vermediğim kimse kaldı mı?

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Ben 35 yaşında bir erkeğim. İlk maceram 7 yaşındayken bir simitçinin beni bir inşaatta sikmesiyle başladı. O kadar hoşuma gitti ki kuzenimi ayartıp onunla düzenli olarak sikişmeye başladım. Sonra abisi bizi gördü ve kardeşinden gizli olmak kaydıyla benimle o da sikişmek istediğini söyledi. Böylece iki kardeş kuzenle ayrı ayrı sikişmeye başladım. Bir süre sonra diğer kuzenin abisinden haberi olunca aklıma ikisini sikiştirmek geldi. Zorla da olsa ikna ettim ve muhteşem bir üçlü seks yaşadık. Abi kardeşi sikişirken görmek beni o kadar heyecanlandırdı ki ben de kardeşlerime ilgi duymaya başladım. Böylece 12 yaşıma geldiğimde zaten oynaşırken bana götünü sürttüren 8 pendik escort yaşındaki kızkardeşimi sikmeye başladım. Aynı zamanda abime de götümü siktiriyordum. Ama asıl hayalim annem ve babamla birlikte olmaktı. Babamı da evde kimse yokken ayartıp götümü siktirdikten sonra sıra anneme gelmişti. Uzun süre uğraşıp bir yolunu bulamayınca babamla sikişirken anneme yakalanmaya karar verdim. Ya o da katılacak ya da herşey bitecekti. Beklentim babam beni sikerken annemin görmesi ve bana acıyıp beni tekrar erkek yapmak için bana kendini siktirmesiydi. Ama aksilik tam tersine annem odaya girdiğinde ben babamı domaltmış hızlı hızlı götüne pompalıyordum. ümraniye escort Bu yüzden çok büyük kavgalar oldu ve annem babamı evden kovdu. Oysa onun bilmediği bir şey vardı ki evde o hariç herkes birbirini sikiyordu. babam evden gidince ben kendimi tekrar abime siktirmeye devam ettim. Bir gün ona annemi sikmeyi hayal ettiğimi söyleyince hadi bu gece beraber sikelim istemezse zorla sikeriz dedi. Biz de kızkardeşimizi de alıp o gece anneme hepimiz birlikte yatmak istiyoruz dedik ve yatak odasına geçtik. En başta ben yanımda kızkardeşim onun yanında abim ve en sonda da annem yatıyorduk. Ben Kızkardeşime sokmuş hafiften pompalıyordum ki olaya abimde tuzla escort katıldı ve biz iki kardeş aynı anda kızkardeşimize sokmaya içinde gidip gelmeye başladık. Gidip gelmelerden ne olduğunu anlayan annemin ne oluyorsunuz ne yaptığınızı sanıyorsunuz siz demesiyle hepimiz onun üzerine çullandık ve seni sikmek istiyoruuuuuzz diye bağırıp her tarafını yalayıp öpmeye başladık. Annem önce biraz şaşkınlıkla çırpınmaya başladı ama ben can damarını yakalamış amını okşamaya başlamıştım. O nedenle direnmesi uzun sürmedi ve kendini bize bıraktı. Üç kardeş annemizle sevişiyorduk. Kızkardeşim annemin göğüslerini yalarken ya da onunla dudak dudağa öpüşürken biz abimle aynı anda hem amını hem götünü sikiyorduk. Tabii arada kızkardeşimiz de nasibini alıyordu. Sbaha kadar sikiştikten sonra uyuyakaldık. Uyanınca ilk yaptığımız iş babamızı arayıp eve çağırmak oldu. Babam abimle kızkardeşimi de sikince evdeki sex halkası tamamlanmış oldu.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Arabada Sex..!

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

Ben Kemal 25 yasindayim almanyada üniversite ögrencisiyim Bu anlatacaklarim 2 gün önce oldu. Bu aralar kiz arkadasim olmadigi icin Bir arkadas bana bir kizin telefon numarasini verdi ve onu arayim konusmami söyledi. Ilk aradigimda telefonu acmadi ama ben bir kac defa daha aradim ve telefonu acti ismimin kemal oldugun ve onu cok begendigimi ve tanismak istedigim söyledim o da bunu kabul etti ve randevulastik. Kaldigi kartal escort yer benden 70 Km uzaktaydi ama olsun onu sikmek isin icinde olunca seve seve giderim.Neyse dedigi yerde bulustuk ne ben onu taniyordum nede o beni Arabamla gelecegim söyledigim icin o beni arabamdan tanidi ve seslendi. Arabam bindi ve kimsenin bizi göremeyecegi bir yere gitmemizi söyledi.Sehrin disina dogru yol aldik.Güzel bir kizdi kurtköy escort biraz kiloluydu ama olsun bir defa sikmek icin bulumaz firsatti. Sonunda sakin bir yer bulduk ve arabayi durdurdum. Biraz sohbet ettikten sonra seni öpebilirmiyim diye sordum.Oda neremden diye sordu ben ise neresinden istedigini sordum ve dudaklarini gösterdi. Öpüsmeye basladik öpüsürken dim dik olmus yaragima elini götürdü ve disari maltepe escort cikardi. bense gögüslerini oksuyordum. biraz öpüstükten sonra arkaya gecmek istedigini söyledi bende tamam dedim. Arkaya gectik ve kazagini cikardim pembe sütyeni, kocaman gögüsleri ve kirmizi dudaklari beni cildirtiyordu.yaragimi agzina almak istedigini söyledi ve bende izin verdim.sonra dim dik olmus yaragimi etegini kaldirip kilodunu cikardiktan sonra amina soktum. Araba ölye bir sallaniyordu ki bilemezsiniz bir posta önden bir postada arkasindan attim.ve bir daha da görüsmedik arabamla yeni maceralar bekliyorum adres verin yeter eger ayni zevki yasamak isteyen bayanlar varsa hemen yazinGönderen: gencdelikanli

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Le bistrot – Chapitre 3 et Fin

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Le bistrot – Chapitre 3 et FinEn attendant que je puisse continuer à traduire la suite des récits postés ici, je vous propose une histoire tirée de mes archives dont l’ auteur est un certain (ou une certaine) Nadi69. Merci à cet auteur.Avertissement : Ce récit raconte la déchéance et la soumission sexuelle d’une jeune fille. Cette histoire peut choquer alors si vous n’aimez pas ce genre de récits, ne lisez pas. Je rappelle que cette histoire est fictive et les personnages imaginaires.Une heure et demie plus tard, une icône de messagerie clignote sur l’écran de mon ordi. Je me lève et vais voir le message. C’est Maîtresse Marie qui ne me félicite pas car je n’ai toujours pas obéi à son ordre. Elle insiste pour que je me trouve un chantier et me mette à la disposition des ouvriers.Je suis, bien sûr, un peu déçue qu’elle n’apprécie pas, ce qui vient de se passer dans ma vie, alors qu’avant le bistrot de Monsieur Jean et la folle nuit avec Abdou et Salim, je ne faisais qu’un peu d’exhibition et je draguais de vieux messieurs selon ses ordres.Je suis quand même passée à la vitesse supérieure depuis la veille.Je lui réponds que je vais d’abord chez Monsieur Jean et je lui promets que, si mon corps et ma tête en sont encore capable, je chercherai un chantier plein d’ouvriers.C’est alors que je vois un dvd inconnu sur mon bureau. Je le prends et le place dans le lecteur dvd de mon pc et regarde avec stupéfaction, le dernier quart d’heure de ma nuit extrême avec les deux blacks.Ce dernier quart d’heure me montre nue, au pied de mon lit, me tortillant à cause des godes en moi et les retirant, les léchant et les remettant en moi pour, les recouvrir de sperme se trouvant dans mon vagin et les lécher comme une friandise.Je peux voir mon visage qui reflète la joie et le plaisir de faire cela. Je n’en reviens pas d’avoir fait ça. Mon cerveau devait surement être complètement déconnecté de la réalité.Un détail me frappe alors. Sur le sol, à côté de mon lit, se trouve un objet ressemblant, à une seringue. Je cours jusque dans ma chambre pour vérifier. Rien… Sous le lit, rien… Je soulève les descentes de lit,…rien.Je retourne à mon pc pour revoir le film et essaie de faire un arrêt sur l’image. Je dois m’y reprendre à plusieurs fois avant d’arriver à avoir une image nette. Je peux alors bien voir la seringue en question.Je me tâte les bras, rien… Je me déshabille en vitesse dans la salle de bain, aucune trace de piqure. Je comprends ou du moins, je crois comprendre que ce sont Abdou et/ou Salim qui ont utilisés une drogue quelconque pour être aussi performant qu’ils l’ont été cette nuit.Je ne comprends pas pourquoi ils ont laissé ce dvd sur mon bureau. Peut-être pensaient-ils devoir me faire chanter pour que je continue à me soumettre ?Je me prépare une petite salade pour le repas du soir, ne voulant pas avoir l’estomac trop chargé, pour aller chez Monsieur Jean.A huit heures moins le quart, je suis devant la porte du bistrot. Je regarde par le carreau et vois une vingtaine d’hommes présents dans l’établissement.Je sens mon entre-jambe s’humidifier, tant par la tension que par l’excitation de la situation.Deux mains se posent sans douceur sur mes fesses et me poussent contre la porte qui s’ouvre brusquement sous cette poussée. Je fais un bond en avant et tombe sur les genoux au milieu des tables. Le silence se fait instantanément et je sens tous les regards sur moi. Une énorme vague de honte et d’excitation me nouent les intestins. Je me retourne au moment où la voix de Salim fait :-Notre petite pute hésitait à entrer les gars ! Alors je l’ai aidé un peu.Puis il éclate de rire suivi par une bonne partie des clients.-Reste à quatre pattes et vient ici petite pute. Dit Monsieur Jean depuis son comptoir.Je me mets donc en route à quatre pattes en direction du bar, ma courte robe remontant sur mes fesses et laissant voir à tous les clients que je ne porte aucune culotte.Lorsque j’arrive à côté du comptoir, je ne sais combien de mains et de doigts ont touché, caressé ou se sont enfoncés dans mon entre-jambe, suivis d’exclamations sur l’humidité de celui-ci.Monsieur Jean me redresse en me prenant par les cheveux et me sermonne sur mon retard et ma façon de traverser son bistrot. Il me traite de « trainée » de « petite salope » de « garage à bite » et d’autres gentillesses, toutes en rapport avec sa façon me voir.-Si tu veux boire un café petite, va falloir le gagner. Dit, pour conclure, Monsieur Jean.Salim se penche et prend mes cheveux des mains de Monsieur Jean en lui disant :– Je la prépare et d’ici dix minute elle sera opérationnelle patron !-Ok ! Salim, je te laisse carte blanche. Répondit-il en rigolant.-Viens petite chienne, tu vas avoir du boulot ce soir. Dit Salim en tirant sur mes cheveux pour me diriger vers le couloir des toilettes.Toujours à genoux, je le suis jusqu’au local puant et sale des toilettes. Dès que nous sommes au milieu il relève et ôte ma robe, seul vêtement que j’ai mis.Je suis complètement nue en sandale d’été, à genoux au milieu d’un local contenant sur un côté deux portes de WC et sur le mur d’en face trois urinoirs, séparés par un petit portillon qui devait sans doute protéger des regards indiscrets mais leur grandeur ne donne aucun doute, sur l’inutilité de ces portillons. Une odeur d’urine et de saleté vient titiller mes narines.Salim me redresse complètement en me tirant par les cheveux et m’approche de l’urinoir du milieu. Il me penche au-dessus en me mettant la tête dedans.J’ai le réflexe de tourner mon visage sur le côté pour que mon nez ne touche pas le fond, mais Salim pousse suffisamment pour que ma joue touche la crépine dégoutante et crasseuse au fond de l’urinoir.-Reste ainsi et met tes mains de part et d’autre. M’ordonne-t-il.Je fais ce qu’il me demande et je sens qu’il me donne de légers coups de pied sur mes chevilles pour que j’écarte les jambes.Je me retrouve, pliée à plus ou moins de 90°, la tête dans un urinoir, le derrière bien en vue et mes mains tenant la conduite de vidange de cet urinoir. Mes petits seins touchent par moment la pointe en céramique de l’urinoir mais cela laisse suffisamment de place pour que des mains puissent jouer avec.-Surtout, tu ne bouges casino şirketleri pas je reviens. Dit Salim.Il sort du local me laissant dans cette position de totale soumission et revient quelques secondes après. Il dévisse les deux petits portillons de part et d’autre de l’urinoir dans lequel repose ma tête et après les avoir enlevés, il se met à m’attacher à l’urinoir : D’abord mes mains au tuyau de vidange puis passant à plusieurs reprises la corde, par-dessus et par-dessous l’urinoir, il m’empêche ainsi tout espoir de me redresser. Comme il tire suffisamment pour que je sois bien attachée, mes petits seins se placent de chaque côté de la pointe de l’urinoir.Salim essaie de me tirer en arrière, surtout pour voir que je suis bien attachée, et effectivement mon corps ne bouge presque pas. Je sens qu’il attache chacune de mes chevilles de telle façon que je ne peux rester que les jambes bien écartées.-Voilà petite pute tu es prête pour la soirée, j’espère que les clients seront nombreux et contents.-Je… Vous… Vous n’allez… Vous n’allez pas me laisser ainsi. Supplié-je du fond de l’urinoir.-Mais si petite pute, mais si et même toute la nuit si on a beaucoup de clients. C’est ce qu’espère Monsieur Jean en tout cas.-Mais… Mais…-Ta gueule ! T’a juste le droit de te faire mettre et surtout de dire merci à chaque client qui viendra te remplir ! T’as compris petite pute ?-Heu… Ou… Oui… Oui…-Oui qui ? -Ou… Oui monsieur Salim.-Ah voilà comment une petite pute blanche doit me parler.-…-D’ailleurs tout ces préparatifs m’ont donné envie.J’entends le zip d’une braguette et je sens un sexe se placer contre ma vulve trempée. Le sexe s’enfonce en moi sans aucune résistance de ma part et lorsqu’il touche le fond de mon vagin, ma tête cogne la paroi verticale de l’urinoir et ma joue râpe sur la crépine.-Putain ! T’es tellement mouillée qu’elle rentre toute seule.-Hé bien ! T’as déjà commencé. Dit une voix inconnue.-Cette petite me donne envie comme pas possible à chaque fois que je la vois.-Surtout dans cette position. Dit encore la voix.-Eh ! Attend ! Pas là ! S’écrie Salim tout en continuant ses coups de rein en moi me faisant me cogner la tête à chaque fois.-Comment ça ? Dit la voix inconnue.-Ils sont hors service ceux-là, tu dois faire ici. Dit Salim.-Ha Bon !Je vois une ombre assombrir le peu de clarté que je perçois depuis le fond de l’urinoir et avant de comprendre ce que cela signifie, un jet d’urine frappe ma joue hors de l’urinoir et se dirige vers ma bouche et mon nez.Je sens avec angoisse l’urine éclabousser mon visage et mes cheveux mais surtout faire monter le niveau de liquide dans l’urinoir. Jusqu’au moment où cette urine arrive à hauteur de ma bouche que je referme avec précipitation. Malheureusement le niveau continue de monter, et atteint rapidement mes narines. J’essaie de soulever ma joue qui est sur la crépine, mais l’urine s’engouffrant dedans aspire ma joue et forme un bouchon. Je ne vois qu’une solution si je ne veux pas mourir noyée, c’est d’ouvrir la bouche et d’avaler l’urine, au moins pour que je puisse respirer.J’ouvre donc la bouche. L’urine et autres saletés dans l’urinoir s’engouffrent dans ma gorge. J’avale cette mixture en pleurant, me disant que je ne pourrais jamais tomber plus bas. Salim continue ses va-et-vient en moi ce qui me procure un début de jouissance. La position, le sexe de Salim et l’avalement de l’urine font monter mon taux d’adrénaline, suffisamment pour qu’un premier orgasme se déclenche sans que je ne puisse le contrôler.L’urine s’arrête en même temps de couler sur moi et je m’étrangle en avalant une grosse gorgée.– Regarde ça ! La salope, elle jouit même dans ces conditions. S’écrie Salim au bord de la jouissance lui-même car, à peine ces mots prononcés, il gicle dans mon vagin.Les jets s’écrasent dans le fond de mon vagin et augmentent mon plaisir. Mon corps est tellement secoué par Salim et mon orgasme que je crois entendre l’urinoir se détacher du mur.Il n’en est rien et lorsque je reprends mes esprits, je comprends aussitôt qu’un autre sexe est en moi, plus petit et plus nerveux dans ses coups de rein.Je suppose que l’inconnu a remplacé Salim s’en que je m’en aperçoive, pendant mon orgasme.Le type me lime comme une vulgaire poupée gonflable, sans aucunes caresses, sans aucunes marques de partage. Il se vide d’ailleurs assez rapidement en moi.-Waouh ! Elle est bonne cette salope. Complimente l’inconnu.- Si tu as des copains, n’hésite pas. Monsieur Jean est d’accord du moment qu’ils consomment dans le bar.-Ah ! Elle remplace les cacahouètes qu’on donne avec la bière. Fait l’inconnu.– C’est… C’est ça, tu as trouvé. Sacré Paul va ! Dit Salim, en rigolant.Ils sortent tous les deux me laissant dans cette position. L’urine semble diminuer lentement. Un frisson me parcoure entièrement au moment où un courant d’air se fait.Je ne reste pas longtemps seule attachée à mon urinoir car des voix se font entendre et se rapprochent.Quelques exclamations se font entendre avant qu’un nouveau sexe s’introduise en moi, mais pas pour longtemps, car après quelques va-et-vient en moi, le sexe se retire de mon vagin pour se coller sur mon anus. Je me prépare à souffrir et je ferme les yeux.C’est au moment où le sexe pousse sur ma rondelle anale, qu’un jet d’urine frappe mon nez et ma bouche sur le côté. J’ouvre la bouche par réflexe et le jet frappe l’intérieur de ma joue, celle justement qui est collée à la crépine de l’urinoir. La pénétration de mon anus me fait ouvrir encore plus grand la bouche pour rechercher de l’air qui, je croyais, allait compenser cette pénétration. C’est bien sur sans compter l’urine qui s’engouffre dans ma gorge et que je suis obligée d’avaler sous peine de noyade.Cette fois, je sens des mains me palper et me pincer les seins et les tétons. Un nouvel orgasme monte, inexorablement, en moi. Le jet d’urine s’arrête quelques secondes pour reprendre de plus belle. Je peux distinguer plusieurs voix différentes. Le sexe dans mon derrière accélère son mouvement puis, s’arrête tout au fond de moi. Je peux alors sentir les soubresauts de la bite en moi lâchant ses jets de sperme.Je n’arrête pas d’avaler de l’urine pour éviter qu’elle n’atteigne casino firmalari l’entièreté de mon nez. Mon œil droit baigne dans la pisse et je n’ose plus ouvrir les yeux de peur de recevoir de l’urine dessus. Le changement de sexe dans mon derrière se fait sans mon avis et les coups de rein reprennent de plus bel. Ma pauvre tête baigne à moitié dans la pisse et le dessus de mon crâne frappe, au rythme des coups de rein, la paroi verticale de l’urinoir, éclaboussant, par ce fait, mes cheveux qui ne trempaient pas dans l’urine.Je ne peux dire combien de temps s’écoule entre le moment où je fus attachée aux urinoirs et le moment où Salim me détache. Je me rappelle seulement qu’entre, plus ou moins, quatre ou cinq clients, quelqu’un m’essuyait l’entre-jambe puis les pénétrations recommençaient.Je tombe assise par terre, les chevilles toujours attachées aux autres tuyaux de vidange des urinoirs de chaque côté du mien. Mon derrière baigne dans une mare d’un liquide mélange de sperme, de crasse et d’autres matières que les nombreux clients, venus se vider en moi, avaient sous leurs chaussures.– Pas mal pour une première fois. Me complimentent Salim et Monsieur Jean, venus assister à ma délivrance.-Mais certains clients se sont plaints de ton silence.-Mais…-Y a pas de «mais». Tu devras, à l’avenir, ne pas oublier de dire «merci» et de les exciter plus que par ta position, par exemple en leur demandant de te remplir, de te bourrer le cul, enfin toutes ces phrases qu’Abou et Salim t’ont apprises hier ! Continua Monsieur Jean.-Tu crois qu’elle a mérité un café ? dit Salim en riant.-Bien sûr ! Si,… elle le paye. Fait Monsieur Jean.Je ne crois pas pouvoir avaler du liquide, après ce que je viens d’avaler comme urine. J’ai d’ailleurs mon ventre tellement gonflé que je me crois enceinte. C’est à ce moment et sans que je puisse me retenir qu’un jet d’urine fuse de ma vulve comme une fontaine.-Mais quelle salope ! Elle va tout me dégueulasser avec sa pisse. S’écrie Monsieur Jean.– Attend Patron, j’ai une idée. Dit Salim.Il détache les cordes de mes chevilles et, avec une des cordes, me fait un collier qu’il s’empresse de mettre autour de mon cou. Il relie les deux morceaux de corde et relie la partie libre au tuyau de vidange de l’urinoir centrale (Mon urinoir).-Voilà patron ! Comme cela elle pourra aller dans tous les coins du local et nettoyer vos toilettes.-Salim ! Si je ne t’avais pas, je devrais te créer. Excellente idée ! Va lui chercher le matos pour nettoyer.Salim sort quelques secondes pour revenir avec un seau et une raclette.-Pas besoin de torchon Patron, sa robe fera office de loque.-Tu as compris Traînée ? Je veux que ce local soit impeccable avant de te laisser partir.Je n’en crois pas mes oreilles. Je viens de satisfaire je ne sais combien de clients à Monsieur Jean et pour me remercier il m’oblige à nettoyer ce local et avec ma robe en plus.-Mais… Mais Monsieur Jean… S’il vous plait…-Quoi ? Tu n’es pas contente de me faire plaisir ?-C’est… Ce n’est pas ça…. Mais… Mais… je suis….-T’es quoi ? Fatiguée ? Une jeunette comme toi ?-Ben… Ou…Oui… S’il vous plait… laissez-moi rentrer… Je … Je reviendrai demain si vous voulez…-De toute façon tu reviens demain, donc tu nettoies puis,… on verra !-Je…Une gifle fuse et je me tais. J’essaie de me relever mais je glisse sur cette marre de liquide, sous moi. Après plusieurs essais, sous les regards amusés de Salim et de Monsieur Jean, je me mets debout, les jambes tremblantes, et je suis stupéfaite de la grosseur de mon ventre.A peine debout j’urine de plus belle, comme si je n’avais plus uriné depuis des années. La pisse gicle avec v******e sur le sol éclaboussant les chaussures de Monsieur Jean qui fait un bon en arrière.-La pute ! Elle pisse sur moi maintenant.Salim, me prend par les cheveux trempés d’urine et me force à m’agenouiller. Ma vessie continue de se vider pendant ce temps. Il pousse ma tête jusqu’aux chaussures de Monsieur Jean.– Lèche et nettoie tes saloperies. M’ordonne Salim.Je fais ce qu’il m’ordonne tout en continuant d’uriner car la position que j’avais, devait surement faire pousser mes intestins sur ma vessie.Monsieur Jean me laisse lécher ses chaussures sans les soulever du sol. Ce qui a pour conséquence que ma langue lèche, pour moitié le côté de ses semelles, ainsi que la partie du sol autour de ses chaussures.-Dans le fond, elle pourrait tout lécher, le local entier. Dit soudainement Salim.-Là mon petit Salim, t’exagère un peu. Laissons-là déjà nettoyer avec sa robe et on verra pour plus tard.-T’as bien compris ? Me demanda Salim.-Heu… Ou… Oui, Monsieur Salim.Monsieur Jean sort son sexe de sa braguette et fais signe à Salim de sortir. Il se met à se masturber dès que le noir sort.-Reste à genoux et ouvre bien ta bouche, petite traînée.Je me rapproche de Monsieur Jean pour que ma bouche soit bien en dessous de son sexe. Il se masturbe pendant de longues minutes et lorsqu’enfin il jouit, il abaisse son sexe jusqu’à l’entrée de ma bouche et lâche ses giclées dedans.-N’avale pas… tout … de suite. Dit-il entre deux spasmes.C’est presque un plaisir pour moi d’avoir du sperme dans la bouche, au lieu de la pisse que, j’ai reçue pendant toute la soirée.Ma main droite descend vers ma vulve pour me caresser, mais lorsque mes doigts touchent les petites lèvres un flot de sperme s’échappe et me trempe les doigts.-Maintenant tu peux avaler. Me dit Monsieur Jean.-Mer… Merci… Mon… Merci, Monsieur Jean. Fais-je en déglutissant le sperme.-C’est bien ! C’est bien petite ! Allez maintenant, au boulot et que tout soit bien propre pour demain.Monsieur Jean sort du local et ferme la porte. J’entends parfaitement la clé tourner dans la serrure. Je suis prisonnière de ce local et toujours à genoux je me mets à pleurer. Les nerfs me lâchent très probablement. Je me couche sur le carrelage froid et sale et je m’endors secouée par des sanglots.Une douleur me réveille et ma fesse gauche me fait un mal de chien.-On t’a dit de nettoyer et pas de dormir ? Crie Abdou qui vient de me donner un coup de pied au cul.-Mais…Abdou est là. Je ne l’ai pas vu ou entendu de la soirée et maintenant il est présent et me donne des ordres. Je vois parfaitement une güvenilir casino de ses mains caresser le devant de son pantalon et une grosseur anormale commence à se voir nettement.Je me redresse péniblement et cherche ma robe et le seau. Toute tremblante de fatigue et de nervosité, je remplis le seau et trempe ma robe dedans. L’eau est froide et aucun détergent ne semble exister dans ce local.Abdou jette un savon carré dans le seau ce qui m’éclabousse. L’eau me parait glacée et je faillis laisser tomber le seau.Abdou s’approche de moi et, me prenant par les cheveux trempés d’urine, m’oblige à me mettre à genoux. Je dépose le seau et mes mains se mettent à ouvrir sa braguette et sortent son énorme engin. Sans qu’il ne me dise rien, je lui fais une fellation de première qualité et ce malgré la fatigue et le froid qui me font trembler. Je dois avouer que j’aime sentir cet énorme sexe dans ma bouche et recevoir les fabuleuses quantités de sperme d’Abdou.Je le suce un certain temps avant qu’il ne jouisse enfin et me remplisse la gorge et l’estomac de son sperme onctueux et abondant.– Mer… Merci, Monsieur Abdou de votre bon sperme. Lui dis-je après avoir nettoyer consciencieusement sa queue sur toute la longueur.Il me repousse comme un objet inutilisable et quitte le local sans un mot et en prenant soin de refermer derrière lui. Je passe une grande partie de la nuit à frotter, gratter, sécher, les murs, les WC, les urinoirs et l’évier de ce local.Je n’en croie pas mes yeux lorsque je vois le résultat, car le local parait vraiment propre. Ma robe, par contre, est dans un état de vieux torchon usé. Je me suis aussi nettoyée et j’ai encore uriné, plusieurs fois, pendant la nuit. Mon ventre plat me redonne espoir de ne pas avoir de séquelles visibles sur mon corps, par contre mon cerveau est complètement « tordu ». Je ne serai plus la petite fille un peu maso et soumise d’il y a quelques jours encore. Je suis devenue une salope entière et complètement soumise à toute personne me le demandant.J’ai vraiment aimé être traitée ainsi et je pense déjà faire un résumé détaillé à Maîtresse Marie. Je suis certaine qu’elle sera fière de moi.C’est vers huit heure du matin que de petits coups de pieds dans mon ventre me réveillent :– Aller debout petite pute, il est temps de rentrer chez toi Me dit Monsieur Jean.-Je… Ok !… Ok !… Je me lève.Je me mets debout complétement courbaturée et grelottante de froid. J’ai dormi nue, roulée en boule dans un coin du local. Monsieur Jean me tend ma petite robe, crasseuse et abimée par le nettoyage du local.– Tiens Je crois que c’est à toi. Tâche de venir proprement ce soir et pas avec des frusques qui pue les chiottes.-Mais… Mais je ne vais pas sortir comme ça…Osé-je dire.-C’est ta robe ou pas ?-Oui… Mais…-Mets tes vêtements et tire-toi vite avant que je ne change d’avis et te foute dehors à poil !-Heu… Bi…Bien monsieur Jean.Je passe ma robe, en tout cas ce qu’il en reste, sale et déchirée par endroit. Je dois ressembler à Cosette dans les « Misérables ». Je sors par la porte privée et file droit chez moi, en priant de ne rencontrer personne que je connais.Cette fois, la chance est avec moi car le court trajet jusqu’à mon appartement et le hall de l’immeuble ne me font rencontrer aucune personne de connaissance. Je tremble de joie et de fatigue en mettant la clé dans la serrure.Retrouver enfin mon chez moi, me doucher, me laver et enfin dormir dans un vrai lit, Je ne pense qu’à cela en pénétrant mon appartement.Ma joie est de courte durée car la première vision que j’ai en pénétrant dans mon salon, c’est de voir Salim, allongé et ronflant sur mon divan. Il est simplement vêtu d’un caleçon et sa main tient son sexe à moitié sorti. La deuxième vision que j’ai, c’est de voir le désordre et les déchets, bouteilles, emballages qui traînent partout.– Ah enfin t’es là. Dit Abdou en sortant de la cuisine, un sandwich à la main.Lui aussi est en slip et on peut nettement voir la forme de son sexe, malgré qu’il soit au repos.-Mais… Mais qu’es ce… Mais qu’est-ce que vous faites ici ? Demandé-je.– Comment ça ! Tu n’es pas au courant ?-No… Non…-Ben Salim et moi on s’installe chez toi, enfin… je veux dire chez nous et on est content que tu sois là pour tout nettoyer.-Mais….-Putain ! Tu n’as pas l’air au courant il me semble !-Mais… Mais non… Je ne … je ne comprends pas.-C’est très simple petite pute. Ici c’est chez nous et on est là pour te maintenir en forme pour Monsieur Jean. Il nous a demandé de s’occuper de toi pour te transformer en une bonne et obéissante petite soumise.Je m’écroule assise, complètement abasourdie et me rendant compte que ma vie a vraiment fait un bond dans un univers de soumission totale. Je sais déjà que j’obéirais à toutes leurs exigences.– Dès que tu auras tout remis en ordre, tu pourras t’apprêtée car on va faire un tour du côté de la cité. On a deux trois amis qui aimeraient faire ta connaissance, surtout, depuis qu’on leur a dit de quoi tu es capable.-Bi… Bien, Monsieur Abdou. Dis-je en me relevant.-Fais pas trop de bruit car Salim dort. Il est fatigué à cause de toi.-Com… Comment ça ?-Il est resté éveillé cette nuit pour te surveiller pendant que tu nettoyais les toilettes de Monsieur Jean.-…-Bon ça suffit ! Au boulot petite pute, mais viens d’abord me vider les bourses, elles sont un peu lourdes à porter. Fait-il en rigolant et en mordant à pleine dent dans son sandwich.Abdou abaisse son slip et son sexe commence à grossir. Je m’approche et m’agenouille devant lui. Je prends son sexe en main pour le masturber.– Chans les mains ! Uni…chement avec t…cha bouche ! fait-il en mâchant son sandwich.Je mets mes mains sur la tête, ouvre la bouche et prend le sexe d’Abdou dans celle-ci. Dès qu’Abdou a joui de longues et abondantes giclées, il se retire de ma bouche et m’ordonne de faire le nettoyage de SA piaule.Je suis encore souillée de ma nuit et j’ai le goût de sperme d’Abdou dans ma bouche mais je commence à faire un nettoyage de l’appartement.Bien entendu, Salim se réveille et me sodomise pendant que, je nettoie le tapis.Je demande aussi à Abdou si je peux écrire un mail à Maîtresse Marie car elle m’avait donné un ordre que je ne pouvais satisfaire. Lorsque Abdou a connaissance de l’ordre, il se marre de plus belle et me dit :– Ben, je crois petite pute que ta journée va être très, très longue.-Ouais ! après la cité, on ira te chercher un bon grand chantier pour que tu puisses t’amuser un peu. Dit Salim.Fin.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Initiation d’une jeune bougeoise – 4 –

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

Initiation d’une jeune bougeoise – 4 -Initiation d’une jeune bourgeoise – 4 -La découverte de ma future infortune me laissa songeur.Non pas que le fait que je sois cocu me dérangeai, enfin un peu peut être, mais je n’imaginai tout simplement pas Camille me tromper.Je voulus en avoir le coeur net.Le lundi matin, avant mon départ au bureau, je demandai à ma femme.– Que vas tu faire aujourd’hui ?Elle parut mal à l’aise.– Je pense que je vais aller faire les boutiques avec une copine.A 14 heures, j’étais à mon poste d’observation , derrière l’écran vidéo, dans une chambre contigue à celle qu’avait retenu Amaury.Les deux pièces communiquaient par une porte commune dont j’avais la clé.L’homme arriva un peu en avance et je le vis tourner en rond, nerveux, impatient.A 15h 15, personne n’était encore venu le rejoindre et il pianotait fébrilement sur son portable.J’en vins à penser qu’il avait pris ses désirs pour des réalités et , qu’en fin de compte, mon épouse ne saurait le rejoindre quand la porte s’ouvrit et qu’elle entra sans sembler hésiter.Ma belle portait aussi de grosses lunettes de soleil que je ne lui connaissais pas et , le seuil à peine franchi, elle se jeta sur lui , l’embrassant avec force.A présent sur de sa victoire, Amaury lui rendit son étreinte qui ne dura pas car elle descendit la braguette de son amant, en extirpa un sexe raide et se mit à genoux pour l’emboucher.Devant moi, Camille suçait un quasi inconnu. Les bras m’en tombèrent.Curieusement je ne ressentis pas de jalousie, juste un petit pincement au coeur à l’idée que j’avais raté quelque chose.Le sourire me vint quand Amaury esquissa une grimace de douleur. Décidément , elle manquait toujours de technique.Puis elle se releva, se déshabilla prestement et se retrouva en bas , porte jaretelles et soutien gorge en dentelle noire.Ce n’est que quand elle prit appui sur le lit et qu’elle s’adressa à son amant , lui disant :– ” Vas y, baise moi comme une putain, bourre moi comme une canlı bahis chienne. Je suis ta salope mon bel étalon” que je compris soudainement que , consciement ou pas, elle reproduisait le schéma maternel.L’homme sembla étonné d’une telle fougue. Il se déshabilla à son tour et extirpa d’une poche un preservatif.C’est là que je me décidai à intervenir.Je rentrai dans la chambre juste à l’instant ou il s’apprêtait à pénétrer sa conquête.Il se retourna , ébahi , pour recevoir un formidable coup de pied dans les parties , que n’aurait pas renié le demi d’ouverture que j’avais été il n’y a pas si longtemps.Camille à son tour me vit mais elle resta sans réaction, le visage impavide, les yeux dans le vague, totalement hors de la réalité.Elle ne revint parmi nous qu’à la suite de la gifle qu’elle reçut. Elle eut un sursaut, ses yeux s’embuèrent et elle se cacha le visage de ces mains.M’adressant à eux en les pointant d’un index accusateur : — Toi , je ne veux plus que tu t’approches de ma femme. Quant à toi, tu m’attends à la maison , nous règlerons nos comptes là bas.Ce soir là je ne rentrai pas chez nous, le lendemain non plus, le surlendemain encore moins.J’ignorai les dizaines de messages de plus en plus larmoyants, de plus en plus désespérés, que me laissa Camille.Ma secrétaire fit également obstacle lui répondant systématiquement que j’étais là mais que je ne voulais pas lui parler.Ce n’est que le jeudi après midi, qu’ entendant des pleurs et des suppliques dans le bureau de ma collaboratrice, j’autorisai mon épouse à rentrer.Assis sur mon fauteuil, je la vis s’avancer, tête basse, honteuse et murmurer quelque chose d’inaudible.– Relève la tête, regarde moi et parle plus fort ! Assume tes actes !Pâle comme la mort, les traits tirés, les yeux rougis de larmes, elle me fit de la peine– Pardonne moi. Me dit elle tout bas– Tu crois que ça va être aussi simple ?Elle ne répondit pas.Je tenais dans la main une longue règle plate.– Relève ta jupe, baisse bahis siteleri ta culotte et penche toi contre le fauteuil.Sa réaction à mes ordres, promesses de punitions, fut un révélateur pour moi.Ses yeux étincellèrent, un léger rictus tordit son visage. On eut dit un sourire.A cet instant , je sus sa nature profonde.Elle s’exécuta, me présenta son postérieur et je fis rougir ses fesses sans qu’un son ne franchisse ses lèvres.Je ne serai jamais un dominateur, je n’aimerai jamais infliger la douleur, mais ce jour là , je frappai de bon coeur sans aucune plainte de sa part.La situation, je l’avoue, m’excita. J’extirpai mon sexe de mon caleçon et l’enfournai dans sa bouche.Elle me fit mal.Je l’attrapai par les cheveux , lui donnai une claque.– Tu suces comme un piège à loup ! Je ne veux pas sentir tes dents, juste tes lèvres ! tu as compris ?Elle s’appliqua et la fellation devint si agréable que je faillis me laisser aller.Je me repris.– Ca suffit maintenant, tu rentres à la maison et tu m’attends. Je serai la pour dîner. Et je t’en prie, rase toi, ta chatte est immonde ! Rajoutai je d’un ton impérieux.Toujours la tête basse, elle se réajusta et s’en fut sans une parole.Le soir, curieux de savoir comment j’allai retrouver ma femme, je pénétrai dans la maison.La première sensation qui me vint fut l’odeur de mon plat préféré.Je pénétrai dans la salle à manger, la table était dressée, les bougies allumées.Camille se tenait là, debout .Coiffée, maquillée, vétue d’une somptueuse robe de soirée noire qui moulait ses formes parfaites, elle était d’une beauté rare.Je m’approchai d’elle, elle sembla anxieuse.– Tu es tres en beauté ce soir.Un ” merci ” timide me répondit, une parole que je sentis empreinte de déception.Je réagis aussitôt.– Tu m’as obéi ? — Oui– Montre moi !Elle fit lentement glisser les bretelles sur ses bras, sa robe tomba à ses pieds et je constatai l’absence de poils.– Tourne toi !Ses fesses étaient encore rouge.– j’ai faim ! Sers moi bahis şirketleri à manger. Dis je en m’installant à table.Seulement vétue de son collier de perles fines, elle fit le service.Quand elle voulut s’installer à mes côtés pour manger, je lui demandai : — Que fais tu ?Elle resta interdite, ne sachant que répondre.Je continuai : — Ta place est sous la table . Pour l’instant, tu devras te contenter de me boire…Elle me comprit et ça la fit sourire. Elle fila sous la table et se mit à l’ouvrage.Elle avait bien retenu sa dernière leçon et la pipe qu’elle me fit , fut si attrayante que je ne retins pas longtemps.Elle m’avala tout entier avant que je ne l’autorise à venir s’assoir.Nous dînames comme un couple normal, sauf qu’elle resta nue.Peu aprés, installés sur le canapé, devant un bon feu, je lui dis calmement :– Camille, tu te doutes bien qu’il faut que nous parlions.Elle se rembrunit .– Oui Marc, pourras tu un jour me pardonner ?– Pourquoi as tu fais ça ?– Je ne sais pas. Pendant ces derniers jours ou tu n’es pas rentré , j’y ai réfléchi . Je crois que ma mère a tout fait pour que je lui ressemble, et elle a réussi. Elle m’a façonnée en fille docile, soumise.– M’aimes tu toujours Camille ?Sa réponse sortit droit de son coeur.– Oh oui, Marc, je t’aime. Et toi ? Malgré ce que j’ai fait ? Me demanda t elle inquiète.– Je t’aime, mon amour. — Marc ? — Oui.– Apprends moi, guide moi.. Fais de moi ce que tu as envie que je sois. S’il te plait…Je fis semblant de réfléchir quelques instants.– Bien . Mais je ne veux pas te faire , ou te faire faire des choses dont tu n’auras pas envie. Je serai ton guide, ton mentor , je t’apprendrai à te libérer , mais promets moi de toujours te respecter.Un sourire éclatant éclaira son visage.– Promis mon amour.– La première chose que tu vas faire, dès demain, c’est de renouveller ta garde robe. Tu me comprends ?– Parfaitement.Je la pris dans les bras et la portai jusqu’à notre lit.Nous fîmes l’amour durant une bonne partie de la nuit, alternant douceurs, calins et sensations plus épicées.Et , avant de nous endormir, blottis l’un contre l’autre , je lui annonçai :– Ce week end , tu auras une surprise ….

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Offerte à mon peintre – 1

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

Offerte à mon peintre – 1Je m’appelle Carine. J’ai quarante ans, je suis brune aux longs cheveux. J’ai conservé un corps de jeune femme grâce aux nombreuses activités physiques que je pratique, footing, gym et yoga. Je reste particulièrement fière de ma poitrine opulente qui a fait tourner bien des têtes durant ma jeunesse.Avec mon mari, nous sommes parvenues à nous acheter la maison de nos rêves dans la campagne au-dessus de Marseille. C’est un vieux corps de ferme que nous avons dû faire rénover. Mon mari s’est chargé de la gestion des plus gros travaux, il m’a échu celui de m’occuper de toutes les finitions. J’ai donc fait venir de nombreux artisans et étudier leur devis. Malgré tout, mon mari souhaite surveiller mes décisions.Une semaine, j’essaie de lui faire parvenir le devis du peintre que je souhaite signer, mais je ne parviens pas à le joindre. Il est à l’étranger et il ne reçoit pas mes envois. Je décide de me passer de son avis et signe à sa place.Lorsqu’il revient enfin le week-end et que je lui en parle, je vois qu’il se crispe et lorsque je lui présente le devis il explose littéralement. Jamais je ne l’ai vu autant en colère. J’essaie de lui faire comprendre que c’était le meilleur et qu’on peut au moins se permettre ça, mais il ne veut rien entendre. Il se montre particulièrement grossier et me compare à une pute de luxe ce qui me révulse. Le ton monte rapidement et nous passons le week-end fâchés.Le lundi alors que je l’accompagne au train et que j’espère que tout va se détendre, au moment de nous séparer, ce dernier douche brutalement mes espoirs. Il me somme de régler ça. Je dois me débrouiller comme je veux, mais il refuse de payer pour ça. Je lui rappelle devant tout le monde que je ne suis pas sa chose et que c’est lui qui m’a poussé à arrêter de travailler, alors que j’aurais pu avoir une meilleure carrière que lui. C’est sûrement ce qui l’avait inquiété, je me le suis toujours dit. Il aurait eu du mal à accepter que je gagne plus que lui. Comme j’étais folle amoureuse de lui à l’époque et que même avec un salaire nous n’aurions manqué de rien, j’avais accepté. Aujourd’hui, alors que je vois le train partir, je le regrette.Lorsque je retourne chez moi, je trouve le peintre, Léo, qui attend que je lui ouvre pour commencer son travail.Je passe ma journée à broyer du noir, à me demander si je dois faire comme mon mari me le demande et si je le fais comment je peux revenir sur le devis que j’ai signé.La nuit ne m’apporte pas plus de réconfort, je suis frustré et je dois le reconnaître, en manque de sexe. Alors que je me caresse le clitoris pour me calmer, je ne pense pas à mon mari, mais à mon peintre. C’est un homme brun, au physique impressionnant, très large d’épaules, à la peau bronzée par le soleil et à la voix grave. Un morceau de choix, vulgairement parlant. Un homme qui saurait combler ma frustration, j’en suis certaine. Je sais que je ne lui déplais pas étant donné les regards qu’il a posés sur moi toute la journée.Alors qu’à force de caresses je parviens à me donner un petit orgasme, je décide de répondre aux attentes de mon mari en me vengeant de lui. Il m’a traité de pute, je vais lui faire de magnifiques cornes en me comportant comme telle. J’obtiendrais une réduction du devis comme il le souhaite en payant avec mon corps.Le lendemain pourtant, il me faut un moment pour reprendre le fil de ma pensée et oser agir et me venger. Je vais rejoindre Léo alors qu’il travaille, ironie de l’histoire, dans ce qui devrait devenir le bureau de mon mari.— Bonjour, je ne vous dérange pas.— Que puis-je pour vous, madame ?— Mon mari a lu votre devis et il n’a pas été content.— Désolé pour vous, mais vous avez signé.— Je sais. Néanmoins, ne pourrions-nous pas trouver un accord pour faire baisser la note ?Je prends une pose lascive pour lui faire comprendre le sens de mon offre.— C’est pas vrai, je suis encore tombé chez une salope mal baisée !Cette façon de parler de moi me choque, mais je me retiens de le montrer. Je veux me venger de mon mari, je peux supporter quelques commentaires déplacés.— Vous savez, j’ai une femme, j’ai ce qu’il faut chez moi.— Mais un homme ne fait pas toujours tout ce qu’il veut avec sa femme. Avec moi, vous pourrez tout faire.À la perspective de pouvoir me faire tout ce qu’il me veut, je vois une lueur a****le apparaître dans ses yeux. Il m’observe d’une façon complètement différente. Je commence à sérieusement regretter ma dernière proposition.— Et quelle réduction espérez-vous atteindre avec une telle offre ?— Cinquante pour cent.Il pousse un long sifflement.— Vous doutez vraiment de rien. Et comment je nourris ma famille ?Je lui lance mon regard le plus aguicheur tout en déboutonnant le haut de mon chemisier que j’écarte délicatement pour faire apparaître la naissance de mon imposante poitrine qui l’attire, je le sais. Il n’arrête pas de les reluquer depuis qu’il est venu faire son devis. D’ailleurs, elle ne tarde pas à faire effet, je le vois se lécher les lèvres avec envie.— Allez, déshabille-toi.— Vous êtes d’accord ?— T’emballe pas, ma salope. Faut que j’examine la marchandise avant.« La marchandise », ce salaud me prend pour un vulgaire bout de viande.— À poil, j’ai pas toute la journée.Timidement, sous son regard intense, je défais les boutons de mon chemisier que je laisse tomber au sol. J’essaie de jauger de sa réaction, mais ma lenteur l’énerve et il me rappelle à l’ordre. Ma jupe rejoint vite mon chemisier par terre.— J’ai dit à poil ! Vire-moi le reste !Choquée par son manque de considération, mais étant allée trop loin pour m’arrêter, je lui obéis. Je dégrafe mon soutien-gorge et fais glisser ma culotte le long de mes jambes. Devant canlı bahis le regard vicieux qu’il me lance, j’ai un moment de pudeur et je masque mon pubis et ma poitrine comme je peux.— Tu me proposes de te baiser et tu ne veux pas me montrer tes seins et ta chatte ? Place les mains le long de ton corps, tu m’as déjà fait perdre assez de temps.Une fois de plus, je lui obéis. Après m’avoir longuement observé des pieds à la tête, il se met à me tourner autour comme un prédateur et sa proie. Il tourne lentement et me jauge. Sa présence m’impressionne et je n’ose pas lui parler.Un frisson me traverse quand une de ses mains rêches se pose sous mon sein droit. Il le soupèse comme un fruit bien mûr avant de l’abandonner pour s’intéresser au sein gauche. Il est désormais face à moi, les yeux fixés sur ma poitrine qu’il malaxe et pétrie selon son envie. Il frotte le bout de mes tétons ce qui a pour effet de les faire durcir malgré moi. Il passe une fois de plus ses deux mains sous ma poitrine qu’il soulève au maximum avant de les laisser retomber et de fixer leur balancement et de sourire.Sans un mot, il reprend son examen. Il se retrouve derrière moi et fait subir à mes fesses un traitement semblable.— Cambre-toi.Ses mains toujours sur mes fesses qu’il tient écartées, je me penche en avant. Je sens mes joues rougir en pesant à la vision indécente que je lui offre. Il me fait garder la position de longues secondes avant de me relâcher et de m’ordonner de me redresser.Le revoilà devant moi à me dévisager. Je le vois porter son index à sa bouche. Avant que je n’aie le temps de réagir, il me le plonge brusquement entre mes cuisses et force l’entrée de mon vagin. J’essaie de me soustraire à cette pénétration, mais il m’empêche de fuir en passant sa main libre derrière mon cou.— Qu’est-ce que vous faites ?— Ça ne se voit pas ? Je teste la qualité de la marchandise. Et à ce que je sens, tu es vraiment une sacrée salope. Ta chatte est toute chaude et humide de ce que je te fais.Je veux protester. Même s’il dit vrai et que la situation m’excite plus que je ne l’aurais imaginé, je n’aime pas ses manières. Pourtant, seul un léger soupir sort de mes lèvres. Ce salaud vient de rajouter un deuxième doigt dans ma chatte et commence à faire des va-et-vient dedans. Sa façon de me fouiller me perturbe et me fait du bien, mais je fais tout pour ne pas lui montrer.— Alors, vous êtes satisfait ? Vous me faites ma réduction ?— OK, tu auras tes cinquante pour cent si tu te donnes à moi quand je veux, comme je veux, où je veux, jusqu’à la fin de semaine.Je le regarde avec de grands yeux, je pensais m’offrir à lui une fois pour obtenir ma réduction et me venger, pas devenir sa chose pour toute la semaine.— Non, vous pourrez me baiser qu’une seule fois.— Tu te prends pour une pute de luxe ? À ce prix-là, tu es à moi toute la semaine ou rien du tout.Je devrais renoncer, subir la colère stupide de mon mari encore quelque temps, mais le regard intense qu’il me lance et ses doigts qui continuent de fouiller finissent par me faire perdre la raison et mes dernières barrières volent en éclats.— D’accord.— Parfait. Alors, va chercher des capotes. Je vais profiter de ton corps.— Je n’en ai pas.— Quoi ? Tu projettes de te faire sauter et tu ne penses pas à ça ? Hors de question que je te fourre sans. Il y a que ma femme qui a droit à ça. Tu vas aller en acheter de quoi tenir la semaine, mais avant tu vas me sucer et goûter à mon sperme.Alors qu’il défait sa salopette, je n’ose pas lui avouer que je n’ai jamais laissé aucun homme jouir dans ma bouche. Cette pensée s’envole au moment où sa tenue de travail lui tombe sur les chevilles et que je vois pendre entre ses jambes un membre aux proportions impressionnantes. Il ne bande pas encore et pourtant il me paraît avoir déjà un bien plus grand sexe que mon mari.Mon trouble ne lui échappe pas et le fait sourire.— Tes pas habitués à voir un pareil calibre. Il est trop tard pour avoir peur et reculer. Tu vas la sentir passer et tu vas aimer ça.Devant mon absence de réactions, il se saisit de ma main qu’il porte à son pénis. Mes doigts en font à peine le tour, je n’ose imaginer les proportions qu’il va prendre une fois en érection. Je la sens grossir dans ma main tandis qu’il se masturbe avec.D’une main sur l’épaule, il me force à m’agenouiller devant lui.— Vas-y, branle-moi et profite du spectacle.Il lâche enfin sa prise sur ma main et je continue tout seul de le masturber. Devant son érection impressionnante, je pose mon autre main autour de son membre. Ce type est décidément sacrément membré, car même là je ne le tiens pas sur toute la longueur. Cette vision a le don de m’exciter et de m’inquiéter. Comment vais-je pouvoir faire une fellation à un tel colosse ?— Ça suffit. Tu m’as bien fait bander, maintenant il est temps que tu me suces.Je continue de le masturber d’une main avant de rapprocher mes lèvres de son sexe. Je ne sais pas comment m’y prendre. Je décide de poser des baisers sur toute la longueur de son pénis. Le contact de mes lèvres sur ce membre dur et chaud a le don de m’électriser. Léo semble apprécier ce que je lui fais, car sa respiration s’accélère légèrement. Néanmoins, il se lasse assez vite de cette caresse.— Suce-moi maintenant.Je ne me sens toujours pas prête pour faire entrer un tel monstre dans ma bouche. Je me mets donc à le lécher sur toute la longueur de son membre. Je suis en train de faire tourner ma langue sur son gland quand il plonge ses mains dans mes cheveux.— Je t’ai dit de me sucer.Je sens ses doigts se refermer autour de mon crâne et il force soudain l’entrée de ma bouche avec son pénis. En quelques secondes, je me retrouve avec son gland qui chatouille bahis siteleri ma luette. Jamais aucun homme ne s’est ainsi enfoncé en moi, pas même mon mari. Un frisson mêlé de crainte et d’excitation me prend quand je constate soudain qu’il est loin de me l’avoir enfoncé en entier. Il en reste encore plusieurs centimètres dehors. Je redoute qu’il poursuive sa progression, mais il se satisfait visiblement de cette profondeur de pénétration et commence à faire des allers et retours lents dans ma bouche.Après un moment, il finit par relâcher sa pression sur mon crâne.— À toi de jouer maintenant.Je reproduis le mouvement qu’il m’a montré une dizaine de fois avant de recracher son pénis. Je joue avec son gland que j’embrasse et lèche consciencieusement avant de le ravaler. Je varie ainsi le rythme et la profondeur de ma fellation. Il me fixe tout en me caressant les cheveux.— Tu manques sérieusement d’expérience. Tant pis, j’ai une semaine pour te former. Voyons voir jusqu’où tu peux m’avaler ?Il repose ses mains dans mes cheveux et s’enfonce dans ma bouche jusqu’à forcer ma gorge. Je suis pris de haut-le-cœur et je frappe nerveusement sur ses cuisses. Il se dégage et me laisse reprendre mon souffle avant de retenter sa chance. Pendant plusieurs minutes, il essaie de me la mettre en entier, mais j’en suis incapable. Il finit par me relâcher et je recrache sa bite pour respirer à grandes bouffées et reprendre mon souffle.— D’ici à la fin de la semaine, tu la prendras en entier et je pourrais jouir directement dans ton estomac. Aujourd’hui, je vais me contenter d’inonder ta bouche de foutre.Il présente sa bite devant mes lèvres et reprend sa prise dans mes cheveux. Ce n’est plus une fellation que je lui fais, mais lui qui me baisse littéralement la bouche. Il y va fort et vite, la pièce est emplie d’un bruit de succion indécent. Cette situation, cette façon qu’il a de se servir de moi comme une vulgaire vide couille devrait me paraître dégradante et me révulser, pourtant cela a l’effet inverse. Je sens mon plaisir monter. Un plaisir nouveau et étrange, celui d’être soumise aux pulsions sexuelles d’un homme et celui-ci n’est pas mon mari.Les gestes de Léo deviennent soudain saccadés, il va bientôt jouir.— Putain, ça vient salope !Je n’ai plus que son gland dans la bouche quand le premier jet de sperme explose littéralement dans ma bouche. Je sens les jets suivants venir s’écraser sur mon palet, sur ma langue. J’ai l’impression que je vais étouffer et qu’il ne va jamais s’arrêter. J’ai un mouvement de haut-le-cœur, mais il me tient fermement et m’empêche de me soustraire.Enfin, il pousse un dernier râle. La source de foutre est tarie.— Ouvre ta bouche et montre-moi ce que je t’ai donné.Honteusement du spectacle que je vais afficher, j’ouvre timidement la bouche.— La vache, j’avais vraiment les couilles pleines, je t’en ai mis la dose. Dis-moi, ma salope, est-ce que je me trompe où aucun mec ne t’a jamais joui dans la bouche ?Je hoche lentement la tête de manière affirmative.— Hum, alors ce sera le premier jus de couille que tu boiras ?Je hoche de nouveau la tête.— Alors, bois et savoure.Il me fixe de son air a****l dans l’attente que je lui obéisse. Je devrais tout recracher, pourtant mes lèvres se referment. Il me faut encore quelques secondes avant de trouver le courage d’avaler toute cette crème épaisse dans ma bouche. J’ai le sentiment que le bruit de ma déglutition résonne dans toute la pièce. Le goût est étrange, âpre, mais pas si immonde que je l’aurais cru.— Alors, tu as aimé ?Je reste silencieuse, je ne sais pas quoi lui répondre ce qui le fait sourire. Il présente sa queue à moitié bandée devant moi et la fourre dans ma bouche.— Nettoie-la, récupère tout le sperme qui est resté dessus.Il pousse des grognements de satisfaction alors que j’aspire consciencieusement tout ce qu’il reste sur son sexe. Une fois propre, il remonte sa salopette.— Maintenant, dépêche-toi d’aller acheter des capotes, j’ai hâte de te baiser.Ce pervers me tend mon chemisier et ma jupe et piétine mes sous-vêtements pour me faire comprendre que je ne dois pas en remettre et sortir sans.Cette sensation de ne pas porter de sous-vêtements me trouble. J’ai l’impression que toutes les personnes qui me regardent conduire ou les rares que je croise lorsque je fais mes courses le savent.Pour dissimuler mon achat de préservatifs, je me rends là ou personne ne pourra me reconnaître. Je me sens rougir comme une adolescente au moment de passer en caisse. Ce sentiment de gêne me revient quand je reviens chez moi et qu’il se moque du temps qu’il m’a fallu.— Et alors, tu es allée jusqu’où pour cacher que tu étais une salope qui va tromper son mari ?Il abandonne ses pinceaux pour venir me rejoindre et me plaquer contre la table où il a déposé ses pots de peinture sur lesquels j’ai mis les broîtes de préservatifs. Il passe ses mains autour de moi et tire sur mon chemisier. Les boutons cèdent dans un craquement et ma poitrine jaillit. Il palpe généreusement mon sein gauche tandis qu’il ouvre la première broîte de capote dont il renverse le contenu en levant le paquet devant mes yeux. Il répète le manège pour les deux autres paquets.— Au moins, maintenant, nous sommes sûrs de ne manquer de rien.Il me libère enfin et abat une main sur mes fesses.— Allez, fous-toi de nouveau à poil et va m’attendre à quatre pattes au milieu de la pièce. J’ai pas encore fini mon travail.Alors qu’il retourne à ses pinceaux, je retire mon chemisier abîmé et défais ma jupe. Une fois de plus, je suis troublée à l’idée qu’en ôtant ces deux bouts de tissus je suis totalement nu et offerte. Je ne peux pas décrire la sensation que j’ai au moment de me bahis şirketleri mettre dans la position qu’il m’a demandé.— Caresse-toi. Montre-moi à quel point tu es chaude, salope. Prouve-moi que tu as envie que je te prenne.Le visage appuyé sur le sol, honteuse et pourtant encore un peu plus excitée par ses propos, je glisse une main jusqu’à mon pubis. Je commence à faire glisser mes doigts entre mes grandes lèvres, à faire des allers et retours, je les écarte délicatement. Je joue rapidement avec mon clito qui est dressé.Après de longues minutes à me donner du plaisir en solitaire, le bruit des pinceaux s’arrête enfin. Un frisson me parcourt quand j’entends sa salopette tomber au sol. Je regarde par dessus mon épaule. Il est là, derrière moi, qui me domine de toute sa taille. Il affiche toujours ce même sourire a****l alors qu’il se masturbe.— Tu sais que t’es vraiment une belle chienne dans cette position.J’entends le bruit de l’emballage du préservatif qu’il déchire. Il le lance et celui-ci tombe sous mon nez.— Reste muette si tu veux, dans quelques secondes, je vais te faire chanter une autre chanson.Il déroule le préservatif sur son sexe bandé et il s’accroupit vers moi. Je sens son gland se poser à l’entrée de ma chatte.— Tu ne veux pas me lécher avant ?— Pas aujourd’hui.Il pose ses deux mains sur mes hanches et s’enfonce en moi. Je pousse un hoquet de surprise simplement en sentant le gland me pénétrer. Il poursuit sa pénétration, distendant ma chatte comme jamais. Je ne cesse de pousser de longs râles, tant ce qu’il me fait ressentir est inimaginable. Je pousse un petit cri aigu au moment où je sens son pubis appuyer contre mes fesses.— Jusqu’aux couilles dans ta chatte de salope.Cette simple pénétration m’a rendu haletant. Ma chatte est pleine comme elle ne l’a jamais été et malgré le tiraillement j’adore ça.— Attends, tu vas voir, je vais modeler l’intérieur de ta chatte à la forme de ma bite ! Quand j’en aurai fini avec toi, tu ne ressentiras plus rien avec la petite bite de ton mari.Il ressort extrêmement lentement sa queue de ma chatte pour ne laisser plus que la pointe de son gland avant de replonger pour une fois arriver au bout donner un coup sec et faire claquer nos corps. Il reproduit cette pénétration à de nombreuses reprises avant de progressivement augmenter le rythme. Rapidement, ce n’est plus une bite que j’ai en moi, mais un pieu qui ramone intensément l’intérieur de mon vagin.Dans un coup de reins titanesque qui me fait hurler, il me propulse en avant et me cloue au sol.— Je m’en suis fait des salopes, mais des comme toi, rarement. J’ai hâte d’être à demain lorsque je te sodomiserais.— Non, pas ça ! Pas par là, je suis…— Vierge ? Je m’en doutais, c’est bien pour ça que j’ai hâte de te faire sauter ce pucelage. Mais pour le moment, je vais te faire la chatte comme jamais !Il sort de moi, laissant une sensation extraordinaire de vide que je n’avais encore jamais ressenti, puis me retourne sur le dos. Il écarte mes cuisses avant de replonger en moi jusqu’aux couilles. Il me prend alors comme un bûcheron en me donnant de grands coups de reins qui me font hurler. Mes seins se balancent au rythme furieux de ses coups de bite. Je devrais être écœurée par cette façon qu’il a de me prendre, pourtant je sens une boule qui monte au creux de mes reins. Je sens un plaisir nouveau et énorme monter avant d’exploser. Je crie, je gémis comme jamais. Je suis emportée par un orgasme terrible. Jamais je n’aurais cru qu’on pouvait jouir ainsi. Ce salaud entretient mon plaisir en continuant de me prendre aussi rudement pendant que je jouis. Il ne s’arrête que lorsque ma jouissance se calme enfin.— Eh bien, tu aimes ça te faire défoncer. Tu en veux encore ?— …Je suis incapable de réagir, je suis encore au septième ciel. Je ne reviens sur terre qu’au moment où tout mon corps est brusquement propulsé vers l’avant par une série de coups de bites titanesque.— Tu… vas… me… répondre… salope !— Oui ! Encore, encore ! Baise-moi !Une main dans les cheveux, il me force à me relever. Il m’emmène jusqu’à son escabeau sur lequel il m’appuie. Ce salaud veut me rappeler pourquoi il peut me prendre ainsi.— Tu es à moi. Je vais user et abuser de toi à outrance.— Oui, je suis ta salope ! Prends-moi, défonce-moi comme jamais !D’un violent coup de reins, il se plante en moi propulsant en avant l’escabeau. Une fois de plus, il me pilonne sans ménagement. La pièce est emplie de mes cris de jouissances et du grincement de l’escabeau que ses assauts déplacent petit à petit. Il ne lui faut que quelques minutes pour me donner un nouvel orgasme tout aussi dévastateur que le précédent qui me laisse pantelante.Lorsqu’il sort enfin de moi, je glisse le long de l’escabeau et tombe à genoux devant lui, sa queue toujours dressée à quelques centimètres de mon visage. D’un geste rageur, il arrache le préservatif et plonge au fond de ma bouche. Comme tout à l’heure, il la baise comme si c’était mon vagin. Heureusement pour moi, il ne lui faut pas plus d’une minute avant de se répandre copieusement en moi en hurlant.— Avale, salope ! Avale !Pour la seconde fois de toute ma vie et en l’espace de quelques heures, je bois de nouveau du sperme. Je déglutis comme je peux les giclées de sperme tout aussi copieuses et nombreuses que tout à l’heure. Je dois être dans un état second, car je trouve le goût presque agréable.Les couilles vides, il me laisse groggy à même le sol et disparaît. Je reste allongée à reprendre mon souffle et mes esprits pendant que j’entends l’eau de la douche couler. Il revient une dizaine de minutes plus tard et me retrouve toujours nue dans ma cuisine. Il me lance un regard qui me montre à quel point il est fier de lui, fier de ce qu’il a fait de moi.— J’ai pris une douche, je ne voulais pas sentir la chienne en chaleur en revenant chez moi. Demain, quand j’arriverai, on la prendra ensemble et j’ouvrirai ton cul avec ma bite.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Confessions d’un cocu magnifique

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

Confessions d’un cocu magnifiqueMa femme et moi c’était l’histoire d’amour parfaite. Une rencontre à dix-huit ans avec une brune ravageuse et angélique, un mariage à vingt ans et puis une vie sexuelle épanouie libertine, perverse, enfin de quoi faire rêver l’être humain moyen qui nous regardait toujours avec envie.Il faut dire que Patricia est belle avec ses cheveux noir d’encre et sa peau claire. Son visage de gamine dans un corps de femme plus mure. A dix-huit ans déjà elle donnait l’impression d’avoir un corps très légèrement marqué par les mains des autres. C’est ce qui la rendait excitante : son corps semblait fait pour être touché autant que regardé. Abandon et fermeté.Tout était parfait. A chacun de mes désirs les plus pervers elle apportait une réponse plus perverse encore. Elle commandait, choisissait les moments où on faisait l’amour et les moments où on baisait, puis l’usure aidant elle choisissait les jours et enfin elle s’est mite à ne plus rien choisir du tout. J’essayais toutes les tentatives d’approche possibles et imaginables, le matin, le soir, romantiques ou violentes, mises en scène ou improvisées, plus rien n’y faisait, je devenais une figure imposée. Elle ne me rejetait pas toujours mais je ne sentais plus dans ses yeux le désir que j’y trouvais autrefois, et cette indifférence me rendait malade si bien que pour ne plus souffrir j’ai trouvé une parade, d’acteur dans la sexualité de ma femme, je me suis progressivement, et malgré moi, transformé en voyeur.Les rares fois où on faisait l’amour, je lui demandais, je la suppliai, de se caresser, comme pour ne plus avoir à la toucher, et pour la première fois elle résistait. La garce ne supportait pas de ne pas diriger les opérations. La nuit, je la touchais dans son sommeil. Je fermais les yeux pour qu’elle se croie seule et j’espérais qu’elle me trompe avec elle-même. Mais, à chaque fois, au moment d’en venir aux mains, elle s’arrêtait comme prise en faute.Je m’humiliais à me masturber la nuit alors que je la savais éveillée, ” Tu ne veux pas de moi, je me prends seul”.Puisqu’elle ne jouissait plus de moi alors je la rêvais jouissant d’elle-même, puis jouissant d’un autre. Pas une vraie personne mais un anonyme le plus différent de moi possible. Un mec, un vrai, pas moi. Je rêvais comme un masochiste qui se fait mal volontairement.J’étais soumis, c’est comme ça que j’ai commencé à y prendre plaisir… elle aussi…Sa domination, c’était son indifférence, ma soumission c’était mon désir incontrôlable. Tout cela baignait dans une atmosphère quotidienne sans aspérités, dans la confiance mutuelle d’un amour presque fraternel.La semaine dernière, un de ses anciens amis est venu manger chez nous. Rachid était accompagné d’un dénommé Habib. Sorte de grand dadais d’origine sénégalaise qui a tout de suite remarqué mon absence totale de sex-appeal et, au contraire, l’allure de femme fatale de Patricia. On boit un coup puis un deuxième, un troisième, on rigole bien mais je sens confusément que quelque chose ne va pas : on ne m’écoute pas quand je parle. Même elle, elle me sourit toujours, mais elle ne m’entend pas.Il est onze heures, je suis le plus bourré de tous, les deux zouaves me regardent amusés, enfin je crois qu’ils me regardent amusés. Plus je bois, plus elle me méprise, plus elle me méprise, plus je bois et plus ils rient de me voir tituber.Ils commencent à lui faire des compliments sur la maison, arrangée avec gout, puis sur son élégance, puis enfin ils commencent tous deux à lui dire qu’elle est belle, je la sens flattée, j’enrage, je ne dis rien. Même quand l’un des deux s’assoit à coté d’elle, je ne dis rien. Viens que je t’effleure la main, viens que je me colle à toi, vient que je t’effleure les seins en attrapant la bouteille de vin. C’est un match au sommet pour emporter les grâces de la belle. Très vite, Rachid est battu. Il voit bien qu’elle ne chasse pas la main d’Habib quand il la pose sur sa cuisse, l’air canlı bahis de rien, accompagnant une bonne blague d’un geste intime. Moi aussi, avachi sur le divan, dans le brouillard, je le vois bien, qu’elle rit bêtement quand il lui parle, qu’elle pose sa mais sur son épaule quand elle se lève.Il s’accroche le Rachid mais il est encore plus battu que moi qui ai finalement déclaré forfait depuis le début. Du coup, au bout d’une heure enfin, d’un temps interminable, j’ai arrêté de compter depuis longtemps, il finit par battre en retraite et se barre espérant qu’Habib parte avec lui. Personne ne le retient mais personne ne l’accompagne et je l’entends vaguement descendre les escaliers sans me dire au revoir, il faut dire qu’on ne dit pas au revoir à un meuble.Patricia et son bellâtre restent seuls. Ils balancent des banalités sur le Sénégal, sur la chaleur du climat et des corps qui ont une formidable aptitude à bouger en rythme Comme tout le monde, elle trouve que c’est super beau des muscles sur un corps de noir (ça tombe bien) alors que sur un blanc… Comme tout le monde il trouve que les blanches sont plus libres, les lieux-communs c’est pratique pour faire semblant de se parler quand on commence à se toucher…Il est trois grammes à ma montre, c’est l’heure à laquelle je m’endors, enfin pour ne rien cacher je fais semblant, je ne sais pas ce qui me prend mais je décide de mettre son amour à l’épreuve et je ferme les yeux…- Il est drôle ton copain.- Je sais pas ce qui lui prend, il ne fait pas ça d’habitude.Elle me secoue, je dors…- Tu devrais aller te coucher.- On le laisse dormir ici…Elle est surprise je le sens, elle ne sait pas quoi penser.- Tu veux dormir ici mais…- Avec toi…Il l’entoure de ses grands bras, elle tourne toujours le dos vers moi qui suis avachis à coté d’elle. Je l’entends qui respire fort, elle se demande comment elle va refuser ça. Pas comment elle va le lui refuser à lui, comment elle va SE le refuser…Elle tente d’écarter ses bras, il s’y prend bien l’a****l, il l’effleure, elle respire de plus en plus fort…- Je ne te plais pas ?- Si….- Toi, tu me plais beaucoup.Elle souffle… oui ?Il l’embrasse doucement dans le cou, je ne bouge toujours pas, elle tourne sa tête vers lui, elle le regarde avec ses jolis yeux inquiets, presque… aimants. Lui ne quitte pas son joli cou pale du regard…- Tu as déjà couché avec un noir.- Non.- Tu vas voir…Il remonte ses lèvres vers l’oreille de ma belle et embrasse son lobe, elle ferme les yeux, elle souffle, att**** les mains noires qui caressent ses seins tendrement à travers ses vêtements, elle n’essaie plus de les enlever, il a gagné. Je dors.Ils s’embrassent à coté de moi, la tête tournée, elle a peur, de temps en temps elle me jette un regard inquiet, toujours au bord de la marche arrière, mais elle l’embrasse et c’est bon de l’embrasser on dirait deux amoureux. Je distingue ses seins qui remuent lentement quand il la touche. En bon professionnel il a défait son soutien-gorge à travers le chemisier… trop tôt ? Elle hésite, lui pas. Tendre peut-être mais ferme, il lui écarte les jambes et faisant le tour de sa taille, caresse l’intérieur de ses cuisses d’une main, en lui tenant fermement le cou de l’autre. Le chasseur tient sa proie, il ne veut pas la lâcher. C’est interminable, elle est de moins en moins tendue, elle se laisse faire, et moi j’attends le moment ou l’abandonnée va devenir putain.Je ne suis plus saoul, au contraire je pense que je n’ai jamais été aussi lucide de toute ma vie. J’ai conscience de tout ce qui se passe dans la pièce avec une précision incroyable. Je sens les cuisses de Patricia bouger au rythme de la main de son amant. Je sens l’odeur de son haleine, lourde et chaude quand il lui lèche le coin des lèvres. Je sens la racine de ses cheveux frémir. Je la sens amoureuse de ces gestes, de ce corps, de ce phantasme vivant. Je sens cet amour de circonstance et je sens tout le mépris bahis siteleri qu’il a pour cette petite blanche si facilement vaincue.Je prends plaisir à cette déchéance. Je suis soumis, à mes propres yeux, ce n’est plus drôle. Mais elle…Des gémissements lui échappent mais maintenant elle s’en fout. Elle se mord la lèvre inférieure, elle gémit quand même, il lui mord légèrement la langue, elle manque de crier.- On va à coté, ici je ne peux pas, les voisins…Je ris en silence. Je suis sur le même divan qu’elle et elle se soucie du gamin d’en face qui est effectivement en train de se branler sur son balcon en la regardant…Habib ne répond pas, défait la fermeture éclair de son pantalon et glisse sa main dedans… cette fois ca y est, elle a crié.- Tu veux vraiment que je m’arrête ?Elle supplie presque.- Non !Il lui dit doucement :- Ma petite salope blanche veut que je continue ?- Oui…Il défait le chemisier complètement, le soutien-gorge défait a lâché un sein. Les gestes du noir sont langoureux et brutaux à la fois. J’admire. Il lui tient le ventre à la griffer tout en caressant doucement sa chatte. Le pantalon de ma femme est sur ses genoux. Il l’enlève elle se tourne vers lui et l’embrasse complètement. Il l’allonge sur le divan. Ironie du sort, sa tête s’appuie sur moi ! Ne pas bouger, surtout ne pas bouger… Comment peut-elle ne pas s’apercevoir que je bande comme un fou.Elle est nue. Il est sur elle, l’embrasse, il descend sur sa poitrine, lèche ses seins, les mord.- Touche-moi…Deux ans désirs qui débordent. Il le sent….- Ton mec ne te suffit pas, ma petite salope blanche veut du nègre….En poussant sa tête vers ses cuisses, elle bafouille :- Oui lèche ma chatte avec ta langue, oui lèche.Je ne l’ai jamais vue comme ça, elle se tord la tête sur mon ventre elle a les yeux fermés, elle tient la sienne sur son sexe, ses seins bougent dans tous les sens, elle bave, vengeance…Lui, accroupi à l’autre bout du divan, se marre, il la regarde et lui parle.- Petite chienne, tu me veux- Oui, je suis une petite pute blanche et je te veux, je suis à toi…Il s’arrête, la main gauche enfoncée profondément dans son vagin. Il est beau, toujours habillé, il n’a même pas l’air d’être excité (un comble).C’est elle qui se relève pour se jeter sur lui, il n’a pas besoin de parler. Elle se redresse, cette fois il est debout et elle agenouillée à l’autre bout du canapé, dos à moi. Elle balaye tout son corps avec ses mains, défait comme une assoiffée sa ceinture tout en l’embrassant, en lui disant qu’elle est sa chienne blanche, qu’il est son amour, tout pour elle…- Répète, dit-il.- Je suis ta pute, ta chose, je suis ce que tu veux…- Encore…Elle répète…- Encore…Il la regarde avec dégout, lève les yeux vers moi en souriant et là je me rends compte que j’ai les yeux grands ouverts, je ne sais pas depuis combien de temps.Ceinture par terre, braguette ouverte, il est triomphant. Elle, les bras sur la poitrine du black, elle suce autant qu’elle peut, elle le boit.- Touche-toi, dit-il…Elle lâche sa grosse bite en continuant à le sucer à le lécher, ses mains humides descendent le long de son cou, att**** ses seins…- Griffe-toi.Et elle se griffe la poitrine, le ventre et enfin la chatte. De dos je ne vois que sa main, entre les bruits humides de masturbation et de fellation, j’entends des ordres, des mots d’amour, des insultes…J’admire ce mec. Il la traite de pute, tout en lui caressant doucement les cheveux, il n’a pas besoin de bouger, elle lui répond qu’elle l’aime… je n’en reviens pas. Mais je n’en peux plus, à mon tour, je commence à me caresser la bite a travers mon pantalon d’abord puis, perdant complètement ce qui me reste de dignité. Les mouvements de sa tête sont de plus en plus amples, elle doit sucer un mat, en même temps, je la vois qui bouge ses reins de plus en plus vite. Je distingue ses deux mains qui malaxent son entrejambe. Elle gémit si fort qu’elle couvre bahis şirketleri les bruits nocturne de la rue.Un mouvement plus violent que les autres, elle se dresse sur ses genoux. De dos, je vois clairement une de ses mains entrer entièrement dans son vagin et sa tête s’écraser sur le ventre de son amant… le bruit de succion s’arrête, elle a des soubresauts, elle jouit ! Lui, la tête en arrière, les bras le long du corps, il lui éjacule dans la gorge.Il n’y a plus que moi qui fais du bruit… Elle s’en moque, je n’ai pas d’importance, elle ne pense qu’à l’avoir en elle, sur elle. Il l’écarte lentement… elle s’assoit les jambes écartées.- Je vais te prendreJe vois à nouveau le visage de Patricia, toujours plus belle, les yeux mouillés… Regardant le noir se glisser entre ses jambes ouvertes et enfoncer son sexe dans son vagin…Elle est effrayée, elle le repousse. Il a l’habitude, il entre doucement, elle grimace au début, puis les muscles se détendent, elle recommence à souffler en rythme.- Je te plais, dit-elle, elle te plait ta petite salope blanche, et puis touchant son ventre elle est si grosse ta queue, si grosse….Cette fois il ne prend plus aucune précaution, il la laboure de plus en plus violemment et elle crie de plus en plus fort. Tout son corps bouge. Elle l’agrippe par les épaules, je vois ses seins blancs frotter les muscles noirs. Elle cherche sa bouche pour l’embrasser, le regarde soumise, lui touche le visage en tremblant, en criant et écarte ses jambes autant qu’elle le peut, Elle s’offre comme elle ne l’a jamais fait pour moi.Soudain, il la repousse en tirant violemment sur ses cheveux longs pour la plaquer contre le dossier. Il lui malaxe la poitrine en lui enserrant la gorge et elle en redemande, il la viole sous mes yeux et elle en veut encore…- Oui, plus fort mon amour, j’en veux.Il rugit, lui met deux doigts dans la bouche et la déforme. Elle ne mord pas, elle suce.Son sein gauche est rouge du traitement qu’il subit, elle a les traces de sa poigne sur ses fesses et son ventre. Il est brutal, tendu, superbe.Je m’avance pour la toucher, il me repousse… Elle ne fait pas un geste pour m’attirer. Au contraire, elle lui att**** la main pour qu’il serre sa chair plus fort encore, et je retourne me branler dans un coin…- Regarde petit blanc, comme elle jouit ta pute, tu savais pas, hein, qu’elle en voulait comme ça, hein ?Il la gifle et cette salope dit oui, hein, « Tu savais pas, regarde ! », elle crie « Encore »… il lui frappe les seins, les écrase dans ses doigts… « Regarde ! » « Encore …encore….encore…… »Droit comme un « I », il la domine de tout son buste et la regarde prendre plaisir à sa souffrance, à ses coups,Je les regarde fasciné et envieux… je crève d’envie…Soudain il la tire contre lui par la nuque, se penche sur elle, je la vois qui prend une dernière respiration et qui hurle de plaisir, pendant que lui se tord sous l’effet d’un orgasme… il l’att**** se lève en lui tenant simplement les reins et la retourne. C’est lui qui est assis maintenant et c’est elle qui s’active. Sa croupe bouge violemment d’avant en arrière pendant elle att**** un de ses seins et le lui glisse dans la bouche…Il l’aspire complètement dans sa bouche, il la suce d’abord et puis mord. Elle a mal, je le sais, je la connais mais elle est heureuse de se sentir désirée à ce point. Et de désirer comme une folle.Elle me regarde et ses yeux disent : regarde comme c’est bon un homme…Il lui glisse un doigt dans l’anus puis deux, puis trois et enfin tous les doigts en dehors du pouce… elle, la tête en arrière, a les yeux révulsés… Elle arrête de respirer se tord une ultime fois en criant… tous ses muscles tendus vers le sexe de son amant et elle semble éclater de l’intérieur au moment de son dernier orgasme… Je ne l’ai jamais vue jouir comme ça, je ne l’ai jamais vue jouir du tout…Elle s’est affaissée sur lui, l’a embrassé lentement pendant un très long moment sans bouger Les mains pleines de mon propre sperme, je les regarde se faire l’amour doucement, je suis bien…Depuis cette soirée, silence radio, j’évite de boire et elle regarde beaucoup plus les hommes noirs dans la rue.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ludivine

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

LudivineTout d’abord, je me présente : Ludivine, 19 ans, 1m66 pour 62 kg (pas de graisse, juste des muscles bien fermes), brune, yeux bleus, et un 90c. Du genre à éveiller certaines envies chez un bon nombre d’hommes, bien qu’ayant un copain, avec qui j’ai d’ailleurs une fille de 7 mois.Il y a quelque jours, je me promenais avec la petite dans une grande surface pour faire des achats. A un moment, 3 gars m’ont abordé, du type arabe et plutôt jeunes, avec, je l’ai compris très rapidement, l’envie de me baiser. Ils commencent par me dire que je suis belle, qu’ils auraient envie de faire des choses avec moi. Mais, dans un premier temps, je refusais. Ayant un copain, j’avais pour principe d’être fidèle, il n’empêche qu’ayant déjà couché avec plusieurs gars (dépucelée à 16 ans par 2 antillais bien montés), l’idée m’attirait.En fin de compte, toute émoustillée, je décidais d’au moins prendre le numéro de leur meneur, qui se nommait Abdelkader. Ils me laissèrent partir en ajoutant qu’ils étaient sûrs que j’appelerais. En effet, après avoir pesé le pour et le contre, et bien aidé par un gars rencontré sur le net qui m’y incitait, je me suis dit que la vie sexuelle de mon couple manquait de piment, et que, de toute façon, mon copain n’en apprendrait rien. D’autant que j’ai une certaine atirence pour les arabes et les noirs, réputés pour leurs grosses bites.Je fixai donc rendez-vous avec Abdelkader canlı bahis şirketleri et ses deux copains pour un après-midi. Laissant ma fille à mes parents, j’avais donc tout l’après-midi devant moi. Je décidai de partir avec un débardeur moulant et une jupe assez courte, et sans sous-vêtements. Je rejoignis Abdel au lieu convenu et ses mains devirent baladeuses très rapidement, sur tout le trajet conduisant à son appartement. De plus, dans ce quartier chaud, les commentaires fusaient et les regards se faisaient insistants. J’étais un peu gênée, encore.J’étais donc heureuse d’arriver à son appart, où se trouvaient Norredine et Mohammed, la bite bien bandée. Ils ne perdirent pas de temps et m’enlevèrent le peu de vêtements que j’avais. Comme je restais crispée malgré mon excitation, ils prirent l’initiative. Abdel m’embrassa pendant que Norredine et Mohammed me bouffaient, respectivement les seins et la chatte. Comme ils bandaient bien dur, ils décidèrent rapidement que je les suce. Je m’agenouillai donc, et contemplai ces 3 grosses et belles queues que je me faisais un plaisir d’avaler à tour de rôle. Après quelque minutes de ce traitement, je finis par être baisée.A tour de rôle, j’étais baisée dans mon vagin, en levrette, pendant que j’avais toujours une queue en bouche. J’ai eu, au départ, des difficultés à prendre le rythme, mais je finis par m’y habituer. J’étais canlı kaçak iddaa martelée sans cesse, me donnant un plaisir intense. Je sentais leurs grosses bites qui me remplissaient bien, mieux que celle de mon copain. A la fin de cette séquence, ils avaient tous les 3 joui, Abdel l’ayant fait dans ma bouche, et je me fis un devoir de ne pas gâcher la moindre goutte. Ma chatte était toute poisseuse de sperme.Ce fut ensuite mon cul qui fut pris, non sans quelque douleur, notamment quand Norredine m’encula pendant de longues minutes, à un rythme infernal. Mon cul, étroit en temps normal, je le sentais, était devenu beaucoup plus large, sous les coups de bite. L’enculage à sec, il n’y a rien de mieux pour ça. Et bien sûr, je continuais à les sucer, leurs couilles bien grosses me laissant bien voir qu’ils gicleraient encore une bonne quantité de sperme. J’étais devenu une petite salope, et, à vrai dire, je ne regrettais pas vraiment de tromper mon copain, tant c’était jouissif.C’est Abdel qui proposa de passer aux choses sérieuses, et pour la première fois de ma vie, je me retrouvais avec tous les trous comblés, les gars se relayant dans chacun des 3. Ils me baisèrent à un rythme incroyable. J’étais partagée entre un plaisir absolument énorme et quelque douleurs dûes à leur grande vigueur. Je sentais mes trous se remplir de sperme alors que je jouissais encore en encore. Je n’avais canlı kaçak bahis jamais connu un tel plaisir. Et aucun des 3 gars ne relâchait ses efforts, rebandant très rapidement après s’être vidés, grâce à quelque coups de langue.Ma chatte était baisée, mon cul était baisé et ma bouche aussi. J’avais même, parfois, des difficultés à respirer et était donc essouflée par moments. Des claques sur mon cul étaient données à une bonne cadence. Coincée en sandwich entre ces 3 arabes, ce que je n’avais jamais imaginé, j’aurais voulu que ça dure l’éternité. Mais ils avaient aussi leurs limites et me demandèrent, pour l’assaut final, de m’agenouiller. Là, ils recouvrirent en grande partie mon visage de sperme, que j’avalai ensuite, n’en laissant pas non plus une seule goutte sur leurs queues.Après avoir pris autant de fois mon pied, ils me congédièrent, satisfaits de la salope que j’avais été et qu’ils comptaient bien souvent revoir. Je me rhabillai en vitesse, et quittai l’appartement les trous pourtant encore pleins de sperme. Les remarques salaces fusèrent dans le quartier, et j’étais partagée entre honte et excitation. Honte d’avoir trompé mon copain et de m’être comportée comme une salope, mais surtout, grande excitation de ce que ce petit gang bang m’avait donné comme plaisir. Rentrée chez moi, je me douchai et me dit, qu’en fin de compte, je ne pourrai plus me passer d’une baise aussi hard.Depuis, j’ai revu Abdel, Norredine et Momo, ainsi que des potes à eux, pour une baise encore plus mémorable, que je vous raconterai plus tard. Et j’ai encore rendez-vous avec eux, d’ici peu : mon côté salope ne risque plus de me quitter, maintenant.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

La femme du PDG et les clochards 2

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

La femme du PDG et les clochards 2La vie de Simone Nasdacq a repris son cours entre réceptions mondaines et dépenses somptuaires. La débauche et l’humiliation vécues lors de la soirée caritive ne sont pas pour autant oubliées. Lorsqu’elle est rentrée, ce soir-là, elle était partagée entre honte et plaisir. Honte de s’être laissée aller ; honte d’avoir ressenti tant de plaisir à cette dépravation. Elle avait encore en bouche l’affreuse odeur de la bite du clochard. Mais en même temps, cette déchéance lui avait procuré 2 orgasmes inouïs, fulgurants. Elle n’avait pas joui comme ça depuis… Jamais en fait ! Avant que son mari ne la délaisse, il ne lui procurait que des plaisirs fugaces, fugitifs. Des mini-orgasmes…Il lui a fallu attendre la soixantaine pour qu’elle connaisse la véritable jouissance ; dans la déchéance et le sordide certes mais…Il lui arrive parfois le soir, une fois couchée, de repenser à ce viol… Mon dieu qu’il était laid… et sale… frissonne t’elle dans ces moment-là.Elle n’ose s’avouer que ces frissons ne sont pas spécialement de répugnance… Elle se surprend d’ailleurs, de plus en plus souvent, à tenter de ressentir la caresse anale que cette langue lui avait prodiguée ; à se remémorer les mots crus et vulgaires avec lesquels le clodo l’avait traitée. Et son sexe…Qu’est ce qu’il puait de la queue… 2 semaines se sont écoulées depuis ce fameux samedi soir. Il est 15 heures, la journée s’écoule lentement, son mari est à un congrès. Tu parles, un samedi ! Il est chez une pétasse oui ! Elle décide d’aller faire un peu de lèche-vitrine et fait appeler le chauffeur : – Sortez la voiture, Robert, vous allez m’emmener faire quelques emplettes. – Bien Madame.Arrivés à la ville voisine, elle lui dit :- Vous repasserez me prendre ici, vers 18 heures, Robert.Plutôt habitué à l’accompagner, voire à l’attendre, le chauffeur eut une moue dubitative :- Euh… Bien Madame, comme vous voudrez…Et voilà Simone en route pour les grands magasins et les boutiques de luxe.En sortant de chez Dior, elle se dit qu’un petit tour chez Hermès s’imposait. Par paresse, elle décide de couper par des petites ruelles qui n’ont rien de commerçantes et sont même franchement sinistres. Mécaniquement, elle accélère le pas et baisse la tête pour éviter de croiser la misère environnante. C’est au plus profond d’une ruelle qu’une voix l’apostrophe :- Z’auriez pas une piécette, ma bonne dame ? Elle sursaute et porte son regard vers l’endroit d’où provient la voix, un recoin assez large, sombre, séparant 2 immeubles. Une dizaine de clochards y ont élu domicile entre des bouteilles de vin, des couvertures et des sacs de couchages noirs de crasse. Un instant de panique la submerge, mais très vite sa contenance naturelle reprend le dessus. Haussant les épaules en signe de mépris, elle reprend sa route.- canlı bahis şirketleri Hé, les mecs, elle nous snobe, la bourge ! ?D’un bond, celui qui a émis cette remarque est sur ses pieds. Il ratt**** Simone, la force à s’arrêter.- Tu pues le fric, allez file nous 2/3 pièces, quoi !- Foutez-moi la paix ! – Hé, z’entendez ça ? qu’est-ce qu’y a ? T’as peur de mater la misère ? T’as quoi dans ton sac ??Il arrache le paquet du bras de Simone et en extirpe un chemisier parme de très belle facture.- Putain, c’est classe ton truc ! D’ailleurs c’que tu portes c’est pas mal non plus ! éructe t’il en tirant sur le col de sa veste Cardin. Ses gros doigts boudinés, aux ongles sales, n’ont pas fait dans le détail. Il a, dans le même mouvement, arraché le haut du chemisier de Simone. La tenue stricte de notre bourgeoise se trouve transformée en décolleté aguichant.Les autres clodos s’étaient redressés lors de l’altercation. Ils sont debout maintenant, attendant la suite des évènements.Ils sont laids et répugnants. La cinquantaine peut-être, mais allez donner un âge à un clochard…- Viens un peu par là toi ! Il agrippe Simone par le pan de sa veste. Elle tente en vain de résister. Il la tire vers leur repère. Les 10 vieux clodos l’entourent. Elle sent que ça va être sa fête. Comme ça… Une certaine expérience remontant à 2 semaines… Et l’odeur qui la prend à la gorge. Une puanteur innommable. Pire que l’autre fois.- Matez-moi ça les mecs ! Putain z’ont l’air gros ses nibards à la vieille ! C’est du lourd ça ! Sa main plonge dans le chemisier déjà béant, s’engouffre dans le balconnet et att**** à pleine main son sein gauche. Il presse et malaxe cette grosse mamelle, arrachant des cris à Simone. Les autres s’enhardissent ; ils glissent leurs mains sous sa jupe pour palper son gros cul. La jupe ne résiste pas longtemps. Dans un craquement, elle se fend en deux, découvrant une grande culotte rose que dix mains prennent d’assaut. Simone sent les doigts fiévreux s’insinuer dans sa culotte qui glisse lentement jusqu’à ses genoux. Son gros cul est offert !Bien évidemment, son chemisier n’a pas offert plus de résistance et il flotte, ultime et inutile vêtement.Celui qui lui malaxe les mamelles l’oblige à se cambrer.- Oh putain, regardez-moi ces gros nichons qui pendent ! C’est une vache à lait la bourge ! Ha Ha Ha.Simone se sent souillée, humiliée. Elle se débat mollement, elle est résignée, elle sait que ses efforts sont vains.Telles des anguilles les doigts boursouflés et sales s’insinuent dans ses orifices.- On va s’la faire, la grosse bourge !!Les autres répondent par des grognements et de vagues onomatopées, tout occupés à fourrager entre ses grosses fesses offertes et dans sa chatte poilue.Sans ménagement, 4 doigts s’enfoncent dans son trou du cul, arrachant des cris à Simone. Certains canlı kaçak iddaa ont baissé leur pantalon et se branlent. L’odeur devient pestilentielle…Celui qui l’avait abordé en fait de même pendant qu’il lui secoue les nichons. Sa bite est veineuse et trapue. Elle pue le bouc et la pisse. Il est debout devant elle, sa queue à hauteur du visage de Simone.- Allez ma p’tite dame, c’est l’heure du casse-croûte ! Fais-moi une pipe ! Et t’as intérêt à t’appliquer ! Il retrousse la peau, découvrant un gland tout violacé, immonde et puant ; couvert de traînées blanches. Simone manque de défaillir à la vue de cette horreur. L’odeur lui soulève le cœur et lui donne des nausées. L’autre en profite pour l’att****r par son chignon et lui fourrer sa queue nauséabonde entre les lèvres.- Ouaaaaiiis ! Allez salope, suce maintenant ! Suce !!En fait de pipe, c’est plutôt lui qui se masturbe dans sa bouche. Ses yeux sont exorbités. La bouche ouverte, il agite sa langue en bavant.Les autres la tripotent de partout ; lui dilatent le cul de leurs doigts, secouent vulgairement ses grosses mamelles et se branlent en se frottant contre elle.Simone ne voit aucune porte de sortie à ce déferlement de sexe. Mais de toute façon y en aurait-il une que… L’histoire se répète… Est-ce le côté sordide de la situation ? Les attouchements vulgaires ? L’odeur de la bite qu’elle a en bouche ? Les mêmes sensations qu’il y a 2 semaines naissent dans son ventre. Carpe diem se dit elle. Ne sois pas hypocrite. Ça t’excite ? Alors oublie tes préjugés et ta morale. Laisse toi aller …Et c’est ce qu’elle fait ! Le gros porc qui se masturbe dans sa bouche s’en rend compte le premier.- Oh la vache ! Mais c’est qu’elle me suce la cochonne ! Du coup t’aimes ça ? Eh les mecs, ça l’excite la bourge, on a décroché le gros lot ! Des mois qu’j’me suis pas lavé la queue et cette grosse pute se régale à la sucer !!Ce langage plait à Simone. Je suis une pute à clodo !! Ces pensées la font redoubler d’ardeur. Le goût de cette bite l’électrise. Elle s’empale en se trémoussant sur les doigts qui la fouillent. Mon dieu que c’est bon ! – Baisez-moi ! grogne t’elle.Les autres ne se le font pas dire 2 fois. Le plus vieux présente sa bite à l’entrée de la moule poilue de Simone.Il ne l’a pas pénétrée, qu’il s’agite déjà en donnant des grands coups de reins. La chatte de Simone l’avale d’un coup, l’absorbant telle une ventouse. Elle feule et râle. L’autre s’agite 10 secondes et lâche son foutre dans sa moule.- Encore…. Encore.. gémit elle.Le chef est décidé à lui faire subir les pires outrages. Il se retourne, écarte ses fesses et dit :- Allez grosse vache, lèche moi le cul !!! ? – Oh non, pas ça… baisez moi plutôt ?- Ta gueule la bourge ! Bouffe moi le cul ! Allez !!Elle sent 2 mains appuyer sur sa nuque et l’obliger à coller sa figure canlı kaçak bahis entre les fesses du gros clodo. Elle a juste le temps de distinguer la raie noire et poilue, qu’une odeur la prend à la gorge ; amère, sale… Maintenue comme elle est, ses lèvres sont collées sur le trou du cul nauséabond.Mon dieu ! Lécher le cul à un clodo… Qu’est-ce que ça pue !!! ?L’autre gigote comme un malpropre, frottant son anus sur le visage de notre bourgeoise.Pendant ce temps, un deuxième clodo a pris place derrière elle. Han ! fit-il en fourrant sa bite d’un coup dans la chatte de Simone. – Tiens prends ça ma belle, ça va te donner du courage, Ha, Ha, Ha…Plus endurant que le premier, il laboure son gros cul en poussant des cris de bûcheron. Simone est aux anges. Ce coup-ci elle en profite. Oh qu’est ce qu’il me remplit bien ! Machinalement, par réflexe d’excitation, sa langue commence à agacer le trou du cul du chef.La forte odeur de son anus l’excite maintenant…- Oh putain j’sens sa langue ! Elle me lèche le cul la bourge !!! Ouaaaiiis c’est bien la morue ! Fouille-moi le cul avec ta langue !Le tableau est saisissant : la bourgeoise, à quatre pattes est en train de se faire puissamment fourrer par un clodo suant à grosses gouttes pendant que son visage est enfoui entre les fesses du chef. Ses grosses mamelles ballottent lourdement, tels des outres, au rythme des coups de boutoir. Les autres se masturbent énergiquement, les yeux exorbités. De temps en temps, l’un d’entre eux agrippe une des mamelles et la malaxe sauvagement.Le gros vicieux qui lui pine le cul se contracte et dans un grognement, lâche son foutre dans la chatte de Simone. Un dernier soubresaut, et il se retire, vite remplacé par un autre. Ces bites qui la ramonent et la lubricité de la situation déclenchent des orgasmes à répétition chez notre bourgeoise. Sa langue fouille toujours le cul du chef lorsqu’il se retourne et l’att**** par les cheveux, lui arrachant un rictus. Il se branle sur son visage et envoie la purée, lui souillant les lèvres et le nez.- Tiens vieille cochonne, comme ça t’es baptisée Ha Ha Ha ! La suite n’est qu’une succession de débauches humiliantes. Bien entendu, ils veulent tous se faire lécher l’oignon par cette bourgeoise. Elle ne rechigne pas, bien au contraire… Sa langue lèche et fouille consciencieusement ces trous du cul puant, arrachant à chacun des couinements. Simone n’est plus qu’un objet entre les mains de ces vieux clodos. L’excitation va crescendo.Rien ne lui est épargné. Les bites sales se succèdent entre ses lèvres et dans sa chatte. Certains lui crachent dans la figure en l’insultant :- T’es qu’une grosse truie ! Une vieille pute à clodo ! – Mais quelle salope ! Elle prend son pied à se faire humilier ! T’es qu’un trou ! Oui…je ne suis qu’un trou… Mais dieu que c’est bon… songe t’elle.La déchéance est totale lorsque, une fois leurs couilles vidées, ils viennent, l’un après l’autre, lui pisser dessus. Sur le visage, dans les cheveux, sur ses grosses mamelles et sur son cul… C’est souillée d’urine et de foutre qu’ils l’abandonnent.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

(Vue sur internet) Mon épouse et ses collègues 3

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ass

(Vue sur internet) Mon épouse et ses collègues 3Le lendemain, c’est une douce chaleur dans le bas-ventre qui me tira de mon sommeil.Il me fallut un certain temps pour réaliser où j’étais et ce qui m’arrivait. En fait, je découvris mon épouse enfouie sous les draps et occupée à m’administrer une fabuleuse fellation. Comme réveil en douceur, je ne pouvais espérer mieux.D’un seul coup, tout me revint en mémoire: la trahison de mon épouse, la journée d’hier si riche en divers rebondissements, Aline et nos galipettes, la surprise affichée chez les cinq acteurs déchainés sur mon épouse lors de notre irruption dans la chambre, la soirée et le retour de l’infidèle, puis sa confession. Mais aussi et surtout, la décision que j’avais prise mais dont je devais lui faire part.Machinalement je regardai l’heure: 8h15. J’avais dormi tout d’un bloc, sans interruptions et sans rêves. J’étais vraiment crevé hier soir. Joss sentit que j’étais réveillé et sa tête émergea de sous les draps.- « Et bien dis donc, on peut dire que quand tu dors, tu dors toi! Cette nuit, impossible de te réveiller et tu as ronflé la moitié du temps!- « J’étais crevé! Ça fait quatre nuits que j’ai peu et mal dormi. Tu dois savoir pourquoi non?Elle préféra ne pas répondre.- « C’est pas grave. L’important c’est de voir que tu es en forme ce matin, regarde! dit-elle en soulevant le drap et en me montrant mon érection triomphante.Elle sauta alors du lit, me faisant admirer sa splendide nudité, en me disant:- « Ne bouge pas, je reviens.Un quart d’heure plus tard elle était de retour, elle reprit sa place sous les draps et s’activa pour rendre toute la raideur à mon sexe qui, du fait de sa courte absence, avait quelque peu fléchi.Lorsqu’elle fut satisfaite du résultat, elle s’allongea alors sur le ventre près de moi et, de ses deux mains, elle ouvrit son somptueux fessier m’exhibant par la même occasion sa rosette luisante d’un onguent qu’elle venait d’aller s’administrer, me faisant comprendre qu’elle tenait à réaliser la promesse qu’elle m’avait faite hier soir en des termes qui m’avaient quelque peu choqués par la formulation employée.Ainsi, j’allais réaliser le fantasme dont j’avais toujours rêvé mais qu’elle m’avait toujours refusé alors qu’elle usait et abusait de cette forme de pénétration avec tous ses partenaires sexuels! D’un côté cette décision me satisfaisait, mais d’un autre je ressentais tout de même une certaine amertume d’avoir été obligé de connaître toutes ces désillusions pour obtenir satisfaction.Je ravalais donc ma fierté et j’allais enfin connaître ce plaisir jusqu’à maintenant interdit et que je n’avais, d’ailleurs, je dois le reconnaître, jamais connu avec aucune femme.Je pris position au-dessus de son postérieur, ma queue bien bandée dans la main, je la présentai à l’entrée de son orifice. Je pressai mon gland sur son petit œillet et fus surpris de la facilité avec laquelle la pénétration se fit. Il faut dire qu’en plus de s’être bien préparée, elle avait acquis une longue expérience dans ce genre d’exercice, je m’en étais rendu compte à mes dépens. C’est sans aucun problème que je me retrouvai avec le sexe entièrement enfilé dans son fondement, mon bassin venant presser ses somptueuses rotondités. Son sphincter formait un anneau qui m’enserrait fabuleusement le pénis et une douce chaleur m’irradiait la tige. Je commençai aussitôt de lents mouvements de va-et-vient, puis, au fur et à mesure, j’en accentuai l’amplitude et la puissance. Après quelques minutes, mon pubis vint claquer sur ses fesses, mon sexe s’enfonçait loin dans ses entrailles. Me voir en train d’enculer ma femme me procurait une jouissance phénoménale. En plus du bien-être ressenti dans mon sexe, c’était aussi un plaisir cérébral inouï. Il est certain que je n’allais pas pouvoir la « travailler » bien longtemps dans ces conditions, j’allais jouir dans peu de temps.Mais mon atavisme naturel m’interdisait toute jouissance égoïste. Pourtant, après ce qu’elle m’avait fait, j’aurais pu me dispenser de ces principes, mais c’était plus fort que moi. Je ralentis donc la cadence et me préoccupai de ses réactions. Je fus alors surpris car, elle, si prompte à réagir habituellement lors d’un rapport sexuel, n’exprimait rien. Sa respiration ne s’était même pas accélérée, elle avait les yeux grands ouverts et restait complètement passive, inerte, amorphe. Une grande incompréhension m’envahit alors.Je décidai de changer de tactique. Je sortis mon sexe du soyeux fourreau et la fis se retourner sur le dos. Je lui fis écarter les jambes et me présentai dans une position des plus classiques. Mon vit pénétra alors son vagin, tout juste humide, signe que son excitation était très moyenne. Et c’est ainsi que je fis l’amour à ma femme, calmement, tendrement, comme nous l’avions toujours fait. Elle me souffla alors un « merci » timide dans l’oreille. Très vite sa respiration s’accéléra, sa vulve s’humidifia faisant entendre rapidement un clapotis caractéristique au fur et à mesure de casino şirketleri mes intromissions. Je sentis ses jambes se nouer dans mon dos et une plainte continue sortir de sa bouche entrouverte. J’accélérai alors mes mouvements, mon membre cognait maintenant le fond de son vagin, nos deux pubis se heurtaient violemment. Mon épouse avait toutes les peines du monde à maîtriser les mouvements de son bassin. Elle avait maintenant la bouche grande ouverte de laquelle s’exhalaient des sons inarticulés. Puis, après quelques minutes elle ne put se retenir:- « OUIIIIII! OUIIIIIIIIIII! Mon amouuuuuuur! C’est bonnnnnnnnnn! AAAAAAAAHHHH!Sa jouissance fut spectaculaire, son bassin était désormais décollé du lit, me soulevant comme si je n’avais pas existé. Je profitai de son état d’extase pour jouir à mon tour et lui projeter de longues giclées de sperme au fond de sa vulve en plein bouleversement. Puis elle reprit position sur le lit, ma sueur coulait de mon visage, se mélangeait à sa propre sueur. Elle me prit les lèvres et nous conclûmes ce merveilleux accouplement par un baiser torride.Quelques minutes plus tard et après avoir repris mon souffle, je m’étalai sur le dos près d’elle:- « Dis moi si je me trompe, tu n’as pas l’air d’apprécier énormément la sodomie?- « Je l’ai en horreur!- « Mais alors, pourquoi avec les autres?- « C’est simple, comme je te l’ai expliqué hier, lorsque je suis dans mes délires sexuels au milieu de tous ces hommes qui profitent de mon corps, il me faut des queues, le plus de queues possible qui investissent mes orifices, tous mes orifices. Je jouis encore plus lorsque je me sens avilie, salie. Mais jamais dans ces cas là tu ne me verras jouir uniquement par le cul, il me faut la totale. Ou alors, si je ne suis qu’avec un seul homme, pour lui faire plaisir je peux accepter la sodomie un certain temps, mais qui doit-être le plus court possible et jamais il ne me fera jouir de cette façon. Je te l’ai proposée tout à l’heure car je savais que tu étais frustré par le fait que je te l’ai toujours refusée alors que tu m’as vue la pratiquer avec mes collègues, mais tu ne peux savoir le bonheur que tu m’as fait lorsque tu es revenu dans une position plus conventionnelle. C’est comme avaler le sperme, je ne peux pas dire que ce soit ma tasse de thé mais, là encore, cela fait partie de mes délires et dans un gang-bang je peux en avaler des litres, c’est pratiquement un besoin pour assouvir mes envies les plus abjectes, cela devient comme une drogue. Je sais bien que pour quelqu’un comme toi tout cela est difficilement compréhensible, mais c’est ma nature, je n’y peux rien.- « Bon! On en reparlera! Mais c’est pas tout, passons maintenant à des choses plus terre à terre, il faut que tu téléphones à ton boulot pour leur faire part de ton absence.- « Et ta décision? Tu me diras quand?- « Écoute, demain je vais chez Aline chercher les documents de l’huissier. On verra à ce moment là. Maintenant va téléphoner!Mon épouse téléphona. Ensuite nous allâmes à tour de rôle dans la salle de bains. Nous ne sortîmes pas de la journée, nous sommes restés dans le canapé à nous câliner et discuter. De tout ce qu’elle a pu me dire au cours de cette journée, j’en déduisis quelle était sincèrement désolée de tout ce qui était arrivé depuis quelques jours, surtout de m’avoir fait autant souffrir. Mais je compris aussi son problème sexuel, que c’était quelque chose qu’elle ne pouvait maîtriser. Cette femme était malade. Mais pouvait-on guérir de ce mal? Avec le recul, je regrettais amèrement le fait de l’avoir pratiquement obligée à organiser cette réception avec ses collègues. Dès le départ, elle savait ce qui allait se passer, elle savait qu’à un moment donné elle n’allait plus rien maîtriser et que ses sens allaient prendre le dessus sur sa volonté, donc, que tout allait dé****r. Avant, je ne savais pas. Maintenant, je sais tout et ça n’allait pas me faciliter la vie!Le lendemain matin nous fîmes la grâce matinée, lever à 10 heures.Vers 15 heures je téléphonai à Aline. Oui, elle avait les documents, je pouvais passer de suite.Je prévins mon épouse. Ça n’eut pas l’air de l’enchanter. Elle devait appréhender l’étalage de ses extravagances sexuelles ce qui ne manquerait pas de polluer l’intimité de notre couple.Quinze minutes plus tard, je sonnai à la porte d’Aline. C’est elle qui vint m’ouvrir. Toujours aussi rayonnante, elle me fit entrer et me sauta au cou. Aussitôt sa bouche s’empara de mes lèvres et nos langues se nouèrent. Tout à coup je vis Gérard sortir de la cuisine. Précipitamment, je repoussai Aline. Celle-ci se retourna vers son mari et me dit tout en le regardant:- « Ne fais pas attention! Cela fait partie de nos arrangements. Puisqu’il s’est payé ta femme je ne sais combien de fois, je l’ai prévenu que c’était mon tour de faire l’amour avec toi. Et puisque je sais depuis hier – par contre, ça, entre nous, tu aurais pu m’en parler – qu’il s’est en plus permis de la sauter chez toi, devant casino firmalari toi et aussi en ton absence lundi midi (tiens, effectivement j’ai oublié de demander cette précision à Joss), et bien nous aussi nous allons faire l’amour devant lui.Ah là! Cette perspective me réjouit beaucoup moins! Cela allait être difficile pour moi de faire abstraction de sa présence! Si encore il partait dans une autre pièce!- « Non! Non! Reste là! Je veux que tu voies tout! Je veux que tu voies ta femme, la mère de tes enfants, se faire baiser par un autre homme!Sur ce, elle vint se reblottir dans mes bras et reprendre ma bouche. Sa main commença à caresser mon entrejambe ce qui, aussitôt, me fit réagir. Contrairement à ce que j’avais craint, la présence de son mari ne me gênait pas. Au contraire, cette situation avait un côté excitant et jouissif d’une certaine manière. Après tout, il avait profité du corps de mon épouse je ne sais combien de fois et devant moi vendredi soir, et lundi midi il n’avait pas hésité à la sauter, dans le lit conjugal qui plus est. Alors, juste retour des choses, c’est mon tour.Aline lui ordonna de s’asseoir sur une chaise et de regarder, puis elle m’entraîna sur le canapé.Toujours en m’embrassant elle défit ma ceinture et dégrafa mon pantalon. De mon côté j’avais insinué ma main sous sa courte jupe, lui caressai les cuisses à la peau toujours aussi douce. Très vite ma main s’empara de sa vulve au-dessus du tissu de sa culotte qui, très rapidement s’humidifia. Aline était maintenant allongée sur le canapé, j’étais à genoux près d’elle, le torse penché et nos langues mêlées. Elle fit glisser slip et pantalon à mes genoux et se saisit de mon sexe désormais parfaitement bandé. Après avoir troussé sa jupe, j’entrepris de mon côté de faire glisser sa culotte. Elle m’aida en soulevant ses reins et je pus lui ôter le vêtement. C’est avec plaisir et envie que je redécouvris ce merveilleux sexe imberbe. Je quittai ses lèvres pour poser ma bouche sur l’intimité de sa vulve. Aline me fit comprendre avec ses mains qu’elle aussi voulait me prendre en bouche. Je me mis donc en position de 69 et nous entreprîmes, de concert, à mutuellement nous faire plaisir. Je léchai son abricot si juteux avec application, insérant ma langue le plus loin possible dans cette caverne désormais brûlante, puis remontai titiller le clitoris érigé. De son côté, Aline avait engouffré mon sexe dans sa bouche si accueillante et le suçait par d’ensorcelants va-et-vient. Très vite ces manœuvres échauffèrent nos corps et l’un et l’autre nous étions proches de la jouissance.Puis Aline libéra ma verge:- « Vite! Viens me faire l’amour! J’ai tellement envie!J’exécutai donc un demi-tour et m’allongeai dans la fourche de ses cuisses. C’est elle-même qui s’empara de mon sexe et le présenta à l’entrée de sa grotte. Lentement je la pénétrai, savourant l’intromission. Ma queue était dorénavant baignée dans un ensorcelant fourreau humide et chaud. La sensation était magique, fascinante. J’entrepris des mouvements lents et profonds. Aline accentuait la force de la pénétration en venant à la rencontre de mon bassin. Puis j’imprimai des mouvements plus rapides, plus violents. Ma partenaire se mit à geindre, ses ongles entraient dans la peau de mon dos, sa respiration devint saccadée, irrégulière. Son souffle chaud me caressait le cou. Puis je ressentis une vive douleur, Aline, dans sa jouissance irrépressible venait de me mordre au creux de l’épaule. Ses jambes croisées sur mes reins me gardaient bloqué contre son corps, puis sa gorge exhala un énorme cri de jouissance. Confronté à une telle expression de plaisir à l’état pur, face à la force d’un tel orgasme, je laissai mes bourses se vider au fond de ce vagin si réceptif en poussant à mon tour un cri rauque de jouissance.Puis ce fut le silence, seuls nos souffles rapides se faisaient entendre. Nous restâmes de longues minutes enlacés. Puis Aline me souffla dans l’oreille: « C’est toujours aussi bon! ».Enfin nos corps se séparèrent et nous refîmes lentement surface. C’est alors que nous redécouvrîmes Gérard qu’on avait complètement oublié. Il avait une sale tête. Il n’avait pas dû apprécier notre performance.Nous reprîmes une tenue un peu plus décente puis Aline me fit asseoir et me dit qu’elle allait chercher les documents à l’étage.Je me retrouvai un peu gêné, seul avec Gérard. Celui-ci m’interpela:- « Tu sais, je ne t’en veux pas! C’est de bonne guerre! Toi-même, vendredi tu ne m’as pas fait de reproches.- « Ben oui! Tu as raison.- « Et Joss? Comment ça c’est passé au boulot?- « Elle s’est faite portée malade deux jours.- « Ah? Comme moi! En fait, moi, c’est surtout parce que je craignais de la rencontrer à l’atelier, car je ne sais pas encore comment je vais réagir quand je vais la voir. Tu sais, je concède qu’on a tous bien profité de ta femme, mais je lui en veux tout de même de s’être installée ici et de t’avoir fait ce qu’elle t’a fait. Parce que ça, c’est son idée güvenilir casino et pas la nôtre.- « Oui, je sais! Je t’ai entendu l’autre soir et Joss m’a expliqué. Maintenant, moi aussi je suis inquiet sur la suite des évènements car pour en avoir discuté longuement avec elle, je me rends compte en fait que ma femme est une nymphomane et qu’elle est complètement désarmée face à ses envies de sexe. On va peut-être consulter des spécialistes médicaux, mais en attendant? Mystère!Sur ce Aline réapparait, une enveloppe à la main.- « Voilà, regarde comme c’est beau!Elle me présente alors le contenu de l’enveloppe: un rapport de trois pages et quatre photos agrandies au format A4. Les photos sont d’une netteté surprenante et pourraient figurer en bonne place dans une revue spécialisée. Les corps nus parfaitement emboîtés sur la première, puis les sexes encore fièrement dressés, luisants des secrétions féminines sous la lumière du flash sur la seconde, l’anus de mon épouse largement ouvert à la sortie du sexe de Guy sur la troisième, puis sur la quatrième photo, lorsqu’elle se trouve allongée sur le côté, sa vulve ruisselante de cyprine. L’ensemble représente des scènes d’une crudité abjecte et répugnante. Il est certain que de tels clichés remis entre les mains d’un Juge aux affaires familiales dans le cadre d’une procédure de divorce, ne laisseraient aucun doute quant à la décision des responsabilités et de la garde des enfants.C’est exactement ce que me dit Aline en regardant son mari qui baissa la tête. Puis:- « Et toi? Que vas-tu faire avec ta femme?- « Je ne sais pas. Je n’ai encore rien décidé. Et pour les autres? Tu vas réellement remettre ces dossiers à leurs épouses?- « Non, j’ai réfléchi. Je l’ai dit sous le coup de la colère mais cela aura au moins eu l’avantage de leur fiche la frousse. Mais je ne me sens pas le droit de détruire des couples, de rendre des enfants malheureux. Après tout, ce sont leurs affaires, qu’ils se débrouillent. J’ai déjà assez des miennes à régler. N’est-ce pas Monsieur Gérard D.?Ceci dit, je décidai de prendre congé.Je serrai la main de Gérard et Aline m’accompagna à la porte. Elle déposa un baiser sur mes lèvres et me chuchota:- « Reviens vite! Passe-moi un coup de fil!- « OK!A peine avoir fait demi-tour, je pensai au sac:- « Aline, j’ai oublié le sac!Elle alla me le chercher en riant et je rentrai à mon domicile.Je considérai qu’il n’était pas utile de montrer ces documents à mon épouse. Je les enfermai dans mon attaché-case et en brouillai la combinaison pour les rendre inaccessibles à des tiers.Je revins dans le salon où mon épouse était installée. Elle était silencieuse et me fixait d’un regard implorant. Après quelques minutes de silence, je pris la parole:- « Écoute Joss! Tu viens de me faire énormément de mal. Maintenant, ce qui est fait, est fait, il est inutile de revenir sur le passé. Donc, nous allons parler de l’avenir. N’aie crainte, cela va être court. Si je ne t’avais pas contrainte d’inviter tes amis, on n’en serait pas là aujourd’hui? D’accord?- « Ben oui!- « Alors voilà, tes amis ne sont pas venus, ne sont jamais venus, il ne s’est rien passé! Par contre, il n’est pas envisageable que je revive des moments emprunts d’une telle douleur et d’un tel stresse! Aussi, dorénavant je veux connaître ton emploi du temps, qui tu vois et ce que vous faites ensemble. Je ne t’empêche pas de sortir et de voir qui tu veux. De toute façon, te connaissant comme je te connais aujourd’hui, en particulier tes appétences pour tout ce qui est sexuel, et de l’impossibilité physique et psychologique dans laquelle tu es de les réfréner, je sais très bien qu’il me serait vain de te demander de devenir une femme fidèle. Je sais par contre que tu es une femme aimante. C’est ce que je te demande de rester, donc de ne plus me faire ce que tu viens de me faire endurer. Voilà le contrat que je désire passer avec toi. S’il ne te convient pas ou si tu venais à y déroger, nous reviendrions alors à la case départ, c’est à dire que j’extrais les documents qu’Aline vient de me remettre et c’est le divorce! Maintenant, si tu désires changer ta façon de vivre, tu me le dis et on va voir un spécialiste afin qu’il t’aide à guérir de ta nymphomanie. Que penses-tu de tout cela?- « Si je comprends bien, tu me permets de vivre ma vie d’avant sauf que je dois t’informer de tout ce que je fais?- « Absolument, c’est bien cela!- « C’est d’accord! Merci mon chéri! Dit-elle en venant se jeter dans mes bras.Elle se retrouva effondrée sur mes genoux, la poitrine écrasée sur mon torse, la tête enfouie dans le creux de mon épaule. De grosses larmes se mirent à couler dans mon cou.- « Pardonne-moi mon chéri! Pardonne-moi!Ému, je la tins serrée contre moi, prêt moi aussi à fondre en larmes. Mon Dieu! Comme j’avais eu peur de la perdre ces derniers jours. Comment aurais-je fait pour vivre sans elle?Demain, de bonne heure, nous partions dans les Ardennes récupérer nos enfants. Ces deux jours à passer loin de notre domicile, la rencontre avec nos amis ardennais, allaient nous faire un bien fou.Après? C’est une autre histoire au cours de laquelle j’allais me rendre compte combien il est difficile, voire impossible, de maîtriser une femme qui ne se maîtrise pas elle même!

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Une secrétaire dévouée -2e partie-

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Une secrétaire dévouée -2e partie-Le lendemain matin, à 8H précises, Emma arrive dans le bureau de David.”C’est bien ma salope, tu es à l’heure. Tu es toujours décidée à être entièrement dévoue à ton Patron ?””Bien sûr Monsieur. Vous désirez un café ?”Elle part vers la cafetière en remuant son petit cul. Elle prend une tasse de café et l’amène à son patron.”Voilà Monsieur !”.Pour la remercier, il lui colle une main au cul et la pelote pendant de longues minutes. Emma essaie de se débattre.David se lève l’att**** par le bras et la plaque contre le mur “Depuis quand tu te débats salope ? Tu n’as pas compris ? Tu me dois obéissance et respect, je vais faire de toi la plus soumise et obéissante des secrétaires compris ?” Il lui colle la main sur la bouche pour ne pas qu’elle crie.”Si tu cries ça sera pire alors laisse-toi faire”.David met Emma à genoux de force, sort sa bite de son pantalon et lui baise la bouche de force. Elle pompe la grosse bite de son Patron sous la contrainte et elle aime ça. Il gicle bien fort dans sa bouche et lui dit “Allez, au boulot. Une dernière chose, à partir d’aujourd’hui vous devrez satisfaire le moindre de mes désirs”.”Bien Monsieur” répond Emma.Elle va se nettoyer la figure, se remaquille et va dans son bureau. Toute la matinée, elle reçoit des sextos de David. canlı bahis “Ton cul moulé dans ta jupe m’excite” ou encore “tu es la plus salope des secrétaires”, “je vais te baiser partout dans le broîte et dans toutes les positions”David arrive vers 11h dans le bureau d’Emma. “Ah au fait, ce midi je déjeune avec des clients, il y a un énorme contrat à la clé tu m’accompagnes mais avant on va aller te relooker pour que sois encore plus salope. Bien sûr il faut que les clients signent ce contrat donc tu feras tout ce que je te demandes”.Emma suit son Patron, il l’emmène dans une boutique de lingerie et lui fait faire des essayages.Elle ressort avec un ensemble hyper sexy en dentelles avec bas et porte-jarretelles. Après avoir fait plusieurs boutiques, elle arrive au restaurant avec David.Lingerie, minijupe en cuir ultra moulante, cuissardes vernies noires à talons aiguilles. Pour finir, elle porte une veste en cuir avec un gros col en fourrure.Ils arrivent au restaurant. Les clients sont déjà là. David présente Emma “Ma secrétaire, elle est toujours là pour les gros contrats. Je suis sûr qu’après ma petite surprise vous signerez notre contrat”.Le repas se passe tranquillement. Les clients ne se gênent pas pour mater Emma puis, au moment du café, David aborde le contrat avec ses clients.L’un des clients bahis siteleri dit “No problem but what is the surprise ?”David appelle le patron du restaurant “On peut utiliser le salon privé ?”Ils arrivent dans le salon privé et David dit “Ma surprise c’est Emma. C’est ma secrétaire et je vous l’offre. Ne vous en faites pas c’est une bonne secrétaire soumise”.Les clients sont un peu surpris et n’osent pas s’approcher d’Emma. David prends les chose en main.”Allez, montre-leur que tu es un bonne putain obéissante. Va leur montrer que les françaises sont les meilleurs suceuses du monde”.Il prend Emma par le bras, la met à genoux de force et l’oblige à sucer les 5 clients.Les mecs se lâchent et sont tous la bite à la main. “Yeah come on suck me”.Emma en bonne soumise, se met à quatre pattes et suce les 5 mecs en s’appliquant. Elle pompe et branle tous les mecs un par un voire deux par deux.Pendant qu’elle suce, David soulève sa micro jupe en cuir et lui caresse le cul. Il lui met un petit doigt dedans et commence à jouer avec son petit cul pour le dilater.”Je vais t’enculer pendant que tu les suces sale chienne”. Il rentre son gland au fond du cul d’Emma.”Aaaaaah oui Monsieur enculez-moi, je suis votre salope, j’aime ça. Encore oui oui ouuuuiiiiii”.Emma gémit de plus en plus fort. Un homme se bahis şirketleri glisse sous elle et vient lui lécher sa chatte trempée et dégoulinante de mouille.David jouit sur le cul d’Emma puis regarde le spectacle.Les clients, voyant Emma hyper excitée se mettent à la baiser sur le canapé. Le premier la prend en levrette pendant qu’un autre se met devant elle pour se faire sucer. “Come on you bitch !””Oh oui allez-y, baisez-moi à fond devant mon Patron, ça m’excite. Je suis la plus salope des secrétaires, j’aime me faire baiser”.Emma se fait peloter les nichons, le cul et baiser à la chaîne et elle semble adorer ça. David lit la luxure dans ses yeux. Pendant qu’elle s’empale sur un des clients, David vient lui claquer le cul. “Je vais faire rougir ton petit cul de salope, c’est tout ce que tu mérites”.Son cul rougit rapidement sous les claques de David. Elle continue de baiser avec les clients et elle finit même prise en sandwich.Elle reçoit plein de sperme sur son visage et ses seins.Elle va se nettoyer le visage aux toilettes puis revient dans le restaurant. David la raccompagne à la broîte.Il arrive dans son bureau “Merci Emma, grâce à toi et à ton cul le contrat est signé. Tu as été hyper obéissante et ça me plaît”.Il ajoute : “Je sais que tu as pris cher aujourd’hui alors pour te remercier, je t’offre une après-midi massage et détente. Bien évidemment il faudra continuer à être hyper obéissante”.”Je vous le promets Patron. Je serais la plus belle des soumises”.La suite au prochain épisode…..

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32