Samia – 51 On danse

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Samia – 51 On danseÇa y est, Madame Lóng a déteint sur elle… Je m’assieds pour prendre ses pieds sur mes genoux. Ils sont beaux mais sales, puisqu’on marche pieds nus… Elle bâille à nouveau et dit :— D’abord, regardez bien ces écriteaux.Elle nous montre une série de messages “Danger?! Stop?!” “You risk your life !” Je vois le genre, l’équivalent de “Achtung minen !”— Si on les dépasse, notre collier explose. Qu’ils disent…Ouch?! Je ne prendrai pas le risque. Elle continue :— On est en face de l’île d’Hainan. L’usine est un partenariat entre la Corée, la Chine et la France. Actuellement, le grand patron est Coréen. Il y a un endroit pour le personnel en civil et les ouvriers de 1re classe. On doit arriver à être acceptées à l’intérieur et gagner de l’argent pour Lóng. Si on sait s’y prendre, on pourra même se faire offrir des verres, mais la priorité, c’est rapporter de l’argent.— Julien peut venir aussi??— Bien sûr, il va plaire aux mecs. Ah oui, cette nuit, on va remercier le garde, toi et moi. Madame Lóng est d’accord.J’ai toujours ses pieds entre les mains. Elle me dit en riant :— On dirait que ça ne te déplaît pas de me masser les pieds.Je rougis un peu. Elle ajoute :— Allez, on part.Nous marchons dans les couloirs et puis on arrive devant une porte au-dessus de laquelle il y a des idéogrammes et d’autres signes, peut-être en coréen. Des deux côtés de la porte, il y a des gardiens. Deux grands mecs impressionnants?! On leur fait le salut réglementaire à 45°. Je me cacherais bien derrière Ailla, et Julien sans doute derrière moi. Le plus impressionnant nous dit :— Le bar est interdit aux tenues orange?! Déguerpissez?!Ailla répond :— On vient vous distraire…Celui qui a un tatouage d’araignée dans le cou répond :— Alors vas-y, amuse-nous.Ailla prend un peu de recul et dit :— Messieurs, j’ai l’honneur de vous présenter la fille qui a le plus beau cul du monde, elle?!Elle me désigne. Moi?? C’est gentil, mais un tout petit exagéré.— Quant à moi, j’ai une chatte de feu. Et enfin, ce jeune homme…Elle montre Julien.— … il a le plus petit sexe du monde. Vous voulez voir ces merveilles de la nature??Elle raconte n’importe quoi, mais ça a l’air d’amuser les deux gardes. Un couple en civil a assisté à la scène depuis le couloir. L’homme s’approche et lui dit :— Oui, on veut voir.Les gardes s’inclinent devant lui. Ailla nous regarde en disant :— Chers partenaires, je compte jusqu’à trois. Un, deux…À trois, on se déshabille. Oui, même Julien a compris. Moi, je me retourne et je me cambre, tandis qu’Ailla exhibe fièrement la flamme roux-auburn qui garnit son pubis et Julien sa mini bite et ses mini couilles. Un silence… et puis… l’homme se marre, les gardes aussi. Ouf?! Ailla les a fait rire avec rien. L’homme lui dit :— Si je comprends bien, tout ce qui est intéressant est sous vos vêtements.— canlı bahis Oui Monsieur, mais on a d’autres qualités.— Je n’en doute pas, vous pouvez entrer… mais sans vêtements.Oh?? Je regarde mieux l’homme. C’est un Chinois d’une quarantaine d’années, sa compagne doit être Thaïe et elle est toute jeune. Ailla lui répond :— Merci beaucoup, Monsieur.Elle retire son pantalon qui est déjà sur ses pieds, puis son tee-shirt… Julien et moi, on fait la même chose. Ailla lui demande :— On peut vous accompagner, Monsieur??— Ça ne plairait pas à ma compagne, mais je vais vous faire entrer.Il donne un billet à chacun des gardes, qui se confondent en remerciements. On entre à leur suite. Ce n’est pas que je sois spécialement pudique, mais c’est quand même un tout petit peu embarrassant, entrer à poil dans un endroit public. Il y a de l’ambiance dans la salle, de la musique, des odeurs d’alcool, des gens qui dansent… Ça fait du bien. Il y a déjà des filles nues dans la salle et des gens qui flirtent. Dans le fond, on voit une porte avec des idéogrammes chinois et coréen sur un grand panneau. Avec un marqueur à alcool, quelqu’un a écrit en dessous “sex room”. Je suppose qu’on peut flirter dans le bar, mais que pour baiser, il faut aller dans cette “sex room”. Tout le monde nous regarde. Il faut dire qu’on est belles et exotiques, heureusement que nous avons au moins ça. Je remarque avec un soupçon de jalousie que beaucoup d’hommes regardent Julien. Ailla nous dit :— On prend chacun une rangée et on s’incline devant chaque table en disant «?J’ai une langue douce et agile?».Oui mais oh, elle décide tout, même de ce qu’on doit dire?! Bah, ça ou autre chose…. On se sépare et je vois qu’un homme fait déjà signe à Julien. Qu’est-ce qu’ils ont tous avec Julien?? Je vois Ailla disparaître sous une table. Et moi?? Je suis une Rom, c’est ça?? On me rejette ici, comme on est rejetés dans tous les pays par lesquels on passe…. On se croirait en 1942, quand mon peuple était traqué.— Samia, pitié, va te proposer en souriant au lieu de te lamenter sur ton sort?!— Oui la Voix, tu as raison.Je m’ébroue pour chasser ces idées noires, ça fait bouger mes seins. Je vais à la première table devant moi. Il y a quatre ouvrières de première classe qui boivent un verre et discutent. Je m’incline en disant :— Pardon de vous interrompre. J’ai la langue douce et agile, essayez-moi… en échange d’un peu d’argent.Elles m’observent, puis parlent entre elles. La plus grosse me dit :— Nous quatre, 50 yuans (+/– 5 euros).Ouch?! Ça ne doit pas faire beaucoup, mais je n’ai pas le choix. Je remercie en m’inclinant. La plus jolie me dit :— Commence par moi.Dommage, j’aurais bien aimé finir par elle. Tandis que je me faufile sous la table, elle se soulève et baisse son pantalon en ajoutant :— Enlève-le.J’obéis et je le lui donne. Elle met un pied bahis siteleri sur la cuisse de sa voisine et sa chatte est toute à moi. Elle ne s’attendait sans doute pas à se faire lécher, du coup, elle a oublié de se laver. Alors, qu’est-ce que je préfère : lécher une chatte qui sent les crustacés oubliés dehors par temps de canicule ou tirer une charrette de lin, sous le fouet?? J’embrasse sa chatte à pleine bouche, parce que le fouet, je vais essayer de l’éviter. De plus, si j’arrive à faire roucouler ces femmes, j’aurai d’autres amateurs. Je la lèche avec… ardeur. J’imagine que c’est Ailla, ça m’aide. J’enfonce ma langue dans son vagin, je lèche son anus, puis je me concentre sur le clito. Je l’embrasse, le suce, ma langue tourne autour de lui. La fille se cambre pour mieux s’offrir à mes lèvres et à ma langue. Je sens son plaisir arriver, tandis qu’elle me caresse la tête. Ça y est, elle bouge la jambe qui était sur sa voisine et serre mon visage entre ses cuisses. Elle mouille ma figure de son plaisir. D’accord, ça fait roman pour jeunes filles, mais c’est effectivement ce qui se passe… Je passe aux suivantes, qui sont à peu près propres. La plus jolie est donc la moins soignée. Je ne vais pas décrire les trois autres chattes, d’autant que je les lèche de la même façon. Quand on est à genoux sous une table, le nez dans une chatte, il n’y a pas la place pour beaucoup de fantaisies… Enfin, la dernière mouille mon visage, comme vous savez.Je sors de sous la table. Mon royaume pour un linge humide et parfumé, afin de me rafraîchir la figure. La plus jolie me tend un billet de 50 yuans, je m’incline en disant :— Merci beaucoup de l’honneur que vous m’avez fait en me laissant vous lécher et merci pour cet argent.En pensée, j’ajoute “Et la prochaine fois, lave-toi, sale fille?!”La plus grosse me demande :— Tu travailles pour qui??— Madame Lóng, Madame.— Alors il va te falloir gagner nettement plus. Ah, ton amie t’appelle.— Merci, Mesdames. J’espère….Ailla crie :— Rapplique, Samia?!Je la rejoins. Elle discute avec un homme en civil à côté du bar. Elle m’explique :— Ce Monsieur est le gérant de cet établissement, il nous propose de danser sur le bar. On aura la moitié des gains et ensuite, on trouvera plus facilement des clients.Elle appelle Julien qui sort de sous une table. Il a eu quatre clients. Sans doute des éjaculateurs tardifs?! Elle lui annonce :— On va danser sur le bar.— Oui, Ailla.Le gérant parle avec la barmaid, qui débarrasse un coin du bar. Ensuite, elle met une musique rapide, genre disco. On monte sur un tabouret puis sur le bar. Les spectateurs doivent avoir une vue imprenable sur notre intimité. Il y en a qui sifflent déjà. Cool… n’oubliez pas le fric, les gars. On danse en balançant nos seins et nos fesses et Julien sa minuscule bite. Nous le prenons entre nous. On danse bahis şirketleri comme ça un moment, puis on refait face aux spectateurs. Quelqu’un dit quelque chose en chinois, puis un autre en anglais :— Regardez le gamin, il bande.Les spectateurs sont ravis, ils crient, rigolent et se moquent de lui. Le pauvre… Non, je rigole. Enfin, pour autant qu’on puisse rigoler ici. Ailla me chuchote :— On va faire semblant d’avoir peur de sa bite.Pas évident, en dansant. On se recule en prenant un air effrayé devant son tout petit engin, qui ne ferait pas de mal à une souris femelle, ou mâle, d’ailleurs. Les spectateurs sont ravis. L’un deux nous dit :— Il pourrait vous baiser une narine.Pas faux?! Ailla a une nouvelle idée :— On se tient par les épaules et on danse le french cancan.D’accord c’est tout à fait ridicule de faire ça sur une musique disco, mais ça marche, des petits billets atterrissent sur le bar. Il faut dire qu’ils voient en gros plan ma chatte épilée, la chatte rousse d’Ailla ainsi que le petit service 3 pièces de mon époux… La barmaid diminue le son. Ouf?! Nous sommes épuisés et en sueur. On salue en se tenant par la main, comme au théâtre. Le gérant nous dit :— Allez dans la salle, vous aurez des clients. La barmaid garde votre part de l’argent gagné.Eh?! C’est notre argent?! Mais bon, on la ferme, que peut-on faire d’autre?? Nous avons des clients, c’est vrai. Ailla et moi, on est appelées par des hommes et Julien… par des hommes aussi. Comme pour lécher une chatte, une fellation sous une table ne permet pas beaucoup de fantaisie. On suce, tout en masturbant et puis on avale et on reçoit des billets… J’en ai une petite poignée dans ma main moite.Ça n’a l’air de rien, mais danser, sucer… c’est fatigant. Je suis toute contente lorsque je vois Ailla et Julien discuter avec Madame Lóng. Je les rejoins pour donner le petit paquet de billets. Elle prend l’argent et s’en va sans un mot. Elle est redevenue muette. Ailla râle :— Quelle sale garce, on n’a même pas de quoi se payer un verre?! Je vais arranger ça.Elle s’approche du gérant pour l’embobiner. Elle lui montre les touffes de poils de ses aisselles en disant quelque chose qui le fait rire. Cette fille est un génie. Je ne comprends pas comment elle se retrouve ici. Le gérant lui caresse les fesses. Elle le fait rire à nouveau, puis revient pour nous annoncer :— On a droit à deux verres chacune et un truc à manger…Je ne peux pas m’empêcher de lui dire :— Ailla, tu es un génie?!— Si c’était vrai, je ne serais pas ici.Elle n’a pas tort… On va chercher des boissons au bar. La barmaid nous sert quatre verres en précisant que c’est du Nuomijin, un vin de riz.Ailla et Julien demandent des chips et moi, un bâton de chocolat. La barmaid nous donne la bouteille, ce qui fait six verres en tout. Elle nous dit :— Vous avez 15 minutes, on ferme à 10 h.On boit, on mange… Ça fait trop de bien d’avoir des choses délicieuses en bouche, plutôt que du sperme.À suivre. J’écris pour vous, alors lisez-moi… ça vous fera plaisir et à moi aussi. Infos : mia.michael@hotmail.fr

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Yer işareti koy Kalıcı Bağlantı.

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak.