Samia – 24 Samia marchande

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Samia – 24 Samia marchandeJ’ai envie de faire quelque chose d’amusant tous les jours, pendant ces vacances… Pour aujourd’hui, c’est fait, on s’est envoyé l’oncle et le neveu et même si ça n’a pas été le super pied pour moi, j’y repense étendue au soleil…Je passe la journée à paresser au bord de la piscine en buvant des jus de fruits. Pour les cocktails, j’attendrai 17 h… Oui, vous avez tout à fait raison, je m’embourgeoise. Quoique… Quoique, j’ai une idée pour demain après-midi : allez voir les marchés avec ma copine ou ma servante… Vous ne la connaissez pas?? Mais si… elle s’appelle Giulia.***Ce matin, le gars d’hier vient apporter le petit déjeuner. Il est comme un chien qui a senti une femelle en chasse. Je n’ai pas plus envie que ça, mais bon, une Rom n’a qu’une parole (mais non, je ne croise pas les doigts derrière mon dos ! ) alors je lui prête un derrière distrait. Faut bien que je pense à nourrir Julien. Voilà, ça, c’est fait. On traîne un peu le matin. J’ai envie d’aller faire un tour sur la place Jemaa el Fna. Je suis toujours à la recherche d’un joli bijou de fantaisie ou d’un vêlement sexy. C’est clair que pour du sexy, je serais mieux à Pigalle qu’à Marrakech… Rien de mieux qu’être avec une copine pour faire les boutiques, on peut parler fringues, maquillage… et se faire draguer. Une copine, j’en ai une. Je dis à Julien : — Mets une jupe et un tee-shirt, puis du rouge à lèvres, maquille tes yeux et arrange tes cheveux. Vous croyez qu’il va me répondre «?Non mais dites donc vous, je ne suis pas celles que vous croyez?»?? Ben non, parce qu’il est celle que je crois, c’est-à-dire mon jouet. J’ajoute : — Et lave-toi les dents. C’est important, des belles dents. Une chatte un peu… sauvage, ça passe, des dents jaunes, ça ne passe pas. Depuis petite, je me suis toujours lavé les dents, même si par moment on n’avait qu’une seule brosse à dents pour toute la famille. Je ne suis pas très raffinée pour une comtesse, hein?? Que voulez-vous, je suis née sur la route. Je m’habille aussi : mini noire, tee-shirt rouge bien échancré et baskets noires. Julien s’est maquillé et il s’habille avec mes vêtements. J’arrange un peu ses cheveux, blonds et longs et…. Tadam…. Je vous présente ma copine Giulia?! Pas mal, hein?? Un peu plate de seins mais un beau cul. De toute façon, les seins, c’est moi qui en ai pour deux. On quitte l’hôtel et on se dirige vers le centre…. On mange sur la terrasse d’un petit resto sympa sur la place. Je choisis la spécialité de Marrakech : un tajine aux 7 légumes et comme dessert, des cornes de gazelles. J’aime bien le nom et c’est délicieux si on aime les pâtisseries contenant 200 % de miel?! Faudra que je surveille mon régime, je sens mes fesses grossir sous moi. Ma sœur mange de bon appétit. Oui, Giulia n’est plus ma copine, mais ma sœur un peu demeurée, ce qu’elle fait naturellement. Elle a d’ailleurs beaucoup de succès. Moi, comme vous le savez, étant brune à la peau mate, je ressemble beaucoup aux Marocaines, tandis que Giulia est une jolie blonde l’air plus effarouché qu’une gazelle du désert face à deux guépards?! Après avoir mangé, on se balade dans le souk. Des hommes balıkesir escort nous proposent : des tapis, des antiquités, des Rolex, des Vuiton et j’en oublie. Il n’y a pas que ce genre de propositions, on promet aussi à ces deux belles étrangères de les envoyer au 7e ciel. On se fait peloter les fesses… j’aime ça, je les frotterais bien sur toutes les mains des hommes qu’on croise. Par contre, Giulia est toute rougissante et pousse des petits cris quand une main se fait un peu trop insistante. Il y en a parmi vous qui doivent se demander s’il aime ça… Alors, je vais vous répondre un peu brutalement « Je m’en fous ». Sauf peut-être au tout début, mais très rapidement, je l’ai traité selon mes envies et mes caprices. Il est toujours là, plus obéissant que jamais, alors… On arrive dans un endroit où il y a des petits magasins de bijoux. Je tombe en arrêt devant deux bracelets inhabituels. D’abord un pour le bras : une spirale en argent. Pour Giulia, un lourd bracelet de cheville qui me fait penser aux fers d’esclaves. Il y a des reproductions en nickel (si, si), mais ceux-ci sont en argent. Et c’est cher. Le marchand est un homme qui doit bien avoir 70 ans. Il a un jeune homme pour l’aider. Ils s’appellent Ahmed et Jalil. Malgré son âge, il a l’air très intéressé par ces deux belles filles court vêtues. Surtout par la jolie blonde timide… Je lui demande le prix pour le bracelet de bras. Je ne détaille pas trop la discussion, c’est toujours le même échange : le client « Il est beau mais c’est trop cher, si on disait… » Le vendeur « Mais à ce prix là, j’y perds. Disons… » Je prends la main du commerçant et la colle sur mes seins en disant : — J’en ai vraiment envie, sentez comme mon cœur bat?! Faites-moi un prix pour ces deux bijoux. Il ne bouge plus, comme paralysé par le moelleux de mes nichons. Je mets sa main sous mon tee-shirt en disant : — Ce serait un péché de ne pas faire un prix à une fille qui a des seins aussi doux. Pas mal comme argument, non?? Vous qui vendez sans doute quelque chose, disons des… (ajoutez l’objet ou le service que vous vendez), vous n’aimeriez pas avoir une vendeuse comme moi?? Le marchand commence à céder : — Je diminuerai le prix si tu me fais une pipe. Ça, pas question?! Pas parce qu’il est vieux, mais parce que… on va dire qu’il ne me plaît pas du tout. Pour différentes raisons. Je réponds : — Ce serait avec plaisir, mais j’ai un bouton de fièvre. Je lui montre un endroit de mes lèvres que je pince avec les ongles. J’ajoute : — Mais si vous voulez, je vous montre mes nichons, pendant que ma sœur vous suce. Il faut un petit temps pour qu’il comprenne et visualise bien ce que je propose et tout à coup, son visage s’éclaire. Il s’exclame : — D’accord?! Il va vite fermer la porte du magasin et il met aussi un écriteau. Je suppose qu’il est écrit “Fermé pour un quart d’heure.” ou alors “Fermé pour un quart d’heure, le temps que le patron se fasse sucer par deux petites salopes de touristes qui ont le feu au cul et qui veulent des réductions. Et merde, on doit bien vivre, nous, non??” Ce qui compte c’est qu’il ait accepté la transaction. J’suis bonne en affaire, hein?? balıkesir escort bayan Il s’assied et soulève sa tunique, pendant que je distribue les rôles : — Giulia, va sucer la bite de ce gentil Monsieur. Elle va aussitôt se mettre à genoux devant lui, puis disparaît presque sous la tunique à moitié relevée. Afin de remplir ma part du marché, je remonte mon tee-shirt pour me caresser les seins. Vous voyez que je paie aussi de ma personne… et plus que vous ne le pensez, car le jeune homme vient regarder mes nichons avec l’air que je devais avoir gamine, quand je proposais aux passants de lire leur avenir et qu’ils me chassaient d’un revers de la main (du coup, leurs lignes de chance ****tissaient de 5 cm !) Je lui demande : — Tu as envie de les embrasser?? J’ai l’impression qu’il ne parle pas du tout le français, alors je fais un bruit de baisers en montrant mes seins. Là, il comprend mieux et répond : — Oui, oui, toi, un ange. Un ange, c’est possible, mais il faudra que je demande d’abord son avis à Julien… Je veux dire à Giulia. Celle-ci a disparu sous la tunique du vieux marchand. D’accord, ce type n’est pas hyper soigné, mais je vous signale que les Arabes sont circoncis, donc leurs bites ne sont pas aussi sales que celles des chrétiens qui… Oui, bon, passons. Le jeune homme couvre mes seins de baisers. Il finit même par me téter un peu, c’est comme si j’avais un bébé de 20 ans. Ça commence à m’exciter, tout ça. Les baisers et les succions, puis la tête de Giulia qui va et vient sous la tunique du commerçant… Je désigne mes seins en disant au jeune homme : — Tu veux mettre ta bite ici?? Il ne comprend pas et je ne parle pas le berbère, mais il veut tout ce que je veux. Je m’assieds sur une chaise en me mettant de profil pour que le commerçant voit le spectacle et je soulève la tunique du plus jeune. En dessous, il n’a rien, non plus… J’att**** son sexe comme je saisirais une truite en dessous d’une pierre dans un torrent de montagne. Sauf que son sexe est beaucoup plus chaud. Il est tout frémissant et le gland est humide de désir pour moi. Exactement, comme une truite, sauf la température. Je le prends entre mes seins pour le masser. Il pousse des petits gémissements de plaisir en berbère, mais ça, je comprends. Je crache un peu sur mes seins pour que ça glisse. Oui, ce n’est pas classe et votre femme ne ferait jamais ça… Enfin, je parle de cracher. Le reste, c’est son affaire. Ça marche du tonnerre, le jeune homme se meut avec délice entre mes seins.Le spectacle de mes seins qui emprisonnent le sexe de son apprenti et la bouche de Giulia qui le suce, ça fait beaucoup et le commerçant doit être occupé de jouir à en croire ses petits cris. Giulia avale tout, enfin, ça vaut mieux pour elle. C’est comme ça que je l’ai éduquée. Quand elle ressort à l’air libre, les yeux clignotants, je lui demande : — T’as tout avalé, petite?? — Oui Samia. L’idée qu’elle avale tout m’excite. Masser le sexe du jeune homme aussi, alors, je demande à celui-ci : — T’as envie de me baiser?? Il me regarde comme si je lui demandais ce qu’il pense de la mécanique quantique, j’essaie de parler plus simplement : — Toi escort balıkesir zig-zig moi?? Lui pas comprendre non plus, alors je me lève, soulève ma jupe, baisse mon string et tends les fesses vers lui en m’appuyant sur une table basse. Là, il comprend et quelques secondes plus tard, il fourre son sexe dans ma chatte. Ouch?! Ça fait du bien?! Il baise bien… en force et en me tenant solidement par les hanches. Je ne vais pas tenir longtemps. Il y a tout un échange de messages entre mon cerveau et mes organes, ma tête dit « Attends, ce sera encore meilleur », mais ma chatte répond « Va te faire enculer, gros mou, je veux jouir ». Oui, c’est vrai, ma chatte n’est pas très polie. Et puis voilà que le vieux s’en mêle, et il râle en berbère si bien que le jeune homme sort de moi. Le vieux me dit : — Moi aussi je veux te baiser ! Quelle santé?! A son âge, rebander?! Il vient prendre la place chaude et toute mouillée. Pour tout dire, son sexe me dégoûte un peu. Heureusement que Giulia l’a lavé pendant un bon quart d’heure avec de l’eau et un gant de toilette, je veux dire avec sa salive et sa langue?! Ne voulant pas laisser ce pauvre garçon sur sa faim, je dis à Giulia : — Suce-le?! Mais, qu’est-ce qu’elle obéit bien?! On pourrait croire que je la punis quand elle me désobéit. Oui, bon, c’est vrai que je la punis… avec ce qui me tombe sous la main, comme ma sandale. Pas nécessairement pour un refus d’obéissance, mais parce que ça me calme, quand je suis énervée. À genoux devant lui, elle caresse même les fesses du jeune homme tout en le suçant. Vous voyez comme je me préoccupe de tout le monde. Le jeune est ravi de se faire sucer par la jolie blonde, celle-ci est ravie d’avoir une bite jeune et propre (lavée entre mes seins) dans la bouche et puis, la bite du vieux est toute frétillante dans ma chatte. Je dois penser à moi… Je glisse la main vers mon minou pour me faire un brin de cour… C’est-à-dire que mon majeur fait des câlins à mon clito. Ils s’entendent super bien, ces deux-là : toujours collés ensemble. Tandis que je me caresse, il y a de nouveaux échanges entre ma chatte et mon cerveau. Cette fois-ci, la tête n’a plus envie de discuter : mon hypophyse et mon hypothalamus se sont associés pour le goinfrer d’endorphines. Il se sent comme quand on a fumé trop de pétards : mou, con et hilare. Il bredouille à ma chatte : « Vas-y ma poule, envoie-nous au fiel… au ciel?! » Je revois Giulia sous la tunique du vieux, puis celui-ci me baisant en levrette et : — Oooouuuiiiiii, je jjjoooouuuiiiisss…. Il y a de la torsion dans mon bas-ventre, un orgasme presque douloureux, mais en même temps, c’est tellement bon ! Ouch?! Le vieux jouit aussi. Il hoquette un peu. Eh, faut pas qu’il claque, on doit encore marchander… Il ne reste plus que Giulia et le jeune homme… Qu’est-ce qu’il attend, le gamin ? Je dis à Giulia : — Colle-lui ton doigt le cul, qu’il balance la purée. Mon Dieu, Samia, quel langage pour une Comtesse?! Ah, ça y est, je vois Giulia déglutir. C’est que j’ai besoin d’elle, vous devinez pourquoi ? Oui, je lui montre ma chatte du doigt et j’enlève ma main. Prosit Giulia?! Elle se shootait à la vodka, maintenant, c’est au sperme. C’est beaucoup plus sain?! Voilà, voilà… tout le monde se rajuste. Je laisse le vieux faire un prix. En réalité, je m’en fous de sa remise, je voulais juste un peu de fun. À suivre. Si vous avez envie de me joindre : mia.michael@hotmail.fr

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Yer işareti koy Kalıcı Bağlantı.

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak.