Qui cherche… Trouve !

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Qui cherche… Trouve !Tu rentres chez toi, à pied. Je suis assis dans la pelouse, proche de ton entrée. Tu vois mon regard et malgré toi ça te fait de l’effet. Mais tu ne le montres pas.Tu reçois avec plaisir mes coups d’œil appuyés sur tes jambes, tes hanches, tes seins. Tu ouvres même en toi quelque chose qui accueille le désir que tu sens sourdre de moi et qui t’excite. Tu vas jusqu’à bouger négligemment d’une façon peut-être un peu provocante ; Mais tu affiches un air indifférent, tu ne regardes pas vers moi, et même tu te reprends ; prise de honte en te disant que tu te comportes en allumeuse. Pourtant tu n’es pas inquiète puisque tu es arrivée…Tu es debout face à la porte, la main accrochée à la poignée et, pour la forme, tu pousses un soupir qui se veut d’impatience. Tu veux comme prendre à témoin l’homme qui se tient pas très loin de toi. Tu m’adresses un petit sourire mais je ne bronche pas. Je suis toujours assis au même endroit, les yeux fixés sur toi. Au lieu de te renvoyer ton sourire, je promène mon regard sur tes seins, ton ventre, tes cuisses ; Tu te sens rougir et te détournes de bahis firmaları moi, te sentant même nue tout à coup parce que tu ne peux me cacher ton cul mis en évidence par ta robe. Tu tentes de m’oublier, et tu enfiles les clefs dans la serrure…Quand tu comprends que je suis tout près de toi tu n’as même pas le temps de t’éloigner. Déjà, mon souffle est sur toi. Tu veux réagir mais mon corps te bloque : tu es entre ta porte d’entrée et moi. Tu voudrais dire quelque chose mais rien d’intelligent ne te vient. Je ne dis rien non plus.Tu as le corps plaqué contre ta porte close, tu sens ma queue à travers le tissu contre tes fesses. Tu t’arc-boute et tente de me repousser mais tes efforts sont dérisoires. Mes mains, sans perdre de temps, s’insinuent sous ta jupe et remontent le long de tes cuisses. Tu me cries de me lâcher et tu prends en même temps conscience du fait que je suis bien sûr le seul à t’entendre. Évidemment je ne tiens pas compte de tes mots ; je te traite de salope et c’est la première fois que tu entends ma voix.Je te retiens les mains derrière le dos. Tu sens un objet sur tes poignets kaçak iddaa ; la froidure du métal ; je te menotte !Puis, j’ouvre la porte, te pousse à l’intérieur et referme immédiatement. Je te retourne face à moi et te presse contre moi. Tu ne peux maintenant lutter qu’avec tes jambes. Tout s’est fait si vite ; Comme tu as été stupide de m’aguicher !- “Tu sais que tu es bandante”. Ma voix te ramène à la réalité. Tu sens mon souffle sur tes joues ; J’ai une main sur tes fesses, l’autre palpe ton sein gauche par dessus ton pull.Tu te débats, t’essaies sans succès de me frapper avec tes jambes- “Ça s’habille comme une petite putain. Ça joue à l’allumeuse et ça ne voudrait pas se faire toucher. Tu n’es qu’une petite salope et je vais te montrer ce qui arrive aux petites coquines comme toi qui jouent à faire la putain.”Je t’empoigne par les cheveux alors que mon autre main cherche le chemin entre tes cuisses.- “Comment tu t’appelles, hein? C’est quoi ton nom?”- “Lâchez-moi, je vous jure, je ne dirai rien ;”- “Bien sûr que tu ne diras rien, et tu sais pourquoi ? Parce que je vais mettre ma queue dans kaçak bahis ta bouche et que tu vas la sucer, tu m’entends bien ?”Ma main te retenant toujours par les cheveux je te dis “À genoux, salope !”Je te force à t’agenouiller devant moi. Ton visage n’est qu’à quelques pouces de mon entrejambe. Mon jean forme une bosse qui cache mon érection.- « Tu vas bien me sucer et tu vas avaler tout mon jus sinon… »Tu n’oses penser à ce que ce « sinon » veut dire. Tu ne peux détourner ton regard de mon entrejambe. J’ouvre les boutons de mon jean et défais ma ceinture. Ma main s’enfonce dans l’ouverture et empoigne mon baobab bandé. Mon gland apparaît devant ton visage. Le reste jaillit bientôt devant toi. Ma queue est épaisse, très rigide. Je me mets à frotter mon gland sur mes joues, ton nez, ton front, ton menton.- “Suce, suce-moi, salope” ; dis-je en appuyant mon dard sur tes lèvres.En te retenant par les cheveux, je ramène ta figure vers ma queue. Tu ne peux échapper à la pipe que je t’oblige à me faire. Résignée, tu me laisses te pénétrer… Déjà, mon gland s’appuie contre ton palais. Tu dois te soumettre. Je ne te laisserai pas avant d’avoir obtenu mon plaisir.Tes lèvres se referment sur mon gland. Les mains menottées derrière le dos, à genoux devant moi, tu suces ma queue jusqu’aux couilles…Suite aux prochains épisodes

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Yer işareti koy Kalıcı Bağlantı.

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak.