Ma collègue (6), le prix du silence

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

Ma collègue (6), le prix du silenceLundi 9h, arrivé au bureau. C’est la reprise du travail, le weekend a été court mais je me sens vraiment d’attaque pour affronter cette nouvelle semaine. Il faut avouer que j’ai hâte de continuer mon petit jeu avec Océane, cette semaine de formation a été particulièrement jouissive.Arrivé à l’agence je retrouve mes collègues pour le café matinal, Elle est déjà là très élégante, légèrement sexy comme d’habitude. Elle porte une jupe cintrée noire qui lui arrive à peine au-dessus du genou, des collant ou bas noir, un chemisier blanc classique rentré dans la jupe, avec un gilet bordeaux proche du corps, j’aime détailler sa tenue, mais surtout deviner ce qui se cache dessous. Afin de ne pas éveiller les soupçons sur notre relation qui devient de plus en plus ambiguë je la salue brièvement, sans m’attarder et préfère partir en grande discussion avec notre collègue Jeanne à propos de son weekend à Venise.Comme tous les lundis matins on se retrouve tous dans le bureau du directeur pour le briefing hebdomadaire. Nous entrons tous dans la pièce, je suis le dernier, juste derrière Océane, j’en profite légèrement pour lui toucher les fesses. Elle me lance alors un petit regard noir et fronce un petit peu les sourcils.Une fois entré je remarque que notre chef n’est pas seul. Thierry est en train de pianoter sur un PC portable, il ne nous salue pas et ne nous jette même pas un regard. Je ne supporte pas quand il se comporte comme ca, il est tout à fait capable de me raconter comment il a pris sa maitresse la veille, comme m’ignorer toute la journée, avec un air hautain de playboy inaccessible. C’est un bel homme il faut l’avouer, grand, brun, les yeux sombre, une barbe de quelques jours. Toujours bien habillé avec des costumes de grand manufacturier, et des montres bling bling, il aime qu’on sache qu’il gagne un peu d’argent.« Il n’a pas du baiser ce week end »? Chuchotai-je à Christelle pendant que nous prenons tous place autour de la table. Christelle et Jeanne pouf de rire discrètement.« Certainement… en attendant il aurait pu quand même nous saluer! On est pas des chiens. »« Aller Océane, on sait très bien que les colliers et les laisses de cuir sont tes bijoux préférés. » La clairement je la provoque et le plus drôle c’est que les autres ne comprennent pas du tout mes sous-entendu. Nous nous mettons tous à glousser. Notre chef Stéphane prend alors la parole.« Bon assez rigolé le weekend est fini. On a pas mal de boulot et points abordés ce matin. Tout d’abord je voulais préciser que Thierry prendra le relais ce mois-ci pour remplacer Jean sur la partie Immobilère. Au vu de l’importance des dossiers il nous était impossible d’annuler les rendez-vous, c’est pourquoi ce sera Thierry qui prendra le relais, accompagné de Raphael. Je compte sur vous pour lui apporter votre expertise sur les dossiers dont vous êtes apporteur. »La bonne veine, comme si je n’avais pas assez de boulot comme ça, il fallait en plus que je me tape le boulot de l’autre boulet.« Bonjour à tous. Pour commencer je suis quelqu’un de très exigeant, et pointilleux je ne suis pas là de gaité de cœur, vos locaux me file le cafard. Je compte donc sur vous et votre professionnalisme pour m’aider à la concrétisation de ces projets le plus rapidement possible. »Clairement ce mec, j’ai envie de lui mettre ma main dans la G….! En une phrase il a déjà réussi à nous mettre la pression. Et pour couronner le tout il a une voix grave, genre super grave, presque sensuelle mais très impressionnante, les femmes doivent limite trouver ca excitant.Stéphane nous expose les attendus de cette semaine les différents objectifs à atteindre et nous évoquons aussi ce que nous avons appris la semaine précédente en formation…ensuite je dois voir en revu avec chacun d’entre nous les rendez-vous immo que nous avons à lui apporter. Il est en plein questionnement avec Jeanne quand je sens le pied d’Océane qui frôle ma jambe tout doucement sous la table. Ce simple contact me donne des frissons dans tout le corps et je sens déjà mon bas-ventre qui se contracte. Elle va me rendre dingue à me chauffer comme ça en pleine réunion. Je lutte pour rester le plus neutre possible, ce qui l’amuse beaucoup au vu de son petit sourire en coin. Je repense soudainement a ses lèvres sur ma peau, la succion de sa bouche sur mon gland et surtout la chaleur de sa langue qui pénétre ma bouche, et joue avec ma langue. Je suis sortie de ma rêverie quand Thierry s’adresse a moi pour aborder les dossiers. Bien évidement entre mon érection évidente par mes pensées récentes, et les images que j’ai en tête, je bafouille, me trompe sur la situation familiale des clients et impossible de me souvenir de qui provient l’apport.« Il faudrait peut être que tu sortes de ton week end mon cher Raph ! »« heu oui » répondis je en mode gros beta.« Bosse dessus, tu as la semaine pour être calé sur ces projets »Je ne sais plus quoi dire, moi qui étais de bonne humeur en arrivant ce matin je me sens complètement dégoûté. La réunion prend fin et nous regagnons nos bureaux respectifs pour recevoir nos 1ers clients.Océane m’appelle vers 11h30 pour me dire qu’elle est obligée de repartir car son mec est malade, il a besoin qu’elle passe à la pharmacie pour lui.« Quelle chochotte ce mec »Elle me demande de reporter ses rendez-vous et me demande si je me suis remis de la réunion de ce matin.« C’est de ta faute aussi tu m’as déconcentré a me faire du pied sous la table devant tout le monde. Mais c’est vraiment un con ce mec sérieux! Il m’a fait passer pour un incapable devant tout le monde, super pour ma crédibilité maintenant. »« Te prend pas la tête tu es peut-être pas au top ce matin, mais putain qu’est-ce que tu baises bien. »« Dommage que tu partes déjà, j’ai pensé à toi tout le week end même pendant que je baiser avec ma femme. J’ai tellement envie de toi, de la mettre dans tous les trous. »« Humm, tu es vraiment un coquin, ne t’inquiète pas la semaine ne fait que commencer. »Le lendemain, la routine les rendez-vous, les mails le téléphone qui sonne sans cesse. En plus ce soir c’est phoning. Je déteste ça et Océane aussi je le sais. Avant de commencer d’appeler les premiers clients je décide de passer 5 min dans son bureau pour la taquiner.Toc toc toc.« Vas-y entre »« Alors prête pour la torture? Prêt à faire du charme à tes clients par téléphone ? »« Bien sûr, j’en ai certains qui sont charmants. »«Je vais te laisser avec alors, j’ai du travail moi… »« Ne sois pas jaloux, la seule queue dont j’ai envie là maintenant, tout de suite c’est la tienne. »«Malheureusement non là tout de suite c’est phoning et en plus il y a du monde dans l’agence. Mais prend ton temps ce soir, attends que tout le monde parte et rejoins-moi dans mon bureau. J’ai pris mes dispositions et prévenu ma femme que je rentrerai tard à cause du boulot. »« Je repars complètement excité, je ne fais que regarder l’horloge, je ne suis pas concentré sur mon phoning. Je n’écoute même pas ce que les clients me racontent. Je n’ai qu’une seule chose en tête que tout le monde parte pour aller la rejoindre, bahis firmaları et enfin libérer mon envie ».Vers 20h la dernière collègue part enfin. Ce n’est pas trop tôt j’ai cru que j’allais devenir fou. C’est déjà avec la verge durcie, que je coupe mon pc et remballe mes affaires.Je me dirige vers son bureau, seule la lumière de son bureau est allumée. J’entre dans la pièce et tout de suite je remarque qu’elle m’attend. Je commence à me caresser par-dessus mon pantalon et je lui demande de se déshabiller puis je m’assois sur la chaise en face d’elle.« Touche-toi ! J’ai envie de voir comment tu fais jouir ».Sans un mot elle s’exécute. Elle relève sa jupe, ses bas noir gaine ses cuisses, un petit string noir également moule son sexe galbé, elle le fait glisser le long de ses jambes, le retire et me le jette. Je le prends pour le porter à mon nez, son odeur est délicieuse, il est évident bien trempé, et j’aime je respirer à pleines narines. Elle écarte les jambes et les pose sur son bureau. Elle m’offre une magnifique vue sur sa vulve. Elle fait glisser lentement ses mains le long de sa poitrine, puis sur son ventre jusqu’à atteindre son pubis. Ses doigts glissent entre ses petites lèvres qui sont déjà brulantes. Putain c’est tellement bon de la voir ainsi, je déboutonne mon pantalon, le baisse sur mes cuisses. Elle commence à faire de petits mouvements circulaires sur son clitoris, variant les mouvements lents puis rapide. Les premiers gémissements commencent à arriver.« Oui continue et ne te retiens pas je veux t’entendre ».Elle me regarde en se léchant les lèvres. J’ai sorti mon sexe de mon boxer et je le caresse lentement de haut en bas. La voir se toucher ainsi décuple mon excitation. J’accélère mes mouvements, je sens le plaisir monter par vague petit à petit à l’intérieur de mon ventre pour traverser toute ma colonne de chair.Elle porte ses doigts à sa bouche, je ne me quitte pas des yeux pendant qu’elle suce avec vigueur son majeur et son index afin de les humidifier.Elle retient son souffle en les insérant doucement à l’intérieur de son vagin. Elle est tellement mouillé, qu’un significatif bruit de pénétration se fait entendre. Elle commence à onduler sur ses doigts lentement en augmentant le rythme, bascule la tête en arrière et se met à gémir.« A quoi tu penses Océane ? » A l’intonation de ma voix, elle peut distinguer que je suis en train de me masturber et que cela me procure beaucoup de plaisir.« Ta langue ! Hummm ta langue sur moi… Sur mes seins, s’enroulant autour de mes tétons. Et ce ne sont plus mes doigts mais les tiens qui me pénètrent avec brutalité ».« Tu es vraiment une petite salope, continue ».Elle continue ses va-et-vient frénétique entre ses chairs chaudes et humides. Elle frotte son clitoris à l’aide de son pouce. Pendant que son autre main caresse et pince son téton.L’orgasme est presque là et je le sais.« Jouie pour moi ma belle, laisse-toi aller ».Cette phrase la fait basculer. Elle ne retiens pas ses hurlements et ne peut s’empêcher de crier :« Oh oui Raphaël ! encore ! Baise-moi putain baise-moi ! »A cet instant j’en profite pour me relever en vitesse, ma chaise bascule en arrière et s’écrase sur le sol. J’avance d’un pas vif vers elle tout en déboutonnant ma chemise.Je m’agenouille devant elle… lentement elle avance son bassin vers moi, je passe mes mains sur ses jambes et j’entrouvre ses cuisses et les posent sur mes épaules. Mes doigts caressent ses grandes lèvres puis les écarte tendrement, ma bouche vient se coller à sa fente pour un long baiser langoureux, puis ma langue impatiente dessine les contours de ses petites lèvres, tournent autour de son clitoris pour enfin pénétrer son trou trempé. Ma langue fait des va-et-vient au plus profond de sa fente et ressort de temps en temps pour remonter plus haut sur son clito. Je glisse un doigt dans son ventre et elle gémit de plus en plus fort. Son bassin ondule, j’ai l’impression que son sexe essaye d’avaler mon index, je continue de plus en plus vite jusqu’à lui offrir une seconde délivrance.Je l’aide à s’asseoir sur son bureau, mes doigts écarte ses lèvres il promène son sexe le long de Sa fente, elle me supplie de la prendre tout de suite. Je la pénètre lentement pour qu’elle ressente bien la longueur de mon sexe, une fois entièrement en elle, j’arrête de bouger.Océane prend le relais en ondulant des hanches, elle place ses pieds derrière mes fesses et m’indique par des petits mouvements ce qu’elle attend de moi. J’entame alors de long et lent va-et-vient je respire de plus en plus fort, je pose mes mains sur ses hanches et mes mouvements deviennent de plus en plus puissants. Elle passe la tête en arrière et je glisse ma langue le long de son cou avant de lui mordre l’oreille.Je la pilonne comme un malade, en rythme par rapport à ses cris, de plus en plus fort et je sens à son souffle et à la contraction de ses cuisses et de ses fesses que sa jouissance est proche. « Oh Raph ! Je sens que ça vient. »Je l’agrippe par les cheveux et les tirs en arrière en poussant un léger gémissement, cela devient bestiale, sans retenue, je sens que je vais exploser. Elle me rejoint immédiatement… à bout de souffle nous restons enlacés quelques secondes. Je l’embrasse sur le bout du nez, quand d’un seul coup la lumière du couloir s’éteint !!« Oh mon dieu la lumière ! il y a quelqu’un ? »« Non impossible tout le monde est parti. »« Et si jamais tu as tort va voir s’il te plaît. »Je remonte mon pantalon et reboutonne ma chemise en vitesse et part faire le tour de l’agence. Océane angoissée remets ses vêtements, angoissée, elle attend patiemment dans le bureau. Je reviens 2 minutes plus tard.« Personne. RAS » « et la lumière ? Elle ne s’est pas éteinte par magie »« Déstresse, il doit y avoir une temporisation rien d’autre. Tu n’as rien à craindre on était seul. Allez il se fait tard il est temps de rentrer. »Le lendemain matin, j’accompagne Thierry pour ses entretiens immobilier. Nous avons prévu d’aller manger entre collègues tous ensemble entre midi. Le repas se passe dans la bonne humeur nous parlons de tout et de rien. A 14h ma bonne humeur et en chute libre, je m’installe à mon bureau, check mes mails, quand je clique sur un message de provenance inconnue. Une vidéo. Et pas n’importe laquelle, celle d’Océane et moi hier soir. Signé Thierry.Je reste horrifié, la bouche ouverte et l’espace d’un instant qui me paraisse une éternité je reste silencieux. Je saisi mon téléphone, et directement je compose le numéro de Thierry, que veut il ?!« Allo ! »« Raphael, notre don juan, tu aimes mon côté vidéaste amateur ? »« Que veux-tu ? »« La même chose que toi ! »« Je ne vois pas du tout de quoi tu parles ? »« Bien sûr que si. J’étais là hier soir et j’ai tout vu et entendu. »« La lumière du couloir c’était toi ? »« Oui j’allais partir mais j’ai entendu des gémissements, alors je me suis approché de la baie vitrée légèrement dans l’angle et je vous ai observé, et filmé, une fois fini j’ai fermé la lumière et je suis parti discrètement. Coucher ensemble sur votre lieu de travail ça peut vous coûter cher… à kaçak iddaa ton avis quel est le prix de mon silence ? »« Tu en train de me faire du chantage ? C’est quoi que tu veux de l’argent ? Combien ? »« Non tu as pas bien compris, je m’en moque de ton argent. Moi aussi j’ai envie de jouer avec elle. Je suis sûr que j’arriverais à la faire crier plus fort que toi. »« Mais tu es un grand malade ça va pas la tête ou quoi ? C’est hors de question. »« Très bien je n’insiste pas, on est mercredi, tu as jusqu’à la fin de la semaine pour prendre ta décision. Si vendredi soir rien n’est fait.. je serais dans l’obligation d’en aviser la direction. »Je raccroche dépité.Le reste de la journée se parle normalement. Je n’ai pas du tout croisé Thierry de la journée et j’ai été assez distant aujourd’hui avec Océane…. Le soir je pars un peu comme un voleur sans lui dire au revoir, elle va trouver mon comportement de plus en plus étrange, il faut que je trouve une solution rapidement.Aujourd’hui c’est vendredi, ce soir Thierry sera réparti sur une autre agence, tant mieux il ne va pas du tout me manquer. En arrivant à l’agence, je le croise, et je lui dit juste bonjour, et « c’est ok, attends mes instructions, on fait ça à ma manière, aucunes négociations possible »Il me regarde satisfait. Chacun de nous repart de son côté. Je passe par le bureau d’Océane qui n’est pas encore arrivée, et je lui dépose une lettre.Océane,Désolé d’être parti comme un voleur hier. J’ai passé quelques jours difficiles et j’avoue que mon comportement a peut-être dû te blesser. Ce soir j’ai ma soirée, Sophie part chez sa cousine pour le week end, je te propose donc de nous retrouver dans le petit hôtel, celui à la sortie d’autoroute, vers 19h, afin que je me fasse pardonner.Bisous ….là où tu préfères.Raph.Même si j’ai quelques appréhensions pour ce soir, je dois avouer que je suis quand même très impatient. Son corps charnu, ses gros seins et ses lèvres me manquent. Mais qu’est-ce qui nous arrive ? Je pensais que nous allions nous envoyer en l’air une fois et que ça serait fini et nous voilà multiplié ces rendez-vous secret et délicieux, et maintenant avec un autre partenaire vicieux.À 18h30 il n’y a plus personne dans l’agence, je boucle tout et me prépare à partir.Direction l’hôtel, je préviens Thierry tout en lui indiquant le scénario que j’ai mis en place. Océane est déjà dans le hall d’entrée, elle est en train de commenter quelques vidéos sur Facebook. Je m’approche d’elle et lui passe mon bras autour de ses hanches charnues.« Alors apparemment tu as quelque chose à te faire pardonner ? »« Possible. C’est vrai que je n’ai pas été super cool hier. »« Oui je me suis sentie déçue. J’ai cru que tu allais complètement m’éviter et que l’on avait complètement gâcher notre relation de travail. »« Chutt…Allez viens là… »Arrivé dans la chambre, je retire mon manteau, et le sien. Et m’assieds sur une chaise.Je la guide pour la placer à califourchon sur moi. Une jambe de chaque côté de mes cuisses, ses bas frotte contre moi, et je sens la chaleur de son sexe, contre le mien, même à travers les tissus. Nous nous mettons à nous embrasser sauvagement. Nos langues se mélangent et je lui mords la lèvre inférieure. Mes mains remontent le long de ses jambes caressant la lisière de ses bas, je monte encore sous son petit top en soie afin de prendre ses gros seins à pleines mains. Elle est très réceptive, et s’agrippe sévèrement à mes cheveux. Je passe son top par-dessus sa tête afin de m’offrir sa poitrine. Mes lèvres partent à l’assaut, et des premiers gémissements ne se font pas attendre. Je continue de les pétrir tout en les mordants et en les suçant. Elle en profite pour déboutonner ma chemise et griffer doucement mon torse avec ses ongles.D’une seule main je dégrafe son soutien-gorge afin de libérer ses deux obus de leur écrin de dentelle. Elle enlève ma ceinture, déboutonne mon pantalon et abaisse ma braguette. Elle incère sa main sous l’élastique de mon boxer et att**** ma verge à pleine main, elle est brûlante et dur de désir. Elle commence à me branler doucement pendant que je continue de mordre ses mamelons, je frôle l’intérieur de sa cuisse avec mon autre main pour aller délicatement écarter le string qui fait barrière. Elle est tellement trempée que j’inserts directement deux doigts dans son intimité. Elle se relève d’un coup et s’agenouille devant moi, elle me regarde avec gourmandise et envie.Ma queue est raide et fièrement dressée devant son visage, elle perle déjà de liquide. Je lui att**** les cheveux et tire sa tête vers ma verge, elle m’accueille avec volupté, et commence des va et vient plutôt rythmés, je l’a suit en poussant mon bassin vers sa bouche, m’enfonçant parfois un peu trop au point de la faire grimacer. Elle se recule légèrement pour me permettre de me retirer. Elle reprend sa masturbation et se penche pour me lécher et doucement mordiller mes bourses lisse et bien ronde, ce qui me fait pousser un petit gémissement. Je ne veux pas jouir trop vite, donc je me relève, me déshabille entièrement, et fait de même pour ses vêtements. Puis j’éteins la lumière principale pour tamiser l’ambiance et allume la petite lampe de chevet.Cette luminosité fait ressortir mes muscles et les veines de mon membre dressé et humide de sa salive. Elle me regarde et me touche, c’est agréable. Mais c’est à cet instant que je décide de lui bander les yeux avec mon écharpe, et de lui attacher les mains au lit. Elle est là, allongée sur le dos, jambes écartées, juste couverte de ses bas noirs. A ma merci, soumise à mes moindres envies, ou plutôt à nos moindres envies, car c’est à ce moment-là que je décide de faire entrer Thierry, qui doit attendre sagement derrière la porte.« Je reviens dans 2 secondes, soit sage… »« Fait vite ! j’en peux plus…prends moi ! »Thierry est bien là, je lui fais signe de ne faire aucuns bruits, je lui indique la salle de bain pour qu’il aille se préparer. Moi je retourne au contact d’Océane. Je me place entre ses cuisses, À cet instant c’est moi qui mène la danse. Je place mon gland au bord de ses lèvres, et mes mains sur ses hanches, elle se met à onduler avec douceur. L’angle est parfait, Mon gland frotte directement sur la paroi sensible de ses lèvres et si je remonte un peu, je suis contre son clitoris. Elle bouge le bassin vers moi, pour aspirer ma colonne de chair. Je m’accroche à elle, et pousse doucement pour entrer enfin dans son sexe trempé et brulant. J’adore la sensation que cela procure, et le premier passage, est étroit, je sens mon gland forcer et cette résistance et divine. Ses gémissements m’encourage encore plus, mais j’avance cm par cm, afin que l’on profite de ce moment fabuleux. Nos langues se lèches, nos souffles saccadé se mélanges, je prends tellement de plaisir que j’aimerais que cet instant ne s’arrête jamais. Je me mets à mordiller son oreille et a lui lécher le lobe, mes bras enlacent ses hanches je les descends pour pétrir ses fesses. Je ralentis un peu le rythme car je suis terriblement excité, c’est à cet instant que Thierry arrive près d’elle, il se dirige vers sa bouche. kaçak bahis Je l’att**** plus fermement et lui releve légèrement le bassin et me met à la pénétrer de plus en plus fort. Il caresse sa bouche avec sa queue, il est déjà bien raide, un sexe de taille moyenne, légèrement décaloté, il lui demande de le sucer. La Océane se débat, elle refuse le sexe présenté à sa bouche.« C’est qui lui ?!, bordel c’est quoi cette histoire !! »« Stp, calme-toi ! Laisse toi faire, fais-moi confiance, je te promets que ce n’est juste pour ton plaisir… »« Putain mais c’est qui ce mec ? »« Chuuut, laisse-toi aller »Je continue également de la prendre avec vigueur, je suis planté en elle, quand elle pousse un gémissement incontrôlé, Thierry en profite pour lui insérer son gland dans la bouche. Elle essaye de retirer sa tête, mais il lui tient avec fermeté. Il lui pénètre littéralement la bouche, et moi je continue mes va et vient profond et puissant. La voir ainsi prise, sous notre emprise, me met dans un état de trans et d’excitation particulier. J’en profite pour porter mon index à ma bouche pour l’humidifier. Une fois le doigt bien mouillé, je le glisse légèrement entre la fente de ses fesses, et je viens caresser son anneau brulant et tremper de sa mouille. Je peux la pénétrer très rapidement. J’ai bien l’intention de la sodomiser et étrangement je n’ai pas envie de laisser ce plaisir à Thierry.« Putain ça me rend dingue ! » dit-elle la voix étouffée « Ah oui ? et moi j’adore ça »« Met moi plus de doigts, s’il te plaît… j’ai envie de bien te sentir partout en moi. » dit elle entre deux bonnes succions.« On peut arranger ça… »Je me retire de son vagin trempé et brulant, sa mouille coule le long de ses fesses, je passe mon index et mon majeur le long de sa raie, et je viens doucement pousser contre son anus, qui s’écarte immédiatement pour me laisser entrer. Je la doigte doucement pour bien la dilater, et ensuite je me glisse sous elle, elle est entièrement sur moi, son dos contre mon torse, je l’embrasse dans la nuque, et lui caresse les seins…Je prends ensuite ma verge à en main et la dirige vers son œillet ouvert, je dois forcer pour essayer de rentrer, elle relève ses jambes pour faciliter le passage….Thierry, lui, s’est placé entre ses pieds, et l’aide à maintenir les jambes en l’air pour que je puisse me glisser dans son cul. Sensation divine, je rentre doucement, c’est étroit et à la fois accueillant. Ses gémissements de plaisirs et ses « oh oui putain ! » me comble d’excitation.Elle se met à crier maintenant, à onduler son bassin, son souffle s’accélère. Je comprends mieux quand je vois la tête de notre partenaire enfuie entre ses cuisses, il la lèche goulument, et moi je coulisse entre ses fesses. Mes mains sur ses seins, je bouge le bassin vigoureusement. Océane est dans un état d’excitation extraordinaire, elle crie, gémit, souffle, sa bouche cherche la mienne.Puis je sens des jambes contre les notre, Thierry est là, entre nous, le sexe dans sa main, recouvert d’un préservatif. Je vais lui faciliter le passage. Je me plante au fond des fesses d’Océane, elle pousse un fort soupir, puis prend ses jambes et les écarte au maximum, il a pleine vue sur sa chatte lisse détrempée, je sens une force contre sa paroi, une gène, également, il rentre doucement. « Non pas ça… » dit-elle apeurée« chutttt laisse toi aller prend ton pied, au fond de toi tu sais déjà que tu vas aimer ça. »Je l’embrasse dans le cou et la nuque, mords son oreille, je l’a voit faire une petite grimace car Thierry, même avec beaucoup de douceur, était en train de la pénétrer progressivement. Apres quelques minutes son corps s’habitue a cette double intrusion et elle recommence à crier de plus belle. On ne se parle pas, ne se regarde pas. Chacun agit comme si il était seul avec elle. Elle se met à onduler de plaisir, je place une main sur sa nuque et l’autre sur sa hanche et me met à bouger de plus en plus vite. C’est la première fois qu’elle baise avec deux hommes, elle est entre nous comme une poupée de chiffon, L’orgasme monte en puissance, il est proche. Elle gueule maintenant, « Baisez moi, prenez moi, je suis à vous !! »« Ma vue se trouble mais j’arrive à distinguer que Thierry n’en a plus pour longtemps non plus.« Lâche prise ma belle. » en lui chuchotant à l’oreilleEn un instant tout bascule, l’orgasme est foudroyant, elle pousse un hurlement puissant. Ses jambes trembles, au même moment j’entends Thierry grogner et je perçois les tressautements de sa queue à travers la fine paroi, il vient de jouir lui aussi. Il se retire doucement, nous délivrant de son étreinte, il s’assoie sur la chaise.Je suis le seul à ne pas avoir jouis, je ne saurais expliquer pourquoi, mais je tiens une forme particulière ce soir.Océane l’a bien compris, mais elle me demande d’arrêter mes va et vient car ça l’a gène.Bien évidemment, je l’écoute, et ressors mon sexe bandé comme jamais, de son anus, je me retire d’en dessous d’elle, et la détache. Je l’ai fait mettre à genoux au sol, toujours les yeux bandés.Je nettoie mon sexe avec une lingette fraiche, et je frotte mon gland contre ses lèvres chaudes.Putain comme j’ai envie de me faire jouir sur son visage, cet effet de soumission me donne des ailes, et mon instinct a****l prend le dessus.« Suce-moi ! Pompe moi comme si c’était la dernière queue que tu avais dans ta bouche ! »Elle s’exécute avec délice, elle prend ma verge en main, la sert, et lèche mon gland, puis la rentre progressivement dans sa bouche, doucement, pour y introduire mes 20 cm… « J’aime ta queue ! » dit-elle entre deux gorges profondes.Quand j’ai entendu son léger gémissement, et cette envie de me pomper la queue, j’ai craqué. Dans un râle sourd, je saisis mon sexe qui commence à tressauter, je le branle vigoureusement, et un premier jet de sperme sort, pour venir s’écraser contre sa joue, le deuxième trouve naturellement la bouche ouverte d’Océane, et je dirige les suivants sur tout son visage, pas loin de 8 bons jets de sperme viennent la recouvrir, elle a le visage maculé de mon foutre chaud. Cette vision que je trouve dégradante habituellement, me rend dingue ce soir. Elle est là, offerte et consentante, me laissant me déverser de plaisir sur son visage, tout en gémissant de plaisir. Elle n’a pas crié cette fois juste retenue sa respiration et serrer les dents.« whaou tu as vraiment mis le paquet là j’en ai partout. »« Ça va ? Tu ne le prend pas mal ? »« C’est la 1ere fois que je me prend ce genre de faciale, j’ai adoré »En effet, elle avait adoré, la moquette imbibée de mouille est là pour en témoigner.« Tu savais que tu étais fontaine ? »« Non grand découverte, ce soir également »Décidément, cette soirée nous laisse un sacré lot de surprise.Thierry avait quitté la pièce, en me faisant un signe comme quoi il s’était éclaté. Je reverrai avec lui les conditions de notre accord, des lundi.Je lui débande les yeux, et on file sous la douche.Océane essaie de savoir qui était cet inconnu, mais je décide de ne rien lui révéler. C’est mieux ainsi.Elle me remercie pour ce plaisir, et s’excuse d’avoir voulu arrêter, lorsqu’elle a découvert le scenario.Je l’embrasse à pleine bouche, et me colle contre elle pour la rassurer.Nous avons pas envie de nous quitter, mais elle doit rentrer, son mec est d’apres midi, il est 21h30, il va pas tarder…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Yer işareti koy Kalıcı Bağlantı.

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak.