussi. Ma chatte, son gros engin, c’est tout! Il me dit, “J’vas te prendre illegal bahis comme eune bête, eune fumelle ed’chienne en chaleur.” Pour qu’il y ait bien de l’action, je lui dis, “Vous ètes sûr, M’sieur? Je veux dire, vous n’étes plus tout jeune!” Rugissement du paysan, qui défait ses bretelles et baisse son pantalon de velours brun et son caleçon pour exhiber une bite qui ferait pâlir d’envie un acteur de films X. J’ai peut-être été un peu fort dans la provocation, aussi, je prends son sexe en main, en lui disant, “Quel bel engin, M’sieur, j’ai une folle envie de le sentir dans ma chatte, mais en douceur, hein? Ne me fendez pas en deux!” Ouf! J’ai rattrapé la situation! Il me fait un grand sourire… un peu jaune et un peu édenté! Je dois avouer que j’ai grave envie! Le Monsieur qui m’a invité étant plus rapide qu’un lapin éjaculateur précoce! Donc, je fini par avoir… un peu le feu au cul! D’ailleurs, j’ai peur de mettre le feu à la paille, si je m’assieds dessus. J’enlève vite mon short et je me mets à 4 pattes, attendant la charge! Le paysan admire le spectacle en disant, “Vingt djiu! t’en as un bieau cul! Ça m’rappelle l’cul d’eune belle p’tite jument, qu’y avait chez mon père.” Oui, bon, j’attends, moi! Je lui dis, “Laissez pas refroidir la jument, M’sieur!!” Il comprend l’urgence et pose le bout de sa bite contre l’entrée de mon vagin. Mon cerveau prévoyant cet assaut a déjà envoyé le message chimique suivant à ma chatte, “T’as intérêt à mouiller, petite, sinon tu va déguster!!” “Cl’est djla flait glos balourd.”, qu’elle lui répond ma chatte. Quand elle mouille elle chuinte un peu! C’est vrai je suis plus mouillée que la mare au canard de la ferme! Le paysan fait, ” “rrrhhhaaa” en m’enfonçant 22 cm de bite pleine de vigueur dans la chatte. J’entends le bruit de ses couilles qui viennent claquer sur le haut de mes cuisses! Il fait, “Cré vingt djiu, t’es bonne?? ” J’y réponds, “Mmmhhh, vous aussi M’sieur, c’que vous êtes fort!!” Il m’agrippe bien par les hanches et me baise à grands coup, de bite. Il me dit, “C’est-y, qu’tu la sens biens, là?” “Oh, oui, oh oui, oh ouuuuiiiiii!!” Franchement, je la sens très, très bien! Bientôt, je sens sa bite se gonfler. Oh, mon Dieu! Il va jouir en moi et me faire une portée de petits paysans!! Mais non, je rigole!! Enfin, ce que je fais surtout, c’est jouir en même temps que lui! Je crie, “Ouiiii c’est booonnn!!” Lui reprends son cri de guerre habituel, “Vingt djiu de vingt vidjiu,!! Tiens, tiens et tiens!!” Pppffff… on se laisse tomber sur le côté dans la paille… Ça pique un peu… Il se retire et me donne une claque sur les fesses en disant, “Alors c’est y qu’t’as bien pris ton pied, petite jument?” “Oh oui M’sieur. Merci!” On se relève, moi mon short à la main. Je lui dis, “J’dois faire pipi, M’sieur.” C’est en partie vrai, je dois pisser, mais, surtout, j’ai 30 cm3 de sperme dans le vagin et je n’ai pas envie que ça me coule le long des jambes. Il suffit de ça pour avoir une réputation de coureuse ou de “marie couche toi là”, comme on dit à la campagne! Il me montre, un coin de verdure, que je vais arroser, aussi sec! On se dit, moi, “Merci, pour tout c’était très bon, M’sieur.” Un bisou sur la joue, pas sur la bouche!! Lui, “Viens, quand tu veux, cré vingt djiu!” Je repars avec des oeufs et du lard qu’il ne m’a pas fait payer. C’est cool! On a fait du illegal bahis siteleri troc : tu veux mon cul et moi je veux du lard. On tope! La vie est plus simple à la campagne!! Franchement se faire baiser, ça fait du bien!! Le reste de la journée, je me repose dans le jardin et j’écris. Ben, oui, j’écris ceci!Le soir je fais une omelette au lard et le Monsieur qui m’invite la trouve délicieuse!! Quand on va se coucher, il me fait le coup… du p’tit coup du soir. Et après la grosse bite du paysan, je n’ai rien senti du tout, cré vingt djiu!! Le lendemain, quand le Monsieur qui m’invite est sur le point de partir, il me dit, “Si tu vas jusqu’à la ferme, achète des cerises, c’est la saison.” Aah! Vous voyez? C’est lui qui m’envoie à la ferme!! J’ai lavé mon short hier soir et il n’est pas sec, aussi je mets une mini jupe jeans, qui fait très campagne. Et puis, bon, parfois je me demande où j’ai la tête, j’oublie complètement de mettre une culotte! Le paysan est ravi de me revoir et on remet ça. Tout bien, dans l’ordre, “Tu viens voir le chtio, agneau, comme il a grandit.” Agneau, mon cul, oui! On prend vite des habitudes à la campagne, le matin suivant, il me dit, “J’dois aller en ville, alors aujourd’hui, tu vas dans la grange avec el’commis!” Je lui demande, “C’est quoi “elcomi”? Il me donne une bonne claque sur les fesses, en disant , “El’commis, c’est el’commis, vingt djiu! Discute pas! Va voir el’commi.” Aaah “le commis”! Oui mais… et si je ne veux pas? Et s’il ne me plait pas? Je dois avouer que la campagne, ça me porte un peu aux sens et que j’ai grave envie de me faire niquer, ce matin. Et, puis en levrette, je ne verrai même pas son visage à el’commis. Quand j’arrive à la grange, je vois un jeune homme adossé à la porte. Il est tout jeune, 20 ou 22 ans. Moi, j’aime mieux les hommes plus âge que moi. S’il est puceau et timide, je me tire. En m’approchant, je constate qu’il est blond, avec des taches de rousseurs et des cheveux en bataille. Il ne lui manque qu’un brin d’herbe entre les dents!! En m’approchant, je n’ai pas l’impression qu’il soit timide! Il me regarde arriver en souriant… l’air sûr de lui! Il me tend la main en disant, “Alors c’est toi, la petite pouliche du patron?” Je baisse les yeux et rougit… “… euh, oui…” “Il parait que tu as le feu au cul?” “… mais… ” Il m’entraine dans la grange. Là, il s’assied dans la paille et me dit, “Allez, déshabille-toi.” C’est pas prévu, ça! J’hésite… Il me dit sèchement, “Obéis!!” D’habitude, un mec qui me dit, “obéis!”, je me tire, en lui faisant un doigt d’honneur… Mais, ici, à la campagne, c’est pas la même chose et puis… il a la manière… Et puis… je suis légèrement plus chaude… que la braise! J’enlève mon tee-shirt et mon short (oui, le même!) Quand je suis nue il dit, “Tourne-toi.” Je lui montre mes fesses… de pouliche, soi-disant! Il siffle et dit, “Beau cul!!” Il se lève, sort sa bite de son pantalon et me dit, “Viens me sucer!!” Alors, ça, non! Je lui dis fermement, “Ah mais non, avec….” Il me coupe, “Si tu me fais encore une fois répéter quelque chose, je te donne une fessée et tu devras manger debout pendant les jours prochains!” J’ai le choix : ou je m’en cours, mais toute nue, ou je reçois une fessé, mais alors comment expliquer ça au Monsieur qui m’invite si je doit manger debout au restaurant??? J’ai canlı bahis siteleri pas le choix! Vous êtes d’accord?? Alors, je vais m’agenouiller devant lui. Je suis nez à nez avec sa bite. Elle n’a pas les dimensions de celle de son patron, mais elle est beaucoup plus propre, ouf!! Bon, il sent un peu la mâle. Entendons-nous, pas du tout, “le Mâle” de Jean Paul Gaultier, mais pour la campagne, ça va! J’ambrasse son ventre plat, ses couilles, sa bite… Le bout de ma langue virevolte sur son gland comme les ailes d’un papillon qui a bu trop de Red Bull! Et puis, je prends sa bite en bouche et je me caresse les amygdales avec son gland. Une femme n’est pas très photogénique quand elle fait ça, mais les mâles (pas de Gaultier) aiment beaucoup. Mais lui, il me dit, “C’est bien arrête. Maintenant je vais te prendre dans ta position favorite.” “Oh avec vous, je veux bien n’importe quelle position.” C’est vrai, qu’il me plait bien après tout… “Discute pas, obéis!” Quel macho!! J’aime pas ça… sauf, exception et c’en est une. Je me mets à 4 pattes, lui à genoux derrière moi. Il met le bout de son gland contre mon anus. Je lui dit aussitôt, “Vous n’êtes pas au bon endroit, M’sieur!” Je lui dis “M’sieur”, alors qu’il a bien, 15 ans de moins que moi! Il me dit, “Je vais t’enculer!!” “… mais…” “Tu recommences à discuter?” “Non, M’sieur, mais je vous en prie, faites doucement.” Heureusement, c’est un gentleman… enfin, ce n’est pas le mot qui convient! Il crache sur ses doigts et… ben… m’humidifie… Ensuite, je sens son gland qui écartèle mon anus, je pousse un peti cri, “Aaaiiiee” “Doucement, doucement, je vous en prie!” Il me répond, “Panique pas, gamine.” Gamine!! Puis, il s’enfonce complètement dans mon cul. Je ne fais plus, “Aieee!!!” mais, “Aaaaaaaahhh!!!”. Il… m’encule a grands coups de bite. Ses couilles viennent claquer sur le haut de mes cuiisses. Il ressort presque complètement, puis s’enfonce à fond. Je réagis bien, genre, “Ah oui, ah oui, c’est bon, c’est boooonnn!!” Il me tient solidement par les hanches… je suis comme… prisonnière! Ensuite… parce que c’est vrai qu’il sait vraiment, y faire, il met son bras contre mon ventre et ses doigts viennent prendre possession de ma chatte! Il me fait un doigt de cour, puis deux, puis trois! Oooooohhhh, là c’est trop… je me laisse aller… Et c’est le feu d’artifice de l’orgasme! Oh la belle rouge! Oh la belle bleu!!! Je mets n’importe quelle femme au défi de rester stoïque avec une bite dans le cul et trois doigt dans la chatte!! Tennez votre femme, par exemple… *** Mia!! Pas la femme des lecteurs!! Pardon la Voix! Alors, votre soeur ou votre mère, par exemple. *** Mia! Pas la famille! Bref, je prends un méga pied, genre, “aller simple pour le 7eme ciel!!!” Lui aussi, il jouit presque en même temps que moi et je sens son sperme par saccades inondé les profondeurs… de mon cul.Voilà, il se retire. Je pousse encore un petit cri quand son gland repasse l’anneau de mon anus. Ça fait plop, comme un bouchon qui saute d’une bouteille de champagne tiède!! Il me donne une bonne claque sur les fesses, “Alors c’était bon?” “Oui, M’sieur!” “Eh, bien alors dis le, petite pouliche!” “C’était très bon, merci M’sieur.” Je lui demande, “Vous pourriez me dire où… où aller aux toilettes?” “Non.” Je geins, “Mais je dois y aller!!” “Tu n’iras pas! Je veux que tu rentre avec mon sperme dans ton ventre! T’as qu’a serrer les fesses.”. “Oui, M’sieur.” Voilà… une fois qu’on a commencé à céder, y a plus de limites!! PS : Je vous rappelle que cette histoire se passe en 1980 avant l’apparition du HIV.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Yer işareti koy Kalıcı Bağlantı.

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak.